mardi 04 aot 2020 03:33:48

Séminaire de l’association des pédiatres libéraux d’Alger : La rationalisation de la prescription d’antibiotiques recommandée

Des spécialistes ayant pris part, hier à Alger, aux travaux d’un séminaire portant sur les pathologies infectieuses pédiatriques ont appelé à la rationalisation de la prescription d’antibiotiques.

PUBLIE LE : 15-03-2014 | 23:00
D.R

Des spécialistes ayant pris part, hier à Alger, aux travaux d’un séminaire portant sur les pathologies infectieuses pédiatriques ont appelé à la rationalisation de la prescription d’antibiotiques.
Organisée par l’association des pédiatres libéraux d’Alger (APLA), cette rencontre qui entre dans le cadre de la formation médicale continue, a vu la participation des spécialistes algériens et étrangers venus de France et de Suisse, notamment.
Selon les intervenants, « l’utilisation abusive ou insuffisante des antibiotiques est à l’origine de l’émergence de bactéries résistantes capables de se propager facilement entre les personnes ».
Afin de combattre la résistance de certaines infections aux antibiotiques, les spécialistes ont mis l’accent sur la nécessité de mettre en œuvre « un plan d’action stratégiques en vue de promouvoir l’utilisation prudente des ces médicaments ».
Au cours de son intervention, le Dr. Mohamed Tahar Hamlaoui,  pédiatre au CHU Neffissa Hamoud (ex-Parnet), a souligné « l’importance d’améliorer le diagnostic pour  rationaliser la prescription d’antibiotique ».
A ce sujet, le Dr. Hamlaoui a mis en exergue la relation étroite qui existe  entre le clinicien et le microbiologiste pour établir un diagnostic précis pour une meilleure prise en charge des malades, précisant que « le médecin doit dépasser le statut de prescripteur, au thérapeute ».
Evoquant les dernières nouveautés en matière de diagnostic, le spécialiste a exhorté son souhait d’introduire au niveau des services de pédiatrie des hôpitaux,  les marqueurs de proclacitonine qui ont la faculté de déterminer si l’enfant est porteur d’une infection bactérienne nécessitant une antibiothérapie.
Soulignant l’importance de la sensibilisation à l’utilisation prudente des antibiotiques, le Dr. Hamlaoui a appelé « pour le renforcement des systèmes de surveillance de l’usage de ces médicaments », ajoutant que « les antibiotiques viennent en deuxièmes position, en matière de dépenses pharmaceutiques, après les solutés ».
Il a, en outre, relevé la nécessité de la formation spécialisée du personnel médical pour être au diapason de ce qui se fait ailleurs, en matière de traitement, du diagnostic et de prise en charge des pathologies infectieuses chez l’enfant.
Pour sa part, le Pr Nadjia Ramdani, microbiologiste, s’est étalée sur la résistance des infections à pneumocoques aux antibiotiques.  
Estimant le taux de résistance à plus de 50%, la microbiologiste a indiqué que cette situation pose un énorme problème quant au choix de médicament à prescrire.
Pour elle, l’alternative c’est l’introduction du vaccin contre la pneumonie et la méningite dans le nouveau calendrier vaccinal, qui est actuellement en cours d’étude.
    Kamélia H.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions