dimanche 22 octobre 2017 10:53:26

Après 15 jours de vacances de printemps : Reprise des cours au titre du 3e trimestre 2014

450 milliards de centimes pour l’encadrement des examens

PUBLIE LE : 06-04-2014 | 0:00
D.R

Dernière ligne droite avant les examens de fin d’année scolaire, le troisième trimestre est déjà là. Les candidats au Bac, BEM et 6e passent en effet à la vitesse supérieure pour achever le programme et entamer les révisions avant les dates annoncées des trois épreuves.
Après un repos bien mérité de deux semaines, si ce n’est moins pour certaines classes d’examen qui contrairement aux autres niveaux n’ont eu droit qu’à une semaine de répit pour cause de récupération des cours perdus, les élèves, tous paliers confondus, reprennent le chemin de l’école dans la totalité des établissements scolaires au titre du dernier trimestre 2014.
Un trimestre qualifié de très court par rapport aux deux premiers précédents, mais important car il prépare pour les révisions aux examens de fin d’année qui auront lieu à partir du 28 mai prochain pour les classes de 5e année primaire, du 1er au 5 juin pour les candidats au Bac et du 9 au 11 du même mois pour les postulants au BEM.
Par contre la date de la session de rattrapage pour l’examen de fin de cycle primaire est fixée au 25 juin.
En réalité ce trimestre compte à peine deux semaines d’études notamment pour les candidats au Bac dont la date de l’examen blanc est fixée pour le 4 mai prochain, juste après l’arrêt des cours et le début de la période des révisions, soit trois semaines seulement avant l’examen final. Le ministre de l’Education nationale a affirmé à plusieurs occasions que les sujets des épreuves du baccalauréat 2014 ne porteront que sur les cours «effectivement dispensés » durant l'année.
Pendant la période des vacances de printemps les établissements touchés par la grève ont préparé leur propre programme de rattrapage conformément à une méthodologie pédagogique définie dans le cadre de conseils éducatifs ad-hoc et après concertation entre les membres de chaque établissement secondaire.
Selon l’instruction ministérielle le programme tracé par chaque lycée a pris en charge le rattrapage des cours perdus en tenant compte des capacités d'assimilation des élèves. Les rapports des commissions de wilayas, stipulent que le retard accusé pour les classes de troisième année secondaire est estimé à plus de quatre semaines à rattraper. Une situation qui n’a, malheureusement pas arrangé certains établissements secondaires dans leur démarche d’achever le programme annuel.
Ce qui a poussé les responsables du secteur à dégager un seuil approximatif pour les cours communs et conduit à la décision que le seuil des cours du BAC 2014 est identique à celui de l’année passée excepté le retard accusé dans les cours de mathématiques et sciences physiques pour les spécialités scientifiques et en philosophie et sciences sociales pour les spécialités littéraires et ceci à cause des mouvements de grève répétitifs.

450 milliards de centimes pour l’encadrement des examens
En tout état de cause la commission chargée du suivi des programmes d'enseignement et de l'évolution de leur exécution, annonce qu’elle « suit de près durant le mois en cours, la situation et informera les établissements scolaires d’ici à la fin du même mois, du bilan des cours dispensés, ce qui va servir d’indicateur non négligeable pour les révisions et la confection des sujets d’examens». En attendant, les 51 directions de l’éducation ont déjà établi les listes des centres d’examens et de corrections ainsi que les listes des surveillants et des correcteurs pour les épreuves de fin d’année scolaire pour les trois cycles d’enseignement…
Les premiers rapports établis sur cette opération attestent d’un manque d’encadreurs et de surveillants notamment pour l’examen du BAC dont le nombre de candidats a sensiblement augmenté, vu le nombre de recalés enregistré pour la session 2013. On compte pour cette année environ 653.688 postulants dont 203.096 candidats libres qui seront encadrés par 103.000 enseignants en tant que surveillants, 5.000 enseignants superviseurs, 12.500 assistants, en plus de la mobilisation de 47.000 enseignants correcteurs selon des sources concordantes. Ce chiffre est en hausse par rapport à la précédente session qui comptait 566.694 candidats. Le ministère de tutelle qui a réservé une enveloppe de 450 milliards de centimes pour l’encadrement des examens officiels de fin d'année a prévu, l’augmentation du nombre de surveillants dans chaque classe par rapport à l'année dernière afin d’éviter le scénario de la fraude qui a ébranlé le bac de la session 2013. La tutelle a également mobilisé, 5.000 observateurs et 12.500 adjoints, qui auront pour tâche de surveiller tous les centres en plus d’effectuer une surveillance à l'intérieur et à l'extérieur des salles d'examen à tout moment. Le ministère de l'Education nationale, a également décidé en coordination avec les autorités compétentes d’intensifier la présence des éléments des services de sécurité devant tous les centres d'examens à travers le pays, afin d'éviter les perturbations à l'intérieur ou à l'extérieur des centres, comme ce fut le cas l’année dernière. Les mêmes procédures ont été prises pour l’examen de Brevet d'enseignement moyen (BEM) et le certificat d'enseignement primaire dans sa première et deuxième session, où la surveillance sera renforcée dans les salles d'examen. Il sera mobilisé 253.000 surveillants pour les examens du BEM et de la cinquième dont 142.000 surveillants pour le BEM, et 11. 000 pour la surveillance de l’examen d’entrée en première année moyenne.
    Sarah Sofi

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions