mercredi 23 octobre 2019 08:42:17

La grande bataille de Souk Ahras : Un moment crucial de la Révolution

La grande bataille de Souk Ahras, dont le 56e anniversaire est célébré aujourd’hui, est sans conteste un moment crucial de la Révolution et de la lutte du peuple algérien pour arracher son indépendance, estiment des historiens

PUBLIE LE : 25-04-2014 | 23:00
D.R

La grande bataille de Souk Ahras, dont le 56e  anniversaire est célébré aujourd’hui, est sans conteste un moment crucial de la Révolution et de la lutte du peuple algérien pour arracher son indépendance, estiment des historiens. Ce haut fait d’armes des Moudjahidine qui débuta à Oued Chouk, le 26  avril 1958, dura toute une semaine. La bataille s’étendit jusqu'à Ouilène, non  loin de la ville de Souk Ahras, puis vers les hauteurs de Hammam N'bails, dans la wilaya de Guelma, faisant 639 martyrs dans les rangs de l'Armée de libération nationale (ALN) et près de 300 morts et 700 blessés du côté de l'armée coloniale.          
Si le souvenir de cette grande bataille de la glorieuse Révolution demeure encore vivace dans la mémoire collective des habitants de la région et des Moudjahidine de la base de l'Est, il a aussi marqué les esprits dans les rangs de l’armée  française.          
 Cette dernière, en opération dans la région, n’a pas compris ce qui lui arrivait, comme en témoigneront plus tard le sergent Lasne et le lieutenant Saboureau, commandés alors par le capitaine Serge Beaumont, officier parachutiste  français, qui tombera avec 32 de ses hommes. "Que s’est-il passé ? Nous sommes  tombés en plein dispositif ennemi. Très supérieurs en nombre, très bien équipés et armés, les ‘‘fellaghas’’ dissimulés dans les arbousiers ont usé d’un stratagème. Notre habitude de l’emporter sur l’adversaire est telle que lorsque, à quelques  mètres, les ‘‘rebelles’’ se découvrent, vision impressionnante de casquettes kaki et feignent de se rendre les bras levés, nos parachutistes cessent de tirer  et se lèvent pour les capturer. A ce moment-là, un coup de sifflet strident déclenche avec une violence extrême des tirs à la cadence très rapide de mitrailleuse  MG 42 — excellente arme allemande qui équipe fréquemment l’ALN — qui déciment  les nôtres".          
Selon des sources historiques, le site de la bataille, très accidenté, avait rendu difficiles les déplacements des djounoud, contraignant le commandement du 4e bataillon de l'ALN dont le QG était installé à Ain Mazer près de Sakiet Sid Youcef (Tunisie) à franchir la ligne électrifiée Morice, près de Dehaoura (Guelma) pour envoyer une caravane d'armes en direction de la Wilaya II historique.          
Cette tentative d’approvisionnement des maquis en armes et munitions a été découverte le 26 avril 1958 par les forces d'occupation, donnant le signal  à cette grande bataille.          
Dans une déclaration à l'APS, M. Djamel Ourti, professeur d'histoire  à l'université de Souk Ahras, affirme que ce fut "l'une des plus grandes batailles de la guerre de Libération nationale",  "équivalant en ampleur à certaines grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale".           
En effet, ajoute cet universitaire, l'armée françaises y avait engagé ses unités d'élite les plus aguerries, dont les 9e et 14e régiments de parachutistes,  les 8e et 28e régiments d'artillerie, et les 26e, 151e et 152e régiments d'infanterie mécanique. Ces unités stationnées à Souk Ahras mais également dans la région avaient pris part à la Seconde Guerre mondiale et à la guerre d’Indochine, précise-t-il.          
En face, se sont dressés, ajoute M. Ourti, les unités de l'ALN composées du 4e bataillon commandée par Mohamed Lekhdar Sirine et ses adjoints Ahmed Draia et Youcef Latrèche, ainsi que plusieurs katibas chargées de transporter des armes vers les maquis de Taher (Jilel), de Mila et de Skikda.           
Il rappelle que La Dépêche de Constantine (quotidien colonial remplacé  à l’indépendance par An-Nasr, ndlr) avait évoqué, au 1er jour de la bataille, l'ALN qui "essaie de franchir la ligne Morice, conduisant à des actions des forces françaises pour intercepter les combattants arabes et leur armement".          
Deux jours après, le même journal change de version et parle désormais de "franchissement réussi de l'ALN" et "d'affrontements féroces près de Souk  Ahras", indiquant que les combats "impitoyables" engagés ont même fini par des corps à corps et des accrochages à l’arme blanche.           
Le journal qui a fait état "d'armes récupérées par l'armée française" s’est toutefois gardé de mentionner les pertes humaines subies par les forces coloniales, souligne Djamel Ourti.          
Le moudjahid Hamma Chouchane, commandant-adjoint du 3e bataillon, a indiqué de son côté que cette bataille dirigée par Lakhdar Sirine constitue un "fait  unique" dans les annales de la guerre de Libération nationale.           
Il appelle à préserver cette histoire pour que les générations montantes sachent qu'elles ont un passé glorieux dont elles peuvent s'enorgueillir.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions