samedi 21 septembre 2019 20:17:25

Conférence de presse du ministre de l’Intérieur et des ColLectivités locales à l’issue de sa visite à la Direction des unités républicaines d’El-Hamiz : « La vie reprend son cours normal à Ghardaïa »

«Les dépassements des policiers enregistrés le 20 avril dernier dans la ville de Tizi Ouzou ne remettent, en aucun cas, en cause, le professionnalisme du corps de la police ; ce ne sont pas plus que des comportements exceptionnels et des actes isolés»

PUBLIE LE : 25-04-2014 | 23:00
«Les dépassements des policiers sont des actes isolés»

«Les dépassements des policiers enregistrés le 20 avril dernier dans la ville de Tizi Ouzou ne remettent, en aucun cas, en cause, le professionnalisme du corps de la police ; ce ne sont pas plus que des comportements exceptionnels et des actes isolés», a déclaré le ministre d'État, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, lors de sa visite de travail et d’inspection effectuée, avant-hier, aux Unités républicaines de sûreté et de sécurité (URSS) d'El-Hamiz.

Il a rappelé, à l’occasion, que le Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général major Abdelghani Hamel, a instruit, suite à la diffusion d’une vidéo sur les violences constatées le jour du 20 avril à Tizi Ouzou, «l’ouverture d’une enquête qui a déjà donné des premiers résultats, puisque des policiers ont été suspendus de leurs fonctions par mesure préventive».  
Le ministre a indiqué que «l’enquête ne s’arrêtera point à ce stade. Bien au contraire, elle sera approfondie, et si des preuves tangibles prouvent l’implication des policiers en question, ces personnes seront déférées devant la justice comme tout citoyen, et ca sera à la justice de faire son travail».
Dans le même sillage, le membre du gouvernement a tout de même tenu à préciser que jusqu’à ce jour, «aucun dépôt de plainte n’a été enregistré» suite aux événements suscités.
De ce fait, il sera question, selon lui, «de sanctions administratives contre les personnes impliquées». Il est de notre devoir d’établir la vérité, et le citoyen a le droit de tout savoir sur cette affaire. «Il aura droit à toute la vérité et nous allons faire la lumière sur tout ce qui s’est passé, à l’issue des investigations nécessaires», insiste encore le ministre de l’Intérieur. Le premier responsable de la police algérienne a rendu hommage aux services de la Sûreté nationale pour tout le travail professionnel effectué et la maîtrise des manifestations et autres rassemblements de contestation.
«Les corps de sécurité ont, incontestablement, montré un haut degré de professionnalisme dans le traitement des émeutes et manifestations dans certaines wilayas du pays». Aussi, « les corps de sécurité représentent fidèlement les lois de la République et les respectent d’une façon rigoureuse dans toutes leurs sorties sur le terrain pour faire respecter les mêmes lois», a ajouté M. Belaïz, lors de la conférence de presse animée en marge de sa visite à la direction des Unités républicaines de sûreté et de sécurité. «Selon la Constitution, l’État est le premier responsable de la sécurité des citoyens, des biens privés, des institutions de l’État et des entreprises privées, une mission du ressort des corps de sécurité qui ont le droit d’avoir à leur disposition, tous les moyens humains et matériels pour accomplir efficacement et professionnellement leurs missions quotidiennes», a souligné le conférencier.  Et d’ajouter que sa présence aux URSS entre dans le cadre d’une série de déplacements programmés, qui l’ont mené d’abord à la direction de la Protection civile et prochainement au commandement de la Gendarmerie nationale.
 Des visite qui permettrons au ministre d’avoir «une idée compète et bien précise sur tous les moyens dont disposent  ces corps constitués, aussi bien humains que matériels».
«Une fois le constat établi, explique M. Belaïz, je convoquerai une réunion avec les responsables de ces trois secteurs qui déboucheront sur l’établissement d’une liste des manquements qui entravent le bon exercice de leurs fonctions pour pouvoir les combler à travers l’intervention de la tutelle ou encore en  soumettant des propositions au gouvernement ou au Chef de l’État (…) l’objectif étant d’avoir des services de sécurité dotés des meilleurs moyens qui soient.»
Concernant les événements ayant secoué la ville de Ghardaïa, le ministre de l’Intérieur a souligné que «la vie a repris son cours normal dans cette ville», appelant la population de cette région «à cohabiter pacifiquement dans un esprit d'entente et de fraternité».
Saisissant l’occasion, Il appelle les sages de la région «à propager les valeurs de fraternité et d'entente entre les habitants de la localité», souhaitant que Ghardaïa ne connaisse plus les mêmes incidents qu'elle a vécus ces derniers temps.
Par ailleurs, lors de sa visite d’inspection, le ministre de l’Intérieur, accompagné du DGSN, Abdelghani Hamel, du général major, Ahmed Bousteila, commandant de la Gendarmerie nationale, et du colonel Mustapha Lahbiri, directeur général de la Protection civile, a assisté à une série d’exhibitions sportives et tactiques effectuée par les éléments des Unités républicaines, manœuvre d’une opération de rétablissement de l’ordre public, exhibition relative à la protection des personnalités, différentes manœuvres exécutées par les brigades de recherche et d’intervention (BRI) et l’intervention rapide avec appui héliporté.
M. Belaïz a également assisté à la présentation du matériel roulant en dotation au sein des URS.
Mohamed Mendaci 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions