dimanche 09 aot 2020 18:16:39

Sante : La couverture vaccinale chez l’enfant dépasse 90 %

La couverture vaccinale contre les antigènes chez l’enfant est de plus de 90 % au niveau de la wilaya d’Oran, a-t-on appris, jeudi, de source médicale relevant de la Direction de la Santé et de la Population.

PUBLIE LE : 11-04-2014 | 23:00
D.R

La couverture vaccinale contre les antigènes chez l’enfant est de plus de 90 % au niveau de la wilaya d’Oran, a-t-on appris, jeudi, de source médicale relevant de la Direction de la Santé et de la Population. "Le taux de couverture vaccinale chez l’enfant contre les huit maladies (antigènes) dont l’hépatite B, la tuberculose, la diphtérie, la polio, le tétanos et la rougeole, est de 98% en milieu scolaire et de 80 % en PMI", a annoncé Dr Nacéra Djidj, pédiatre à l’établissement de proximité de santé de publique (EPSP) d’Es-Sénia, lors d’une journée de sensibilisation sur la vaccination chez l’enfant. "Les nouvelles directives tablent sur un taux de couverture de 100 %, seuil qui n’a pu être atteint en raison de quelques problèmes liés à la vaccination de l’enfant, dont notamment le mouvement des populations, les maladies chroniques et les contre-indications", a fait observer cette intervenante, lors de cette rencontre à laquelle ont pris part 170 participants parmi les personnels médical et paramédical de la wilaya d’Oran. La même praticienne a également évoqué les nouveaux vaccins introduits en Algérie dans le cadre du programme de santé publique et qui sont bénéfiques à l’enfant, comme les deux vaccins contre la pneumocoque et la rougeole, oreillons et la rubéole (ROR). Pour sa part, Dr. Majda Kandsi, pédiatre à l’EPSP d’Es-Sédikia, dans une communication intitulée "Vaccination et maladies chroniques", a souligné que "l’enfant présentant des maladies chroniques pose des problèmes pour les agents de vaccination et les médecins de PMI, quant à la prise de décision de vacciner l’enfant, d’où l’intérêt d’un diagnostique minutieux et un bon examen chronique avant tout acte vaccinal. Dr. Yacine Rahim, maître assistant en gynécologie obstétrique au CHU d'Oran, a estimé, quant à lui, dans sa communication "Vaccination chez la femme enceinte" qu’elle ne devrait pas avoir lieu et ce, pour éviter toute complication.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions