samedi 21 octobre 2017 22:13:46

Décès de Jean-Luc Einaudi : les condoléances de la ministre de la culture

C’est avec une profonde affliction que nous avons appris le décès de Jean-Luc Einaudi des suites d’une foudroyante maladie. Jean-Luc Einaudi était aimé, respecté et apprécié en Algérie pour l’ensemble de ses travaux.

PUBLIE LE : 30-03-2014 | 0:00
D.R


C’est avec une profonde affliction que nous avons appris le décès de Jean-Luc Einaudi des suites d’une foudroyante maladie.
Jean-Luc Einaudi était aimé, respecté et apprécié en Algérie pour l’ensemble de ses  travaux. Educateur à la Protection judiciaire et la jeunesse, de son métier, c’est par la fréquentation des grands militants anticolonialistes français qu’il a porté son intérêt sur les luttes anticoloniales au Vietnam et surtout en Algérie. C’est ainsi qu’il eut à consacrer son premier ouvrage en 1986 à Fernand Yveton, martyr de la guerre de Libération nationale guillotiné pour l’exemple, puis s’est livré à une scrupuleuse enquête sur le centre de torture qu’avait été la ferme Ameziane. Chercheur discret, c’est son premier ouvrage sur les massacres des Algériens à Paris en octobre 1961 qui va le révéler au grand public et lui attirer les premières attaques de la part de certains milieux français. Faute d’arguments, on ne lui reprochera pas les résultats de ses enquêtes, mais son passé politique qui témoignerait de son manque de professionnalisme.
Malgré cela, le livre de  Jean-Luc Einaudi, qui mettait en évidence la violence des réactions de la police française placée alors sous les ordres de l’ancien préfet de Constantine Maurice Papon, connut un succès autant retentissant que mérité. Son auteur à alors été traîné devant les tribunaux suite à une plainte en diffamation par Maurice Papon en 1999, mais l’ancien préfet de police fut débouté.
Ces attaques destinées à le faire taire l’ont, au contraire, encouragé à continuer à travailler sur la colonisation française et sur la guerre de Libération nationale, non seulement sur des militants de base comme Lisette Vincent, mais aussi sur des figures connues tel Maurice Laban et, surtout, à aller plus loin dans son enquête sur le massacre du 17 octobre 1961.
Nous garderons en mémoire le souvenir de cet intellectuel perspicace, rigoureux et généreux. Nous présentons à sa famille, à ses proches et à ses amis nos sincères condoléances en nous inclinant à la mémoire de cet humaniste de profonde conviction.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions