mercredi 13 dcembre 2017 12:13:38

La ministre de la poste et des TIC l’a annoncé : : Lancement de la 4G en fixe au mois de mai

37,5 millions d’utilisateurs de téléphonie mobile pour une population de 38,5 millions

PUBLIE LE : 16-03-2014 | 0:00
Ph : Nesrine

La ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Mme Zohra Derdouri, a annoncé « le déploiement et le lancement commercial de la technologie de quatrième génération LTE/4G en mode fixe pour le 1er mai prochain », par l’opérateur historique national (Algérie télécom) pour offrir des services d’accès à l’internet en complément de ses réseaux d’accès filaires.

Lors de son déplacement à la nouvelle ville de Sidi Abdallah, la ministre a également annoncé le lancement de la technologie 4G mobile prévue à compter de la fin 2015. « Cette mise à niveau technologique du pays en matière de télécommunications illustre la volonté affichée du gouvernement d’inscrire l’Algérie dans une dynamique d’édification de la société de l’information et d’une économie numérique où tous les citoyens auront à tirer avantage des bienfaits des services des technologies de l’information et de la communication », souligne la ministre lors de son allocution d’ouverture de la journée mondiale des Droits des consommateurs, hier, placée sur le thème « Fixons nos droits en matière de téléphonie », en ajoutant que ces nouvelles technologies sont des outils sur lesquels s’appuie l’accélération de la connectivité des ménages, des entreprises et des administrations du pays avec sa diversité urbaine, rurale et saharienne. Elle a, entre autres, passé en revue les avancées en matière d'acquisition et de développement des nouvelles technologies, de même que les chantiers en attente de réalisation. « Nous nous inscrivons pleinement à l'appel lancé pour cette journée afin de mettre l'accent sur toutes les questions de consommation qui empêchent et entravent le succès de ces nouvelles technologies, dont celles de la téléphonie mobile, qui vont servir à développer des services utiles au citoyen et adaptés à ses besoins, ses goûts et préférences », a expliqué la ministre, en ajoutant que le gouvernement veille à promouvoir toutes les technologies d’accès, qu’elles soient mobiles, ou fixes, qui visent à « réduire la fracture numérique » dans notre pays, notamment et permettre, « l’accès au savoir et à l’information » à tout un chacun là où il est et quand il le souhaite. « C’est cela un premier droit, avoir accès à des services de télécommunications modernes et avantageux pour le développement du pays », affirme-t-elle.

37,5 millions d’utilisateurs de téléphonie mobile pour une population de 38,5 millions
La ministre a par ailleurs, rappelé  que le nombre d'utilisateurs de la téléphonie mobile a dépassé les 37,5 millions en Algérie pour une population de 38,5 millions. Il est de même pour l’internet où les efforts consentis ont permis le raccordement de 1.300.000 abonnés au haut débit. Elle a noté que la demande demeure toujours présente et que les efforts vont être « redoublés » pour que tous les Algériens puissent disposer d’une connexion à internet et à des coûts qui restent à la portée de tous.
 Elle a même qualifié les droits des utilisateurs de la téléphonie mobile et des services de TIC de « fondamentaux et consacrés dans les textes législatifs et réglementaires », notamment ceux promulgués dans la mise en œuvre des réformes du secteur engagées depuis 14 ans.     
Mme Derdouri a plaidé, en outre, pour que la concurrence soit « loyale et qu'elle s'exerce dans le respect par les opérateurs du principe d'égalité de traitement des usagers » et dans des « conditions objectives, transparentes  et non discriminatoires ». « Ces droits, traduits comme obligation faite aux opérateurs dans leurs cahiers des charges, sont le droit au service, le droit à la qualité et à la sécurité, le droit de choisir et le droit d’être entendu par son fournisseur », ajoute-t-elle.
Lors d'une conférence de presse et répondant à une question relative à la protection de l'utilisateur de la téléphonie mobile et des services l'accompagnant, la ministre, a rappelé que cette question est prise en charge par l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) à travers deux procédures : l'une consiste en l'obligation de conformité au label de l'ARPT pour tous les produits importés ou produits localement, et l'autre faisant obligation aux opérateurs de soumettre leurs produits à l'ARPT pour s'assurer de leur « conformité  aux normes internationales », a-t-elle précisé.

Des solutions de substitution pour lutter contre le vol de câble électriques
 Par contre, et pour ce qui est de la lutte contre le phénomène du vol des câbles électriques qui prend de l’ampleur, la ministre a précisé, que des solutions de « substitution » sont envisagées par  le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication  en vue de combattre le phénomène « Algérie Télécom est totalement impuissante devant le phénomène du vol de câbles téléphoniques qui prend de plus en plus de proportions. Nous envisageons des solutions alternatives en vue de faire face à cette situation, dont le remplacement des câbles en cuivre par des câbles en fibre optique, a précisé la ministre en affirmant que cette procédure « prendra du temps » eu égard  à l'étendue du territoire national, notamment le remplacement des câbles concernera les zones industrielles, particulièrement affectées par le phénomène de vols.
Pour sa part le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a précisé que cette année il a été enregistré 1.200.000 interventions des agents de contrôle économique et que le nombre des dépassements a atteint 270.000 qui ont induit des poursuites judiciaires.  « Les priorités de notre secteur se résument en la nécessité d’assurer la protection du consommateur. On emploie le contrôle pour les pratiques commerciales et le contrôle orienté vers la répression des fraudes. Ces deux aspects sont en étroite liaison avec le droit du consommateur, notamment le droit à la protection, auquel nous donnons la part du lion », souligne le ministre, en ajoutant que l’Algérie dispose de 20 laboratoires opérationnels et qu’à la fin de 2014, il y aura la remise de 12 autres laboratoires et que les autres seront achevés avant la fin de 2015 pour équiper les 48 wilayas des laboratoires de protection de la qualité au moins pour les produits d’alimentation.
Pour ce qui est des produits industriels, le ministre a souligné qu’une « carence » est enregistrée en la matière et que des efforts sont déployés pour y remédier, par la réalisation de laboratoires spécialisés en liaison avec le ministère du Commerce, à l’instar du Laboratoire des expériences (LNE) qui sera ouvert mardi prochain, où il y aura l’annonce de la gamme de produits industriels qui va être  annoncée. Il a déclaré entre autres, que la fin de l’année en cours verra la mise en place du conseil national pour la protection du consommateur, notamment la révision de la loi du consommateur ainsi que la création de l’agence nationale des risques liés à la consommation. « C’est une implication très importante et active des pouvoirs publique pour la protection du consommateur, puisqu’il y aura tout un dispositif organisationnel avec un budget qui va amplifier le travail que réalise les associations de protection du consommateur à titre bénévole », a enfin précisé le ministre.        
Kafia Ait Allouache

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions