mercredi 12 aot 2020 18:21:04

1re conférence internationale sur la gestion des catastrophes naturelles : Les nouvelles technologies, un atout majeur

Des chercheurs ont mis en évidence, lundi à Alger, l’utilité de l’usage des nouvelles technologies dans la gestion des catastrophes naturelles et humaines, en matière de gain de temps et de sauvetage de vie.

PUBLIE LE : 24-03-2014 | 23:00

Des chercheurs ont mis en évidence, lundi à Alger, l’utilité de l’usage des nouvelles technologies dans la gestion
des catastrophes naturelles et humaines, en matière de gain de temps et de sauvetage de vie. "Les nouvelles technologies peuvent être un atout majeur dans la gestion des catastrophes naturelles et humaines. Elles permettent un gain de temps important  dans le sauvetage des vies, par la réduction de durée de transmission des informations et la localisation des victimes", a estimé le chercheur, Dr Nadia Nouali,  en marge de la première conférence internationale sur la gestion des catastrophes naturelles, organisée par le Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (CERIST).  Pour le Dr Nouali, le potentiel révolutionnaire des technologies d’information et de communication (TIC) réside dans leurs capacités à connecter instantanément de vastes réseaux d’individus et d’organisations, à travers de grandes distances  géographiques.  Elle a souligné que les TIC pouvaient jouer un rôle de "catalyseurs"  dans la réduction des risques des catastrophes grâce à l’alerte précoce, la  coordination et le suivi des activités de secours et des ressources. La spécialiste a expliqué que les communications Internet Protocole  (IP), le haut débit sans fil (Wifi et téléphone), la vidéo et l’audio numérique  ainsi que les technologies des bases de données étaient des solutions primordiales, pour l’organisation des interventions lors des catastrophes. Ces nouvelles formes de technologies peuvent être utilisées comme instrument dans la prévention et la réduction des risques de catastrophes. Elles participent  également à la réduction des coûts liés aux interventions dans ces cas.
Des applications concrètes des nouvelles technologies ont été abordées  par la chercheuse Imène Benkhlifa, dans les cas d’incendies et d’inondations.  Elle a souligné que les nouvelles technologies pouvaient être utilisées en amont et en aval de chaque catastrophe, pour la connaissance et la préparation aux séismes et inondations mais aussi pour atténuer les dégâts causés par ces  catastrophes. Mme Benkhlifa a donné comme exemple de systèmes technologiques celui des systèmes d’alerte sur les incendies, fuite de gaz ou de produits toxiques et d’inondations.  Le lancement d’alerte au moment opportun fait gagner un temps important pour l’intervention des secours et prodiguer les premiers soins.  
Des systèmes de géo-localisation via le web sont aussi des éléments technologiques intéressants à exploiter, selon la spécialiste en nouvelle technologie. A ce sujet, des solutions TIC ont été développées par le CERIST en partenariat avec la Protection civile à travers des applications en cas de catastrophes, ont fait savoir les intervenants.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions