jeudi 20 septembre 2018 18:39:31

Fiplait 2014 : Cibler les actions qui concourent à l’objectif d’autosuffisance

Le forum interprofessionnel du lait et des produits laitiers se tiendra le 16 mai au Palais des expositions de la Safex, en marge de la quatrième édition du Salon international de l’élevage, de l’agroalimentaire et de l’agroéquipement (Sipsa) prévu du 15 au 18 du même mois.

PUBLIE LE : 10-04-2014 | 0:00
D.R

Le forum interprofessionnel du lait et des produits laitiers se tiendra le 16 mai au Palais des expositions de la Safex, en marge de la quatrième édition du Salon international de l’élevage, de l’agroalimentaire et de l’agroéquipement (Sipsa) prévu du 15 au 18 du même mois.  L’un des évènements phares de cet évènement, de par le caractère stratégique de la filière qu’il représente, à savoir le lait, le forum est censé revenir sur les actions menées dans le cadre de la politique du renouveau agricole en matière d’optimisation des moyens de production et d’amélioration de la qualité du produits, mais également, les insuffisances qui ont marqué le processus de son intégration industrielle, ainsi que les contraintes rencontrées par les acteurs intervenant dans la filière. En fait, même si les résultats de la dynamique de relance de cette filière, mise en œuvre, entre 2009-2012, confirment les progrès atteints, il n’en demeure pas mois que des efforts supplémentaires restent à déployer pour mettre en œuvre l’objectif d’autosuffisance poursuivi par le gouvernement. Un système porté par l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL) dans le cadre de relations contractuelles avec les professionnels de la filière. Aussi, l’importance de ce forum exclusivement dédié aux professionnels, qui devra aboutir à des recommandations susceptibles de concourir au développement de la production laitière, réside dans le  choix des thèmes retenus, entre autres, l’intensification de la production, la génétique, la collecte, la conservation du lait, et l’innovation, sont des aspects parmi d’autres qui seront abordés par les experts, spécialistes et institutionnels concernés par ce secteur. Le forum qui se veut un espace de concertation mais aussi, une force de propositions, poursuit comme objectifs « de susciter l’émergence en amont de pôles d’impulsion dynamiques autour de coopératives ou groupements de producteurs pour mettre en œuvre des stratégies d’intégration, ou de contractualisation, de favoriser l’émergence d’acteurs entrepreneurs » dans la collecte, la transformation et la commercialisation, et d’encourager les crédits à la formation technique, l’amélioration des équipements et l’appui à la modernisation  des unités de transformation. Faut-il rappeler que les importations de l’Algérie de lait de transformation (poudre) ont enregistré un léger recul de 1,47% en 2013  totalisant 1,13 milliard de dollars contre  1,15 milliard en 2012. Les quantités du lait importées ont également baissé de 11,88%, passant  de 314.963 tonnes en 2012 à 277.528 tonnes en 2013 selon le CNIS. Pour réduire cette forte dépendance de l’étranger en la matière, l’Etat, qui consacre annuellement plus de 46 milliards de DA de soutien à la filière lait, encourage la production locale pour satisfaire les besoins nationaux qui avoisinent les 5 milliards de litres/an sachant que le pays produit actuellement près 3,5 milliards de litres de lait cru/ an et importe 50% de ses besoins. Dans cette optique, le développement de la filière lait  dans le cadre de la politique de renouveau agricole et rural a pour objectif de mettre en place une filière intégrée basée sur l’interprofessionnalisation des relations entre les différents acteurs. Le dispositif mis en place prévoit, entre autres, une prime de 4 DA/litre  pour l’intégration du lait cru dans le processus de transformation, les laiteries qui utilisent la totalité de leurs capacités pour la production  du lait en sachet à partir du lait cru bénéficient d’une prime de 7 DA/litre. Des mesures incitatives ont également été accordées aux éleveurs, collecteurs,  transformateurs pour s’étendre en dernier lieu aux producteurs de certains aliments de bétail comme le maïs et la luzerne, des cultures, que la MADR tient à encourager.
 D. Akila
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions