mardi 13 novembre 2018 02:28:10

PLJ : La participation connue aujourd’hui

Les incidents qui se sont produits dernièrement à Ghardaïa ont pris le pas sur l’élection présidentielle du 17 avril prochain, lors de la conférence débat de M. Mohamed Saïd Oubelaïd, président du Parti de la liberté et la justice (PLJ), hier après-midi, au centre culturel Debbih-Cherif d’El Madania, Alger.

PUBLIE LE : 16-03-2014 | 0:00
Ph.Wafa

Les incidents qui se sont produits dernièrement à Ghardaïa ont pris le pas sur l’élection présidentielle du 17 avril prochain, lors de la conférence débat de  M. Mohamed Saïd Oubelaïd, président du Parti de la liberté et la justice (PLJ), hier après-midi, au centre culturel Debbih-Cherif d’El Madania, Alger. A cette occasion, le président du PLJ a estimé que les manifestations pour revendiquer l’emploi, le logement et autres droits socioprofessionnels ne doivent en aucun cas servir de prétextes pour semer le désordre et la « fitna » dans le pays. Il a ensuite affirmé que le sauvetage de l’Algérie est plus important que l’élection présidentielle, en soulignant que la prochaine élection présidentielle se présente dans des conditions tout à fait différentes des scrutins précédents. En effet, a poursuivi le président du PLJ, si les candidats à la prochaine élection présidentielle sont connus, on s’interroge sur l’après 17 avril et sur les perspectives de redéploiement du pays dans divers domaines, notamment en matière de lutte contre les fléaux sociaux, dont la dégradation des mœurs et la corruption. Après avoir annoncé que la participation du PLJ au scrutin présidentiel du 17 avril prochain sera connue aujourd’hui,  à l’issue de la réunion des cadres de son parti, M. Mohamed Saïd devait souligner la volonté de changement qui anime constamment son jeune parti, un changement pacifique et graduel, a-t-il précisé, en rappelant les slogans brandis lors du scrutin présidentiel de 2009 et des élections législatives de 2012 auxquelles le PLJ a participé. Il a ajouté que son parti est favorable à une gestion consensuelle du pays, comme l’ont réalisé les chouhada et les moudjahidine durant la Révolution de Novembre, avant d’appeler à la révision de la Constitution, une révision qui prenne en charge les vives préoccupations des représentants de la classe politique. Il a conclu son intervention en déplorant l’esprit individualiste qui caractérise certains leaders politiques. Le débat, qui s’est ensuite instauré dans la salle, a permis au président du PLJ d’aborder divers points, en rapport avec la situation dans le pays et la position de son parti.
Mourad A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions