mardi 25 septembre 2018 05:04:51

Décès de Garcia Marquez : Yousfi présente les condoléances de l'Algérie au nom du Président de la République

Le Premier ministre par intérim, Youcef Yousfi, a présenté jeudi à Alger, au nom du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, les condoléances de l'Algérie à la Colombie suite à la disparition de l'écrivain Gabriel Garcia Marquez.

PUBLIE LE : 26-04-2014 | 0:00
D.R

Le Premier ministre par intérim, Youcef Yousfi, a  présenté jeudi à Alger, au nom du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika,  les condoléances de l'Algérie à la Colombie suite à la disparition de l'écrivain Gabriel Garcia Marquez.

"Avec sa disparition à l'âge de 87 ans, Gabriel Garcia Marquez vient  de tourner la page de Cent ans de solitude après une vie riche en création", lit-on sur le registre de condoléances signé par M. Yousfi au nom du Président de la République à l'ambassade de Colombie à Alger. "Miroir de son époque et de son environnement, sa vie et ses œuvres incarnaient des idées singulières puisées dans une imagination rebelle et débordante nourrie d'espoir", a écrit le Président de la République.   "Gabo, comme il était surnommé affectueusement en Amérique Latine, a su capter les certitudes et les inquiétudes de son époque dans son “réalisme magique”", a ajouté le président Bouteflika. Le romancier, journaliste et militant politique Gabriel Garcia Marquez  était "un adepte du changement", dont l'hebdomadaire colombien El Cambio (le  changement), qu'il a fondé, en a fait le slogan, a rappelé le Président de la République.
Pour le Président Bouteflika, "Garcia Marquez semblait encourager la rupture avec les facilités de la routine et de l'habitude et ancrer son attachement à l'idée qu'“une seule minute de réconciliation mérite mieux que toute une vie d'amitié”". "Jusqu'au dernier souffle, Gabriel Garcia Marquez est demeuré proche  des préoccupations des siens et de leurs aspirations. Il fut aussi le témoin mais surtout le catalyseur de la prise de conscience de générations de lectrices et de lecteurs en faveur de la nécessité pour les populations latino-américaines de marquer l'histoire de leur empreinte", a affirmé le président de la République. "Le prix Nobel de littérature tire sa révérence en laissant en héritage une œuvre foisonnante qui perpétuera sa mémoire à jamais", a soutenu le président Bouteflika. L'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez est décédé jeudi dernier,  en son domicile à Mexico à 87 ans des suites d'une maladie. L'auteur de Cent ans de solitude, chef d'œuvre paru en 1967 et vendu à 10 millions d'exemplaires dans le monde, est l'un des plus grands écrivains de langue espagnole. L'amour aux temps du choléra et Le général dans son labyrinthe figurent  parmi ses œuvres majeures. Garcia Marquez s'est rendu également célèbre par ses positions en faveur des mouvements de libération. Son soutien à la cause nationale algérienne en 1960 lorsqu'il était journaliste à Paris lui a valu son arrestation par les autorités françaises.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions