vendredi 23 aot 2019 03:46:46

Immigration en France : une Ong dénonce la rétention abusive de familles

La Cimade, une association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile, a dénoncé mercredi l’enfermement depuis le 29 mars au centre de rétention administrative de Rennes (Bretagne) d'une famille iranienne et les menaces d’expulsion dont elle fait l’objet de la part des autorités françaises.

PUBLIE LE : 02-04-2014 | 23:00
D.R

La Cimade, une association de solidarité active avec  les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile, a dénoncé mercredi l’enfermement  depuis le 29 mars au centre de rétention administrative de Rennes (Bretagne)  d'une famille iranienne et les menaces d’expulsion dont elle fait l’objet de  la part des autorités françaises.
Arrivée de manière régulière en France, cette famille, un couple et  leur fils âgé de 17 ans, venue en France pour gagner Le Royaume -Uni, a été  interpellée alors qu'elle s'apprêtait à quitter le territoire français, précise  la Cimade.
"Alors que cette famille présente toutes les conditions d'une assignation  à résidence, et qu'elle ne souhaite en aucun cas rester en France, la préfecture  de Loire Atlantique a procédé abusivement à son enfermement", déplore l’association  dans un communiqué dont une copie a été transmise à l’APS.  En une semaine, les 24 et 31 mars, l’association a fait le constat de  deux autres familles enfermées abusivement avec de jeunes enfants, dans les  centres de rétention du Mesnil-Amelot (commune de Seine-et-Marne) et de Metz  (département de Moselle) où "aucune limite n'est fixée à l'enfermement des enfants",  affirme-t-elle.  " Pourtant condamnée par la Cour européenne des droits de l'Homme en  janvier 2012 pour sa pratique de l'enfermement des familles, la France n'a toujours  pas modifié sa législation en la matière ", rappelle l’association qui demande  aux autorités françaises la fin de " l'enfermement des familles et des enfants  partout en France ".  
Un collectif plusieurs associations et syndicats défendant les droits  des étrangers a récemment exigé jeudi du ministère français de l’Intérieur "  le retrait" de la récente  circulaire qu’il a envoyée aux préfets de départements,  les exhortant à "davantage" de reconduites à la frontière. Ces associations et syndicats qui accablent le ministère de l’Intérieur  d’élaborer " un plan destiné, à tous les échelons, à accélérer les reconduites"  relève que ce texte " encourage les préfets à user de tous les moyens de coercition  avec le concours de la police".    Elles citent ainsi "les enfermements en rétention, le contrôles d’identité  ciblés,  les interpellations des personnes à leur domicile ou dans les foyers  où elles sont hébergées,  les assignations à résidence avec obligation de pointage,  les  retours +volontaires+ fortement incités,  les  placements en garde à vue  et les condamnations pénales des récalcitrants".  
Elles observent par ailleurs que cette circulaire encourage les expulsions  vers le pays d’origine plutôt que vers un autre Etat Schengen où "plus de 10  000 personnes étaient pourtant légalement admissibles en 2013 ".

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions