jeudi 20 septembre 2018 10:46:56

Rencontre nationale sur les TIC en milieu juvenile : Une meilleure écoute

Les participants à la rencontre nationale sur les technologies de l’information et de la communication dans les milieux des jeunes ont plaidé, hier, pour la mise en place d’une stratégie communicative sectorielle pour étendre l’information au profit des jeunes, au niveau national.

PUBLIE LE : 20-03-2014 | 0:00
D.R

Les participants à la rencontre nationale sur les technologies de l’information et de la communication dans les milieux des jeunes ont plaidé, hier, pour la mise en place d’une stratégie communicative sectorielle pour étendre l’information au profit des jeunes, au niveau national.

 

Au cours d’une rencontre qui s’est déroulée au camp de jeunes de Zeralda, les participants en mis en évidence la nécessité d’établir « une stratégie de redéploiement du secteur de la jeunesse et des sports en matière d'information et de communication, qui devrait s'inscrire dans un projet structurant par lequel toutes les actions s'articulent avec la conjugaison des efforts humains et matériels pour une action coordonnée et cohérente, capable de créer une dynamique nouvelle qui va capter l’attention d'un maximum de jeunes et suscitera chez eux une volonté d'adhésion. »
La rencontre a regroupé les directeurs de la jeunesse et des représentants de jeunes de différentes wilayas du pays qui ont insisté sur l’importance de tracer un programme médiatique communicatif sur la toile, afin d’orienter les jeunes et les informer sur les possibilités qui leur sont offertes. « Cette initiative a pour objectif, de créer une nouvelle dynamique chez ces jeunes afin de les inciter à participer dans les différentes activités culturelles, sportives et sociales organisées à leur encontre », a déclaré M. Ahmed Zerrouk, directeur général de la jeunesse au ministère de la Jeunesse et des Sports, qui a souligné la nécessité de « mettre en place ce nouveau programme destiné aux jeunes à travers les technologies de l’information et de la communication. » Dans le même ordre d’idée, M. Zerrouk a mis en exergue « l’importance de la sensibilisation de cette frange sur la bonne utilisation de ces moyens modernes afin d’éviter certains problèmes qui pourraient en découler.»
De son côté, le directeur de l'information et de la communication au ministère de la Jeunesse et des Sports, M. Farhat Mohamed Saïd, a indiqué que « la mise en œuvre du projet de développement de l'utilisation des TIC au profit des jeunes nécessite la mobilisation de toutes les énergies actives », précisant « l'importance de la mise en place d'un réseau national d'information pour cette frange pour l’informer sur les différents acquis réalisés jusqu'à présent à leur profit. »
En outre, « les besoins d'écoute, d'action et de développement et l'accès à la modernité, sont des besoins de jeunes mondialement reconnus, il s'agit pour chaque pays d'étudier périodiquement sur le terrain les contenus de ces besoins et attentes réellement exprimés par les jeunes pour définir les priorités, déceler les évolutions et élaborer des programmes qui répondent à ces besoins ».
  Boumediène Mizourou, ingénieur d’Etat en TIC, a présenté de sa part, dans une intervention axée essentiellement sur les méthodes d’utilisation du nouveau programme de l’information et de la communication destiné au jeunes. « L'objectif de ce nouveau programme, a ajouté le même intervenant, est de soutenir la communication entre les jeunes et l'échange d'informations sur des sujets qui les concernent, en prenant en compte le nombre d'institutions de jeunes à travers le territoire  qui sont de l’ordre de 1965, plus 137 maisons de jeunes ».
Aussi, pour l’expert, « les sources d'information des jeunes sont actuellement illimitées, l’information doit être non seulement attractive et compétitive par rapport à l'autre, mais aussi capable de développer chez eux l'esprit critique afin de pouvoir choisir ce qui leur convient en connaissance de cause. Il faut donc, investir les réseaux sociaux par le biais des jeunes les plus actifs en les identifiant d'abord et en les intégrants en tant que partenaires à encourager, en tant qu'acteurs positifs, identifier dans les milieux sociaux des personnes aux ressources limitées, capables de nous guider dans l'approche destinée aux jeunes des quartiers, notamment ceux qui vivent en difficulté et en rupture avec les institutions et enfin, instaurer des canaux de communication permanents et un accompagnement soutenu avec nos partenaires associatifs de jeunesse et des sports, pour mieux cerner les problématiques liées au monde de la jeunesse. »
Sihem Oubraham
 

  • Publié dans :
  • TIC
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions