lundi 18 novembre 2019 19:00:30

Hocine Yahi, co-entraineur (CRB) : "Le Chabab est un grand club et le demeurera"

Tout se passe bien, nous préparons le groupe dans de bonnes conditions, en prévision des très importants matches de championnat qui attendent le CRB.

PUBLIE LE : 12-04-2014 | 0:00
D.R

Comment cela se passe pour la mini-trêve imposée par la campagne électorale pour la présidentielle ?
Tout se passe bien, nous préparons le groupe dans de bonnes conditions, en prévision des très importants matches de championnat qui attendent le CRB. L'équipe est mal classée et doit bien réagir pour assurer son maintien en ligue 1. La mission s'annonce difficile, toutefois, le Chabab est tenu de se montrer à la hauteur. Je dis que cette trêve tombe bien, puisqu'elle nous permet de procéder à une revue d'effectif, de récupérer les blessés et instaurer une justice, en donnant à chacun un temps de jeu lors des matches
amicaux pour s'exprimer.
 
D'ailleurs le CRB en a livré deux…
Exact ! Mardi passé, on a programmé deux rencontres amicales, en présentant deux équipes équilibrées. La matinée, on a joué et perdu face à l'EN militaire 4-1. Dans l'après-midi, on a affronté le CRB Dar Beida et on l'a emporté 2-0. Je dis que peu importait pour nous le résultat, c'était une opportunité pour mettre en place notre organisation tactique et permettre aux joueurs de se mettre en jambes, pour évaluer leur forme physique et l'assimilation tactique de chaque élément du groupe. Cela nous permettra de faire les choix idoines lors de nos
prochains matches.
 
Qu'en est-il de la blessure de Ammour ?
Il s'est blessé à la cheville face à l'EN militaire, mais il n'a rien de grave ni d'inquiétant. Il s'en remettra rapidement.
 
Pourquoi, en tant que staff technique, n'avez-vous pas programmé un stage bloqué ?
On avait prévu au départ de le faire. Seulement, comme la reprise du championnat, prévue dans un premier temps le 19 du mois courant, a été reportée au 26 avril, on a finalement décidé de l'annuler. L'équipe se prépare normalement au stade du 20- août, dans une bonne ambiance, avec le sérieux et la rigueur nécessaires. Cela dit, il est fort probable qu'on organise un mini-stage de deux ou trois jours prochainement, au moment où on compte programmer le bi-quotidien.
 
Justement, parlez-nous un peu de l'état d'esprit des joueurs, sachant qu'il s'agira de sauver le CRB de la relégation...
Nous œuvrons avec Henkouche, Bouhila, Boudjelti à effectuer un important travail psychologique, tout en veillant à ce que notre message passe bien dans le groupe. On fait les choses avec finesse pour que chaque joueur prenne conscience de l'enjeu. C'est de l'avenir du CRB qu'il s'agit. C’est un grand club, à la riche histoire et l'un des ténors du football algérien, même lorsqu'il est en mauvaise posture, pour nous, amoureux du CRB, le grand Chabab restera toujours le grand Chabab. Les joueurs doivent bien prendre conscience de cela.
 
Comment pouvez-vous qualifier votre mission en tant qu'entraîneur aux côtés de Henkouche ?
Délicate ! Mais cela on le savait bien à l'avance, avant la prise en mains de l'équipe. En raison de sa situation critique, les dirigeants du club nous ont sollicités. On ne pouvait refuser de répondre à l'appel du CRB, l'appel du cœur. C'est dans les moments difficiles qu'on reconnait les siens, dit-on. Nous relèverons le défi inch’allah.  
 
Est-ce que vous ressentez qu'il y a du répondant et que le groupe progresse depuis que vous êtes-là ?
On corrige comme on peut les insuffisances relevées, en accordant toute l'importance voulue à la communication et au travail technico-tactique et l'entretien physique. On s'atèle à gérer intelligemment cette phase cruciale de la saison.
 
Êtes-vous confiant ?
Heureusement que oui, sinon pourquoi se donner autant de peine ? Avec Henkouche et les membres du staff, on donne le meilleur de nous mêmes pour conduire le CRB vers la voie du salut. Il reste six matches, qui seront tous considérés comme des matches de coupe. Les calculs sont-là, tout le monde les connait. Notre destin est entre nos mains. Il faut se montrer à la hauteur et savoir les gérer à notre profit. Le CRB n'est pas n'importe qui. Le Chabab est un grand club et le demeurera. On comptera sur nos joueurs et notre formidable public, qui auront un rôle important à jouer pour sauver le CRB de la relégation.
Entretien réalisé par
Mohamed-Amine Azzouz 
       
   
 
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions