jeudi 19 octobre 2017 18:59:10

Message de condoléances de la ministre de la culture à son homologue colombienne : Hommage de Mme Toumi au Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez

La ministre de la Culture, Khalida Toumi, a rendu, hie, dans un message de condoléances envoyé à son homologue colombienne, Marina Garces Cordoba, un hommage appuyé au prix Nobel de littérature, le célèbre écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, décédé jeudi dernier.

PUBLIE LE : 23-04-2014 | 0:00
D.R

  
La ministre de la Culture, Khalida Toumi, a rendu, hie,  dans un message de condoléances envoyé à son homologue colombienne, Marina Garces Cordoba, un hommage appuyé au prix Nobel de littérature, le célèbre écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, décédé jeudi dernier.  "Je m'incline avec respect et déférence à la mémoire de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature mondiale et militant humaniste qui a voué toute  sa vie à ses convictions en faveur de la dignité humaine et du droit des peuples du Sud à une existence à part entière", écrit la ministre. Saluant longuement l'œuvre de l'auteur de Cent ans de solitude, elle ajoute : "Après une vie marquée par une production littéraire considérable, l'écrivain s'en est allé dans le fracas du monde dont il n'aura cessé de dénoncer les inégalités et fustiger l'ordre inique entre un Occident opulent et conquérant, et un Sud voué aux gémonies par la seule logique du désordre planétaire." Par la substance dense et inventive de ses écrits, poursuit la ministre,  Gabriel Garcia Marquez "aura été, pour les Algériens et pour les peuples placés du mauvais côté du manche, cette lumière tant attendue pour éclairer les horizons d'espérance et cette voix enfin rendue audible pour dire, à partir de ses Amériques,  aux peuples du monde qu'une humanité en lambeaux privée de pans entiers de sa composante signifiait la fin de l'homme et qu'à cette possibilité toujours à  l'œuvre, il ne pouvait se résoudre". Son combat pour un monde plus juste, Garcia Marquez le mena, écrit encore  la ministre, "avec un immense talent, une générosité inépuisable et une puissance de création littéraire inégalée".  L'écrivain disparu était, à ces divers égards, "l'ami naturel du combat du peuple algérien et le frère choisi de l'Algérie en armes et celle en reconstruction", estime Mme Toumi, tout en regrettant que pour des raisons de santé, cet auteur  si éminent et très connu en Algérie n'ait pu participer aux différents Salons du livre organisés à Alger et auxquels il était régulièrement invité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions