mardi 18 juin 2019 08:53:54

Cyclisme, Entretien avec Driss Houas (DTN de la FAC) : «Jamais le niveau n'a été aussi bon»

2.300 km parcourus, 22 jours de compétition, 20 étapes et 9 épreuves, le Grand Tour International d'Algérie cycliste 2014, auquel ont pris part 171 coureurs représentant 19 équipes, a pris fin samedi dernier avec le critérium international de Mouzaiai, en hommage à feu Ahmed Kebaili.

PUBLIE LE : 02-04-2014 | 0:00
D.R

2.300 km parcourus, 22 jours de compétition, 20 étapes et 9 épreuves, le Grand Tour International d'Algérie cycliste 2014, auquel ont pris part 171 coureurs représentant 19 équipes, a pris fin samedi dernier avec le critérium international de Mouzaiai, en hommage à feu Ahmed Kebaili. A l'image du président de la Fédération algérienne de cyclisme, qui s'est dit content quant au déroulement de cette édition, le directeur technique n'a pas, non plus, manqué d'afficher sa satisfaction du niveau de cette compétition et de la participation algérienne. Dans cet entretien, il revient sur ce GTAC 2014.

Quel bilan faites-vous de cette édition 2014 ?
Sincèrement, je suis très satisfait. Le GTAC 2014 a été une compétition de niveau très appréciable. Jamais, depuis son lancement, le Tour n'a atteint ce niveau. Nous avons atteint des moyennes dignes des plus grand tours cyclistes à l'échelle mondiale (51 km/ heure). Par ailleurs, la participation étrangère a donné une dimension internationale à ce GTAC, notamment avec la participation de coureurs de renom, à l'image du Français Damien Monier de la firme japonaise Brigestone, qui compte plusieurs participations au Tour de France, au Giro Italien et à la Vuelta Espagnole. Il a même remporté une étape du Giro 2011.

Quid de la participation algérienne ?
Elle est plus que satisfaisante. Dans l'ensemble, nous sommes parvenus à atteindre nos objectifs, même si on aurait bien pu faire mieux dans certaines étapes. Face à des adversaires de niveau international, nos athlètes ont bien réagi. Aussi, lors de cette édition nous avons assisté à l'éclosion de nouveaux talents à l'image de Barbari et Mansouri qui, faut-il le rappeler, était dans la catégorie junior encore  en début de saison. Certes, le maillot orange est revenu a l'Erythréen Mekeseb Debsay, mais les étapes remportées par Laagab et Chabane sont d'une grande importance pour le classement de l'Africa Tour.

2O étapes, pour le GTAC. Ce n'est pas beaucoup pour nos athlètes qui ne sont pas habitués à de longues compétitions ?
Pas du tout. Les coureurs ont surtout besoin de compétitions de niveau international pour progresser.
 Il faut, par ailleurs, savoir que les neuf épreuves du GTAC sont de catégorie 1.2. Ça permet a nos coureurs d'engranger un maximum de points pour le classement Africa Tour. Nos voisins marocains organisent 10 épreuves par an. Ils ont donc plus de possibilités d'améliorer leur classement. Personnellement, je ne trouve pas qu'il y a beaucoup d'étapes.
C'est juste que les équipes algériennes doivent être renforcées pour pouvoir gérer les différentes épreuves et  donner la possibilité à leurs coureurs de récupérer. Les mentalités doivent changer. C'est tout.

Cette nouvelle formule de 20 étapes en 9 épreuves a-t-elle,  justement, permis à l'Algérie de  marquer des points et d’améliorer son classement au niveau de l'Africa Tour ?
Bien sûr que oui ! Avant le coup d'envoi du GTAC 2014, l'Algérie comptait environ 200 points. A présent nous comptabilisons 480 points.
Il reste 8 épreuves à disputer au niveau africain, avant la fin de la saison. Nous avons largement les moyens de gagner encore plus de points et de battre des records même. Pour rappel, le classement de l'Africa Tour est pris en considération pour la participation aux jeux Olympiques et à la Coupe du monde.
Entretien réalisé par
Rédha Maouche

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions