dimanche 18 aot 2019 14:12:55

Ansej : 298.000 entreprises créées et de nouvelles facilités pour les jeunes

298.000 entreprises qui ont été créées, au 31 mars 2014, dans le cadre de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ).

PUBLIE LE : 23-04-2014 | 23:00
D.R

298.000 entreprises qui ont été créées, au 31 mars 2014, dans le cadre de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ). C’est ce qu’a indiqué Mourad Zemali, directeur général de l’ANSEJ, qui était, hier, l’invité de la rédaction de la Chaîne III de la radio nationale.
En effet, selon lui, « jusqu’au 31 mars 2014, l’ANSEJ a financé 298.000 micro-entreprises. Ces entreprises ont créé au démarrage, 727.000 postes d’emploi. Un chiffre qui est aujourd’hui beaucoup plus important », a-t-il précisé, tout en relevant qu'un grand nombre de micro-entreprises ont évolué vers le statut de PME (petites et moyennes entreprises) avec plus de dix salariés recrutés. Selon le même responsable, le financement de ses entreprises a atteint 223.000 milliards de dinars.
Depuis sa création, plusieurs facilitations ont été mises en œuvre par cette instance, au fil des années, et cela dans la perspective d’encourager les jeunes à s’investir dans l’entrepreneuriat.
Entre autres mesures prises récemment, l’on nous signalera que « l'ANSEJ a mis à la disposition des demandeurs un nouveau formulaire unique d'inscription. Ce formulaire peut être téléchargé sur le site Internet de l'Agence (www.ansej.org.dz) », a déclaré M. Zemali.
« Les futurs entrepreneurs peuvent effectuer une inscription de leur projet en ligne sur le net », a-t-il ajouté, soulignant que la mise en place prochainement d'un identifiant personnel leur permettra le suivi de l'examen de leur dossier.
Selon M. Zemali, ces nouvelles dispositions rentrent dans le cadre des mesures visant à lutter contre la bureaucratie. Les délais de traitement des dossiers quant à eux, ont été également, raccourcis.
« Entre le moment du dépôt du formulaire par le jeune entrepreneur et l'examen du dossier par le comité de sélection de validation et de financement, les délais ne devraient pas désormais excéder trois semaines », a expliqué le DG de l'Ansej.
 Toujours au titre de mesures de facilitations, M. Zemali a précisé que désormais le bail de location et le registre du commerce ne seront exigés des demandeurs qu'après confirmation de l'accord de financement des banques.
Evoquant les mesures d'accompagnement en faveur des jeunes promoteurs, ce dernier a, par ailleurs, rappelé que l'Ansej avec 48 agences et près de 100 annexes était présente à travers tout le territoire national.
Concernant les activités ciblées par le dispositif Ansej, le DG de l'Agence a relevé, qu'« au cours des deux dernières années, la majorité des projets validés concernaient les secteurs de l'agriculture, de l'industrie et du BTPH ».
« Nous avons mis en place des cartographies d’activité pour chaque région, afin d’orienter le jeune vers les besoins de sa région. Cette banque de données permettra d’identifier les besoins exprimés dans chaque secteur du travail », a-t-il souligné, et d’ajouter : « depuis deux années, la tendance des activités des jeunes est orientée vers l’agriculture et l’industrie ».
Le même responsable a relevé que durant l’année 2013, moins de 1% des projets validés, concernaient le transport, alors que l’agriculture et l’industrie représente plus de 15% et le BTH 10% des projets.
Il précisera dans le même sillage, que l’agence, mise sur l’emploi durable à travers les banques de données déjà mises en place par son agence. S'inscrivant en faux contre les allégations suggérant une forte mortalité des entreprises Ansej, il a précisé que « moins de 10.000 micro-entreprises ont été jusque-là défaillantes soit un taux de mortalité inférieur à 5 %. »          
L’invité de la radio Chaîne 3 a démenti, par ailleurs, les chiffres avancés sur les contentieux et les poursuites judiciaires engagées par l’ANSEJ.
Selon M. Zemali, seulement 615 sur 298.000 bénéficiaires ont été poursuivis en justice. « Il s’agit de bénéficiaires qui ont détourné l’argent ou vendu le matériel», a-t-il précisé, relevant que sur près de 13.000 dossiers de contentieux, près de 7.000 dossiers ont connu un règlement à l'amiable (remboursement ou rééchelonnement  de la dette).
Salima Ettouahria

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions