mardi 20 novembre 2018 13:30:04

20e anniversaire du Génocide Rwandais : Ban Ki-moon : « La honte de l'Onu ne s’est pas effacée »

Les Nations unies ressentent toujours, vingt ans après, la « honte » de n'avoir pas pu empêcher le génocide de 1994 au Rwanda, a indiqué hier à Kigali le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, lors du lancement des cérémonies officielles de commémorations.

PUBLIE LE : 08-04-2014 | 0:00
D.R

Les Nations unies ressentent toujours, vingt ans après, la « honte » de n'avoir pas pu empêcher le génocide de 1994 au Rwanda, a indiqué hier à Kigali le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, lors du lancement des cérémonies officielles de commémorations.

Relevant le «courage remarquable» de membres de l'Onu au Rwanda à l'époque, il a ajouté : «nous aurions pu faire beaucoup plus. Nous aurions dû faire beaucoup plus. Les Casques bleus ont été retirés du Rwanda au moment où l'on en avait le plus besoin (...) En l'espace d'une génération, la honte ne s'est pas effacée». Vingt ans après, Kigali a lancé hier les commémorations du génocide de 1994 — qui fit près de 800.000 morts en cent jours. Les cérémonies officielles ont commencé dans le grand Stade Amahoro («paix») de Kigali, en présence du président rwandais Paul Kagame, de huit chefs d'Etat africains, et de nombreuses délégations étrangères. «Aujourd'hui 20 ans après, nous sommes un peuple uni», a affirmé hier en accueillant les délégations au Stade Amahoro, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, énumérant la trentaine de pays représentés à Kigali. Evoquant la violence sanglante et déchaînée qui «a secoué la conscience du monde» en 1994, le président Obama a souligné dans un communiqué que le génocide n'était «ni un accident, ni inévitable». «C'était un effort délibéré et systématique de la part d'êtres humains pour détruire d'autres êtres humains», a ajouté M. Obama dans le communiqué. «Le génocide que nous commémorons aujourd'hui — et l'échec du monde de n'y avoir pas répondu plus vite — nous rappellent que nous avons toujours un choix», a souligné M. Obama. Enfin, le Rwanda a retiré l'accréditation de l'ambassadeur de France à Kigali, Michel Flesch, aux cérémonies, l'empêchant d'y représenter Paris, ont rapporté hier des médias. M. Flesch ne pourra donc remplacer à la cérémonie officielle de lancement des commémorations, la garde des Sceaux française, Christiane Taubira, qui devait initialement conduire la délégation française à Kigali. La France avait décidé d'annuler sa participation aux commémorations du génocide rwandais, après les déclarations du président Paul Kagame l'accusant d'avoir participé aux massacres, avant d'annoncer dimanche qu'elle serait représentée par son ambassadeur.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions