mercredi 18 septembre 2019 08:02:11

À propos des allégations sur les sujets du bac : Ferme démenti du ministère de l’Éducation nationale

Des médias ont publié, mardi dernier, les leçons supposées être données à l’examen du bac, ce qui est totalement faux, affirme le ministère de l’Éducation nationale qui rappelle, dans un démenti, que «rien n’a été encore décidé tant que le rapport de la commission nationale chargée du rattrapage des cours après la grève n’est pas encore élaboré».

PUBLIE LE : 23-04-2014 | 23:00

Des médias ont publié, mardi dernier, les leçons supposées être données à l’examen du bac, ce qui est totalement faux, affirme le ministère de l’Éducation nationale qui rappelle, dans un démenti, que «rien n’a été encore décidé tant que le rapport de la commission nationale chargée du rattrapage des cours après la grève n’est pas encore élaboré».
 «Il sera fin prêt au début du mois de mai, et c’est sur la base de ce rapport qu’on prendra les décisions qui s’imposent», a assuré le sous-directeur des programmes de l’enseignement secondaire au ministère de l’Éducation nationale, lors de son passage hier sur les ondes de la Chaîne I de la radio nationale.   Sid-Ahmed Toumi n’a pas manqué d’afficher son étonnement face à cette sortie médiatique, dont les auteurs, a-t-il soutenu, «n’ont aucune relation avec le secteur de l’Éducation tant les anomalies sont nombreuses». «Ces gens qui ont diffusé de telles informations ne savent même pas faire la part des choses et différencier entre une matière et une filière», a-t-il réagi avec ironie. «Depuis quand la philosophie est devenue une filière, comme ils l’ont inséré ? Franchement, c’est du n’importe quoi. Si le ministère veut rendre public des informations d’une telle importance, il possède d’autres canaux officiels pour le faire», dit-il. Voila qui met fin à toutes les supputations.   Le responsable du département d’Abdelatif Baba Ahmed rassure, en outre, que les sujets qui seront présentés du bac ne concerneront que les leçons dispensées.
Des leçons qui prendront fin dans une semaine. «Le concept de seuil de la limitation des cours signifie, pour nous, que le candidat au baccalauréat ne sera interrogé que sur les cours effectivement dispensés durant l'année scolaire.
Et lorsqu’on sait que les examens de fin d’année sont avant tout évaluatifs, il est illogique d’évaluer un élève sur une leçon qu’on ne lui a pas dispensée», a-t-il expliqué aux auditeurs de l’émission «Daïf Essabah» (Invité de la matinée) qui émet en langue arabe.
En revanche, il n’a pas totalement écarté l’éventualité d’une deuxième session du baccalauréat dès cette année, mais sans pour autant donner plus de détails, se contentant de dire : «Tout reste possible.» Quid du rachat dont la question revient avec insistance à chaque fin d’année ? Pour le sous-directeur des programmes de l’enseignement secondaire au ministère de l’Éducation nationale, cette possibilité ne pourra être effective pour cette session. «On songe à l’appliquer à partir de 2015. Le rachat fait partie d’une série d’autres propositions que le ministère pourrait prendre en considération et qui ont pour but de donner plus de chances aux candidats.
Certaines ont été déjà appliquées par le passé. Donc, ce n’est qu’un retour aux sources», a-t-il admis, en citant, à titre d’exemple, la mise en place de la fiche de synthèse. Évoquant la wilaya de Ghardaïa qui a connu, cette année, des troubles qui pourraient influer négativement sur la concentration des candidats aux examens de fin d’année, Sid-Ahmed Toumi ne croit en «l’utilité d’un bac spécial» pour cette wilaya, et rappelle que «contrairement à d’autres wilayas, Ghardaïa n’a pas connu des grèves répétitives pour perturber le cursus scolaire des élèves».
«À ma connaissance, ce sujet n’est pas à l’ordre du jour, car rien ne le justifie ;  toutefois, cela reste des prérogatives du ministre de l’Éducation nationale. Il faut savoir que nous pensons à tous les élèves d’Algérie, de Ghardaïa ou d’autres régions, qui ont connu des perturbations, pour diverses raisons, et tout ce que nous entreprenons est fait pour l’intérêt des élèves», a-t-il enfin assuré.
S. A. M.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions