jeudi 14 novembre 2019 23:37:03

Conjoncture : Le rythme d’inflation annuel recule à 2% en mars

Le rythme d’inflation annuel en Algérie a poursuivi sa tendance baissière en mars s’établissant à 2% contre 8,1% en mars 2013, a-t-on appris hier auprès de l’Office national des statistiques (ONS).

PUBLIE LE : 23-04-2014 | 0:00
D.R

Le rythme d’inflation annuel en Algérie a poursuivi sa tendance baissière en mars s’établissant à 2% contre 8,1% en mars 2013, a-t-on appris hier auprès de l’Office national des statistiques (ONS).

Après avoir atteint 2,7% en janvier dernier, le rythme d’inflation annuel  a reculé de nouveau pour s’établir à 2,3% en février et enfin à 2% en mars dernier,  a précise l’Office. L’inflation mensuelle, qui détermine l’évolution de l’indice des prix à la consommation entre un mois donné et celui qui le précède, a enregistré  en mars 2014 une baisse de 0,3% comparé à février 2014 et de 0,7% par rapport  à janvier de la même année. Ce recul intervient après un relèvement inscrit en décembre 2013 (+0,9%)  et en  janvier 2014 (+0,7%), relève l’ONS. En mars 2014, les prix à la consommation ont augmenté de 0,8%, après  avoir enregistré une baisse de près de 0,3% le mois dernier, soit un taux légèrement supérieur à celui relevé le même mois (mars) de 2013 qui était de 0,5%. Cette variation est due notamment à une croissance de 1,1% des prix des biens alimentaires, induite essentiellement par une hausse des produits agricoles frais (+2,1%) due a une hausse de près de 15,3% des légumes frais en mars 2014 comparé au mois de février. La hausse des prix des biens alimentaires s’explique, en plus par «l’importante» hausse des prix des légumes frais (+15,3%), également par une augmentation des prix de la viande et abats de mouton (+1,6%) et du poisson frais (+4,6%).
L’Office a fait remarquer que des chutes de prix ont été observées durant le mois de mars, notamment concernant la pomme de terre (-9,1%), les fruits  frais (-7%), les œufs (-2,74%) et enfin la viande de poulet (-1,6%). En mars 2014, comparativement au même mois de l’année écoulée, le niveau  moyen des prix des biens alimentaires a connu une hausse de 0,6% due, notamment  à une hausse de près de 2% des produits alimentaires industriels. La hausse a concerné le groupe lait-fromage et dérivés (+6,3%) et les huiles et graisses (+1,6%). Quant aux produits manufacturés, elles ont connu une légère augmentation  de 0,34% et les services de 2,7%. En données corrigées des variations saisonnières, l’indice des prix  à la consommation a enregistré en mars dernier une hausse de 0,4% par rapport au mois de février 2014. En 2013, le taux d’inflation annuel a atteint 3,3%, après la poussée inflationniste de 8,9 % enregistrée en 2012. Pour 2014, le gouvernement table  sur une évolution de l’inflation à 3,5%. La maîtrise du taux d’inflation constitue une «préoccupation constante»  des pouvoirs publics. Le gouvernement s’est engagé dans une politique de préservation du pouvoir d’achat des citoyens et ce à travers le soutien des prix des produits et des services de base, ce qui a permis de baisser le taux d’inflation et de le maintenir à un niveau «raisonnable».

-----------------------------

Des signaux positifs
Le rythme d’inflation annuel en Algérie a poursuivi sa tendance baissière en mars s’établissant à 2% contre 8,1% en mars 2013, a-t-on appris hier auprès de l’Office national des statistiques (ONS). Après avoir atteint 2,7% en janvier dernier, le rythme d’inflation annuel  a reculé de nouveau pour s’établir à 2,3% en février et enfin à 2% en mars dernier,  a précise l’Office. L’inflation mensuelle, qui détermine l’évolution de l’indice des prix à la consommation entre un mois donné et celui qui le précède, a enregistré en mars 2014 une baisse de 0,3% comparé à février 2014 et de 0,7% par rapport à janvier de la même année. Ce recul intervient après un relèvement inscrit en décembre 2013 (+0,9%) et en janvier 2014 (+0,7%), relève l’ONS. Les indicateurs de l’ONS suggèrent en majorité que la croissance reste positive, sur un rythme non inflationniste pour les produits de base. Il convient de noter également que les cours du pétrole sont restés relativement stables et les prix des produits alimentaires étaient repartis, ces derniers mois, à la baisse, ce qui a eu un effet positif sur les prix à la consommation. Sur les trois premiers mois 2014, les prix sont en repli par rapport au rythme annualisé. La conjoncture est également marquée par un taux de chômage stable. Côté entreprises et ménages, l’indice de confiance a encore progressé, selon le dernier rapport du FCE, ce qui rassure quant à la décélération de l’inflation qui va se poursuivre. A cela viennent s’ajouter aussi un effort de redressement de la production locale et des salaires en valeur réelle qui viennent en soutien.  Il est probable que, d’ici la fin de l’année, d’autres mesures conjoncturelles soient mises en place, suivies par de nouvelles réformes en matière de fiscalité visant à encourager les sociétés privées et à soutenir le marché de l’emploi. Le secteur souffre manifestement de la faiblesse de la demande et de la précarité de la confiance des investisseurs. Il y a cependant de bonnes nouvelles au plan déficit de la balance commerciale qui est en net recul, ce qui est notamment dû à une diminution du prix et du volume des importations. L’Algérie a enregistré un excédent commercial de 2,6  milliards de dollars US au premier trimestre 2014 contre 3,36 mds usd à la même période en 2013, selon les Douanes algériennes. Les exportations de l’Algérie ont atteint 16,43 mds usd durant le 1er trimestre 2014 contre 17,48 mds usd à la même période en 2013, en baisse de  6,02%, due essentiellement à un recul de 6,8% des exportations des hydrocarbures. Les importations algériennes ont également reculé de 2,03% pour totaliser 13,83 mds usd contre près de 14,12 mds usd durant la même période de comparaison, a précisé le Cnis. Le taux de couverture des importations par les exportations a atteint 119% durant les trois premiers mois de cette année contre 124 % à la même période de l’année écoulée. Les exportations des hydrocarbures, qui continuent à représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger avec 95,59% du volume global des exportations  algériennes, sont estimées à 15,70 mds usd durant le1er trimestre 2014 contre 16,85 mds usd à la même période de l’année précédente, en baisse de 6,81%, a relevé le Cnis. Les importations, qui ont enregistré également une baisse de 2,03% durant le 1er trimestre 2014, sont constituées des produits d’énergie et lubrifiants (-53,14%), totalisant 760 millions usd et des biens de consommation non-alimentaires (-6,24%) pour une valeur global de 2,53 mds usd. Les autres groupes de la structure des importations, par contre, ont  tous augmenté. Ainsi, au mois de mars, l’économie algérienne a de nouveau enregistré une croissance légèrement plus marquée. Conformément aux attentes, il convient de s’attendre à une croissance positive sur l’ensemble de l’année.     
Farid B.


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions