dimanche 18 aot 2019 14:06:49

Chronique omnisports, Faire bon ménage : Science et sport condamnés à s’entendre

Dernièrement, lors de l’assemblée générale ordinaire tenue à Djenane El-Mithak, le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, a confirmé que le musée olympique serait bien construit sur un terrain situé entre l’ex-CREPS Ghermoul et la salle Harcha.

PUBLIE LE : 19-04-2014 | 23:00
D.R

Dernièrement, lors de l’assemblée générale ordinaire tenue à Djenane El-Mithak, le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, a confirmé que le musée olympique serait bien construit sur un terrain situé entre l’ex-CREPS Ghermoul et la salle Harcha. Une bonne nouvelle qui vient s’ajouter à une autre : des capteurs photovoltaïques en garniront toute la façade. Là, c’est côté jardin, quand sport et science font bon ménage.
Côté cour, c’est une tout autre histoire !
La science, le savoir, en règle générale, ne sont pas toujours les bienvenus. Ainsi, ce colloque international organisé il y a quelques semaines par l’ex-ISTS (actuellement École supérieure des sciences et technologies du sport), qui a été boudé par tout ce qui compte de dirigeants du football (puisque c’est le sport roi). Point de FAF, ni de LFP, ni de DTN, ni d’anciens entraîneurs nationaux, ni de présidents de club de Ligue 1 et 2. Pendant deux jours, des chercheurs de haut niveau, dont le professeur Pierre Parlebas, se sont succédé pour aborder différents thèmes liés tout autant au dopage, à la violence dans les stades qu’à la pratique de l’EPS dans les écoles ou la sauvegarde des jeux traditionnels chez nous, sans omettre les aspects juridiques ou sociologiques liés au sport.
En Algérie, on peut avoir été entraîneur national et n’avoir rien à dire dans un colloque. Ce n’est pas le cas ailleurs. Ainsi, Sir Alex Ferguson, l'ex-manager de Manchester United, va-t-il enseigner à Harvard.
Il prend cela comme «un privilège», lui qui à 72 ans avait déjà expliqué sa méthode dans cette prestigieuse université américaine en 2012. À partir de mai prochain, celui qui avait pris sa retraite des terrains depuis l’été 2013 et qui demeure le plus réputé et le plus titré des entraîneurs britanniques va s'adresser à des dirigeants de toute la planète, lors d’un cours intitulé «The business of entertainment, medias and sports», ou «Les affaires dans le domaine du divertissement, des médias et du sport».
Le code de l’EPS de 1976 avait fait la part belle à la science, et l’on avait vu se développer tant l’ISTS que le centre de médecine sportive. L’idéologue de la réforme sportive en Algérie, Bagdadi Si Mohamed, était, lui, bien présent au colloque de l’ISTS ; par contre ceux qui ont le pouvoir de changer les choses tant au niveau des clubs que des fédérations ont brillé par leur absence. Pourtant, Dieu sait que la science est incontournable pour atteindre les cimes.
À tous les niveaux, des personnes occupent des postes sans détenir le savoir adéquat. L’ISTS et l’École des hautes études commerciales, Hec Alger (ex-INC) sont deux grandes écoles qui ouvrent leurs portes aux responsables du monde du sport pour leur fournir le nécessaire recyclage sans lequel on continuera à faire dans «le bricolage».
Abdennour Nouiri

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions