lundi 24 septembre 2018 19:26:46

Archéologie : La Tunisie restitue à l’Algérie le masque de Gorgone

La ministre algérienne de la Culture, Khalida Toumi, et son homologue tunisien, Mourad Sakli, ont signé, hier à Tunis, le procès-verbal de remise actant la restitution à l’Algérie du masque de Gorgone, une pièce archéologique unique volée dans l’Est algérien en 1996 et retrouvée en Tunisie.

PUBLIE LE : 14-04-2014 | 0:00
D.R

La ministre algérienne de la Culture, Khalida Toumi, et son homologue tunisien, Mourad Sakli, ont signé, hier à Tunis, le procès-verbal  de remise actant la restitution à l’Algérie du masque de Gorgone, une pièce  archéologique unique volée dans l’Est algérien en 1996 et retrouvée en Tunisie.

Cette pièce archéologique en marbre blanc de 320 kg, exposée au Musée de Carthage lors de la cérémonie de restitution, regagnera l’Algérie dimanche pour être exposée dès le lendemain au Musée national des antiquités à Alger.
La restitution à l’Algérie du masque de Gorgone, a estimé Kalida Toumi, à l’issue de la cérémonie de remise de la pièce archéologique, est un «moment  d’importance éthique et de grande portée symbolique et politique» entre les deux pays, surtout, dit-elle, que la «conjoncture régionale singulière» appelle au «renforcement des liens de solidarité» qui les unissent. La ministre a également estimé que le vol de la pièce en 1996 sur le site d’Hippone (Annaba), commis alors que l’Algérie «faisait face avec courage et abnégation» au terrorisme intégriste, avait été vécu par le peuple algérien comme «un coup de poignard dans le dos», au moment où ce dernier était «mobilisé pour la sauvegarde de l’Algérie en tant qu’État, nation et société». «Il ne s’agit pas donc d’un simple objet archéologique à récupérer, mais d’un patrimoine culturel de la nation algérienne à restituer, constitutif de son être social, identitaire et culturel», a-t-elle encore dit.  Abordant la question de la lutte contre le trafic des biens culturels,  la ministre a souligné que la restitution de la pièce archéologique n’était  qu’un « jalon» dans les efforts menés par l’Algérie dans ce domaine qui, insiste-t-elle, exige une lutte «commune, déterminée et solidaire».
À cet effet, la ministre a appelé les «frères tunisiens» à se mobiliser aux côtés de l’Algérie pour la récupération les biens culturels «spoliés». Cette mobilisation commune devrait se concrétiser par la création prochaine  d’une commission algéro-tunisienne d’experts, chargée du  suivi du dossier particulier du trafic illicite des biens culturels, tel que décidé en février dernier lors de la 19e session de la Grande commission mixte algéro-tunisienne, a-t-elle rappelé. Le masque de Gorgone, découvert en 1930 par l’équipe de l’archéologue français Choupaut, ornait la façade d’une fontaine publique et faisait office  d’exutoire d’une conduite d’adduction d’eau dans la ville d’Annaba, jusqu’à sa disparition en 1996. Il a été repéré dans une de résidences de Sakhr El-Materi, gendre de l’ex-président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali à la chute de son régime, en 2011.

----------------------------------

Pas de détériorations importantes sur le masque
Le masque de  Gorgone, une pièce archéologique volée  en 1996 et restituée hier par les autorités tunisiennes à l’Algérie, "n’a  pas subi de détériorations importantes", a affirmé à Tunis, le directeur du patrimoine  au ministère de la Culture, Mourad Betrouni. Les experts algériens et tunisiens, réunis à Tunis une semaine avant la cérémonie de restitution, ont constaté "quelques petites éraflures" dues au transport de la pièce", une "légère ligne de couche de peinture verte" attestant  qu’elle était adossée à un mur, ainsi que des traces de plâtre sur les côtés, a précisé l'expert algérien.  Le masque de Gorgone, volé en 1996 du site antique d'Hippone (Annaba)  dans l'Est algérien, a été retrouvé et identifié en 2011, à l'intérieur d'une des résidences de Sakhr El-Materi, gendre du président tunisien déchu, Zine Al-Abidine Ben Ali. Sakhr El-Materi est actuellement poursuivi par la justice tunisienne pour trafic illicite de pièces archéologiques. Jusqu'à sa disparition en 1996, le masque de  Gorgone, découvert en 1930 par l'équipe de l'archéologue français Choupaut, ornait la façade d'une fontaine publique et faisait office d'exutoire d'une conduite d'adduction d'eau dans la ville d'Annaba. La ministre algérienne de la Culture, Khalida Toumi, et son homologue  tunisien, Mourad Sakli, ont signé, hier lors d'une cérémonie au musée de  Carthage, le procès-verbal de remise actant sa restitution à l’Algérie.
La pièce archéologique en marbre blanc de 320 kg a regagné l’Algérie, hier soir, pour être exposée dès laujourd’hui au Musée national des antiquités à Alger.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions