dimanche 18 novembre 2018 01:24:58

CNSEL : 92 recours

La Commission nationale de supervision de l'élection présidentielle (CNSEL) a été destinataire, depuis le début du scrutin et jusqu'au début de l’après-midi, de 92 recours essentiellement liés au non scellement d'urnes dans certains centres de vote, a indiqué, hier après-midi, le vice-président de la commission, M. Abdelouafi Khelifi.

PUBLIE LE : 18-04-2014 | 0:00
D.R

La Commission nationale de supervision de l'élection présidentielle (CNSEL) a été destinataire, depuis le début du scrutin et jusqu'au début de l’après-midi, de 92 recours essentiellement liés au non scellement d'urnes dans certains centres de vote, a indiqué, hier après-midi, le vice-président de la commission, M. Abdelouafi Khelifi. La CNSEL a été destinataire, jusqu'à 14 heures, de "92 recours dont 55% liés au non scellement d'urnes dans certains bureaux de vote", à déclaré M. Khelifi à l'APS. Le non scellement de certaines urnes "ne veut pas dire qu'elles étaient ouvertes auparavant. Les urnes en question étaient fermées à double clés ; la première confiée au chef du bureau de vote et la deuxième au plus âgé de ses collaborateurs", a précisé M. Khelifi, ajoutant que "le scellement, qui constitue une mesure supplémentaire au verrou de l'urne stipulée par la loi, n'a aucun impact sur le déroulement du scrutin". Les recours restants sont liés à la mauvaise disposition des bulletins de vote, au non affichage de la liste des membres des bureaux de vote, à l'absence de ces derniers et à la non conformité des isoloirs aux conditions légales, a précisé le vice-président de la CNSEL. Certains recours liés au scellement ont été immédiatement et systématiquement tranchés par les sous-commissions. Les recours qui requéraient un examen plus approfondi ont été soumis pour délibération à la cellule centrale de la CNSEL, a-t-il ajouté.

« 12 recours enregistrés aux premières heures du scrutin »
Il y a lieu de relever que "La CNSEL a été destinataire, aux premières heures du matin et jusqu'à 10 heures, de 12 recours, portant en majorité sur des urnes non scellées, notamment à Alger", a déclaré le responsable à l'APS faisant savoir que les sous-commissions de compétence ont émis dans l'immédiat des décisions faisant obligation au présidents des bureaux de vote de mettre les urnes en question sous scellés. "Les décisions ont été mises en œuvre", a-t-il dit soulignant que le scrutin se déroule dans de bonnes conditions. "Avant 7 heures, les membres et auxiliaires de la CNSEL se sont déployés dans les centres de vote pour veiller au grain", a-t-il rappelé. La CNSEL est composée de 362 magistrats et compte 11.500 auxiliaires entre juges, greffiers, huissiers et traducteurs assermentés qui ont bénéficié d'une formation sur le déroulement du processus électoral.

« Le scrutin se déroule normalement », a souligné le président de la CNSEL.
Le président de la CNSEL, Lachemi Brahmi, a affirmé, hier, que le scrutin se déroulait normalement et qu'aucun fait marquant n'a été signalé. M. Brahmi, qui a visité des centres de vote à Chéraga et Dar El Beïda (Alger), pour s'enquérir du cours du scrutin a déclaré à la presse que l'opération électorale se déroulait "normalement".    "Tous les moyens matériels et humains relatifs au déroulement du scrutin sont mobilisés", a-t-il rappelé soulignant la présence d’encadreurs et auxiliaires de la CNSEL dans les centres de vote outre la disponibilité de la connection internet dans les locaux des sous-commissions électorales pour la réception et l'enregistrement des recours. Concernant les recours dont l'instance a été destinataire depuis le début du scrutin et dont la plupart font état d'urnes non scellées M. Brahmi a fait savoir qu'ils "ont été pris en charge et traités". Il a imputé les faits liés à ces recours à une formation incomplète et une connaissance insuffisante des dispositions de la loi électorale. "Ils ne procèdent pas d'une intention malveillante", a-t-il dit.    
Synthèse de Soraya G.


Deux recours à caractère pénal à Bouira
La Commission nationale de supervision de l'élection présidentielle de 2014 (CNSEL) a été destinataire de deux recours portant sur des faits à caractère pénal relatifs à la destruction de matériel lié à l'opération électorale au niveau de deux centres de vote dans la commune de Saharij dans la wilaya de Bouira, a indiqué le vice-président de la CNSEL, Yaakoub Moussa. La CNSEL a été destinataire de deux recours portant sur des faits à caractère pénal relatifs à la destruction de certaines urnes et de bulletins de vote au niveau de deux centres de vote dans la commune de Saharij dans la wilaya de Bouira, a précisé M. Yaakoub dans une déclaration à l'APS. Ces actes sont le fait de deux jeunes "inconnus", a-t-il ajouté, précisant que le procureur général compétent en a été saisi aux fins de prendre les mesures nécessaires. "Ces deux faits n'ont aucune incidence sur le bon déroulement de l'opération électorale", a-t-il affirmé, précisant que les deux recours en question faisaient partie des 130 recours reçus jusqu'à 18 heures. La plupart des recours portent sur "le non scellement d'urnes dans certains bureaux de vote", a-t-il dit, ajoutant que ceci n'a pas d'impact sur le bon déroulement du scrutin, car les urnes étaient fermées à double clé.


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions