vendredi 20 octobre 2017 19:03:18

Le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique à SIDI BEL-ABBèS : « L’université doit s’impliquer davantage dans le développement »

De 5.000 places pédagogiques en 1999, à 40.000 en 2014, ce chiffre, assimilé à un premier paramètre d'évaluation, est suffisant déjà pour relever le volume des investissements consentis en direction de cet espace du savoir, l'université Djillali-Liabès, avec deux pôles accueillant plus de 40.000 étudiants.

PUBLIE LE : 12-04-2014 | 0:00
D.R

De 5.000 places pédagogiques en 1999, à 40.000 en 2014, ce chiffre, assimilé à un premier paramètre d'évaluation, est suffisant déjà pour relever le volume des investissements consentis en direction de cet espace du savoir, l'université Djillali-Liabès, avec deux pôles accueillant plus de 40.000 étudiants.

Le  ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, en visite d'inspection et de travail jeudi dernier, fut impressionné par la dimension atteinte par cet établissement, dont les structures encadrent la cité de la Mekkerra.
S'inscrivant dans le cadre de la préparation de la prochaine rentrée universitaire, cette visite a permis d’inspecter un certain nombre de chantiers de réalisation de structures pédagogiques et administratives, d’inaugurer 14 laboratoires  de génie électrique à la faculté de technologie et annoncer surtout la création d'une école nationale en informatique. Le ministre a exprimé sa satisfaction quant à l'intérêt accordé à ce secteur. Au passage, il n'a pas manqué d'engager la discussion avec les étudiants pour s'enquérir des conditions d'accueil et d'enseignement, avant de tenir une réunion avec les membres du conseil scientifique de l'université. Au cours de cette rencontre, M. Mebarki a tout d'abord fait une rétrospective sur l'évolution de l'université, et mis en relief les potentialités existantes ayant permis d'atteindre un niveau de performance, avant de mettre en évidence le mérite des enseignants. «L'université appartient aux enseignants», a-t-il affirmé, avant d’expliciter la projection du secteur et les mesures d'accompagnement à prendre pour la décentralisation de décisions concernant, entre autres, le fonctionnement. «Cela, a-t-il ajouté, ne doit pas nous empêcher de nous focaliser sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour l'amélioration du niveau d'enseignement et la réalisation de performances dans les domaines de la recherche et du développement technologique. Le Salon de l'innovation et de la recherche, organisé la semaine dernière à Oran, illustre parfaitement les aptitudes et capacités de nos chercheurs.»
Le ministre a situé la responsabilité de l'université dans le développement du pays et sa contribution dans l'accompagnement de la mutation nationale, grâce au savoir-faire de ses spécialistes et de ses enseignants en général, lançant un appel à la communauté universitaire pour relever le défi et être au diapason de la modernité et de la technologie.
A. BELLAHA
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions