lundi 24 septembre 2018 13:29:12

il entame un nouveau quinquennat : Un dirigeant au riche parcours politique

M. Abdelaziz Bouteflika a été réélu Président de la République avec un taux 81,53% pour un 4e mandat de cinq ans, qui sera consacré, selon son programme, au parachèvement des grands chantiers des réformes politiques et socioéconomiques qu'il a engagées, notamment depuis 2011.

PUBLIE LE : 19-04-2014 | 0:00
D.R

M. Abdelaziz Bouteflika a été réélu Président de  la République avec un taux 81,53% pour un 4e mandat de cinq ans, qui sera consacré, selon son programme, au parachèvement des grands chantiers des réformes politiques et socioéconomiques qu'il a engagées, notamment depuis 2011.

M. Bouteflika, 77 ans, a rejoint les rangs des combattants pour la Libération du pays très jeune, en intégrant l'Armée de libération nationale (ALN) en 1956.          
En 1960, le commandant Abdelaziz Bouteflika est affecté dans le sud du pays pour commander le "front du Mali" dont la création entrait dans le cadre des mesures visant à faire échec aux entreprises de division du pays par la France coloniale, ce qui lui vaudra le nom de guerre de Si Abdelkader El Mali.          
Dès 1962, il sera le plus jeune ministre qu'a connu l'Algérie indépendante en occupant le poste de ministre de la Jeunesse, des Sports et du Tourisme, et, ensuite celui de ministre des Affaires étrangères à l'âge de 25 ans.          
Bouteflika connaîtra une ascension fulgurante aussi bien en tant que cadre de son parti le Front de libération nationale (FLN), qu'en tant que diplomate, se distinguant par une action diplomatique qui vaudra à l'Algérie un prestige et une influence l'établissant comme un des leaders du Tiers-Monde.          
Une action dont la ligne directrice est basée sur le respect du droit  international et le soutien aux causes justes à travers le monde qu'on retrouvera dans sa politique extérieure en tant que Président de la République à partir  de 1999.          
Ainsi, il est élu à l'unanimité Président de la 29e session de l'Assemblée  générale des Nations unies en 1974, et obtient la mise au ban par la communauté  internationale du régime sud-africain pour sa politique d'apartheid et fait admettre, malgré les oppositions, le leader de l'Organisation de Libération de la Palestine, Yasser Arafat, qui prononcera un discours devant l'Assemblée générale.            
Après des années d'exil qui ont suivi le décès, en 1978, du Président  Houari Boumediene dont il était très proche, Bouteflika revient en Algérie en  janvier 1987, et sera signataire de la "Motion des 18" suite aux événements d'Octobre 1988.  Entre 1989 et 1994, il déclinera plusieurs propositions, comme il ne donnera  pas suite aux sollicitations dont il est l'objet en vue de son accession aux fonctions de Chef de l'Etat dans le cadre des modalités et des mécanismes de la transition.          
Il est élu Président de la République une première fois en tant que  candidat indépendant, en avril 1999, et, successivement, en 2004 et 2009. Dès sa prise de fonctions, il s'engage à rétablir la sécurité, la paix  et la stabilité. A cette fin, il engage un processus législatif de concorde  civile, consacré le 16 septembre 1999, par un référendum qui recueille plus de 98% de suffrages favorables. Cette étape lui permet d'entamer, sur le plan intérieur, un vaste programme  de refondation de l'Etat algérien à travers la réforme des structures et des  missions de l'Etat, du système judiciaire, du système éducatif ainsi qu'un train de mesures économiques audacieuses, comportant, notamment une réforme du système bancaire.           
Au cours de son deuxième mandat, il prend la décision de la constitutionnalisation  de l’amazigh et sa consécration en tant que langue nationale.          
Il compte, également, à son actif  trois programmes quinquennaux de  de développement socioéconomique.           
En septembre 2005, et conformément à sa promesse électorale, le Président Bouteflika organise un référendum sur la réconciliation nationale. Près de 80% des Algériens plébiscitent cette politique, et, en fin 2008, il procède à une révision partielle et limitée de la Constitution.          
Durant son troisième mandat, M. Bouteflika annonce en 2011 de nouvelles réformes économiques et politiques à même de consolider les efforts de stabilité et développement engagés depuis plus d'une décennie afin de prémunir le pays  des menaces et des troubles qui ont ébranlé certains pays voisins.


Agenda charge pour les cinq prochaines annees
Approfondissement des réformes et poursuite d’un ambitieux programme économique et social

Abdelaziz Bouteflika a largement remporté l'élection  présidentielle, tenue jeudi passé, avec 81,53% (8.332.598 voix), et s'ouvre grandes les portes d'un 4e mandat qu'il va consacrer à l'approfondissement des réformes  et la poursuite d'un ambitieux programme social et économique.          
Diplomate pugnace, fin connaisseur des ''angles morts'' des conflits qui rongent le monde, Bouteflika, à 77 ans, asseoit ainsi définitivement sa popularité auprès de l'électorat algérien.          
Une prouesse rarissime dans l'histoire du Maghreb, mais surtout l'aboutissement logique d'une politique dédiée à la reconstruction du pays, après la décennie ''noire'', période durant laquelle l'Algérie a autant perdu ses repères sociologiques que durement meurtri par le terrorisme, qui a failli l'emporter.  Abdelaziz Bouteflika, réélu pour un 4e mandat après 15 années à redonner de la profondeur à la politique étrangère de l'Algérie, à recadrer sa politique sociale en l'orientant vers des réponses concrètes et urgentes à une incompressible demande sociale, et en relançant la croissance économique, a déjà mis en place les grandes balises des cinq prochaines années. L'agenda de l'Algérie pour les cinq prochaines années est chargé. Il s'agit d'abord, selon son programme, d'accélérer le rythme des réalisations socio-économiques, conforter l'édifice institutionnel et politique du pays avec  des lois conformes aux mutations à venir, et mettre définitivement l'Algérie  à l'abri de toutes sortes de menaces externes.          
Il y a encore ce grand défi déjà enclenché par le Président sortant de recontextualiser la politique énergétique du pays, en transvasant l'exploitation  des énergies fossiles dans le nouveau moule des énergies renouvelables avec un intérêt particulier pour la protection de la biodiversité.          
La tâche est ardue, le programme excitant. La réélection du Président Bouteflika intervient, par ailleurs, à un moment de grands défis planétaires,  autant sur le front écologique avec des investissements colossaux pour la substitution  des énergies fossiles, que sur  celui stratégique de mettre l'économie nationale,  et donc ses fondements, hors d'atteinte des crises financières mondiales qui  ont pris l'allure depuis le milieu des années 2000 l'allure de crises systémiques. Et puis, cette réélection de M. Bouteflika pour un mandat qui devrait permettre à l'Algérie d'entrer de plain-pied dans le monde des énergies propres, intervient à un moment de doutes à l'échelle planétaire quant au choix des grands équilibres énergétiques.          
Avec un peu plus de 98% de recettes d'exportations provenant des hydrocarbures, la question n'est pas ''cornélienne'', loin s'en faut, mais il faut juste réajuster les priorités, les grands chantiers futurs de l'Algérie (énergie, eau, habitat, santé, éducation, transports) nécessitent des investissements lourds.          
Ce sera en réalité autant de chantiers au menu de l'agenda du Chef de l'Etat pour les cinq prochaines années et, en priorité, des réponses rapides  à une forte demande sociale.           
L'autre grand volet de cet agenda, il y a bien sûr la consolidation de la paix, la sécurité et la réconciliation nationale, le triptyque qui a, selon la presse nationale et étrangère, fait la différence lors du vote entre le vainqueur de cette consultation populaire et ses adversaires.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions