dimanche 23 septembre 2018 16:13:57

Après examen des dossiers par le conseil constitutionnel : Six candidats retenus

Le Conseil constitutionnel a rendu publique, dans un communiqué, la liste des candidats retenus pour l’élection présidentielle du 17 avril 2014.

PUBLIE LE : 15-03-2014 | 0:00
D.R

Le Conseil constitutionnel a rendu publique, dans un communiqué, la liste des candidats retenus pour l’élection présidentielle du 17 avril 2014. En voici le texte intégral :

«Le Conseil constitutionnel s’est réuni durant la période du 10 au 13  mars 2014 pour délibérer sur les dossiers de candidatures à l’élection du Président  de la République prévue le 17 avril 2014. A l’expiration du délai légal de dépôt des dossiers de candidatures  à l’élection du Président de la République fixé au mardi 04 mars 2014 à minuit, le Conseil constitutionnel a enregistré, conformément au règlement fixant les règles de son fonctionnement, le dépôt, par les candidats eux-mêmes, de douze (12) dossiers de candidatures auprès de son greffe. Dans ce cadre, le Conseil constitutionnel a constaté que certains candidats ont accompagné leurs dossiers de candidatures de formulaires de souscriptions de signatures d’électeurs ou d’élus, ou des deux à la fois. Soucieux de la bonne prise en charge de l’opération de contrôle des dossiers de candidature dans le délai fixé par la loi et en vue de garantir la crédibilité et la transparence de l’opération de dépôt, le Conseil constitutionnel a mobilisé des moyens matériels et humains importants tant internes qu’externes. Par ailleurs, le Conseil constitutionnel a fait appel à des magistrats et à des conseillers auprès de la Cour suprême et du Conseil d’Etat pour l’assister dans la vérification de la validité des souscriptions de signatures. En application des dispositions du Règlement fixant les règles de fonctionnement du Conseil constitutionnel, le Conseil s’est réuni pour examiner et se prononcer sur les dossiers de candidatures. Après délibération, il a arrêté la liste des candidats retenus à l’élection du Président de la République suivant l’ordre alphabétique arabe de leurs noms tel que prévu à l’article 27 du règlement fixant les règles de fonctionnement du Conseil constitutionnel. Le Conseil constitutionnel a rendu également des décisions individuelles motivées de rejet des candidatures n’ayant pas satisfait aux conditions requises, notamment par l’article 73 de la Constitution et l’article 139 de la loi organique portant régime électoral, lesquelles décisions seront notifiées aux intéressés et publiées au Journal officiel de la République. Je vous donne lecture, ci-après, de la décision du Conseil constitutionnel arrêtant la liste des candidats retenus pour l’élection du Président de la République :
Le Conseil constitutionnel,
Vu la Constitution,
Vu la loi organique relative au régime électoral et les textes subséquents,
Vu le règlement fixant les règles de fonctionnement du Conseil constitutionnel,          Après délibération,
Décide : Article 1er,
La liste des candidats à l’élection du Président de la  République est arrêtée, suivant l’ordre alphabétique arabe de leurs noms, comme  suit :
1- M. Belaid Abdelaziz
2- M. Benflis Ali
3- M. Bouteflika Abdelaziz
4- M. Touati Moussa
5- Mme Hanoune Louisa
6- M. Rebaine Ali Fewzi

Article 2 : La présente décision sera publiée au Journal officiel de  la République algérienne démocratique et populaire.
Ainsi en a-t-il été délibéré par le Conseil constitutionnel dans ses séances du 08 au 11 djoumada El Oula 1435 correspondant du 10 au 13 mars 2014.»


Les preuves d’une élection pluraliste

Sur plus de cent ambitions qui se sont exprimées pour accéder à la magistrature suprême, douze dossiers de candidature à l’élection présidentielle ont été déposés avant la date limite fixée par la règlementation en vigueur, au 4 mars à minuit, au Conseil constitutionnel. Une première sélection normale, logique puisqu’il faut une dimension nationale, un ancrage large et profond au sein de la société et un parcours politique pour espérer satisfaire aux conditions d’éligibilité. Réunir 60.000 signatures de citoyens à travers 25 wilayas, à raison de 1.500 par wilaya, ou bien 600 parrainages d’élus n’est pas chose aisée. Il y a loin de la coupe aux lèvres. Cela dit, on peut, sans trop pousser l’analyse dans les recoins de la pratique politique, considérer ce nombre impressionnant de candidats à la candidature comme l’expression même d’un engagement large des politiques pour cette échéance électorale. Depuis ce jeudi, le suspense est tombé avec le communiqué rendu public par le Conseil constitutionnel qui donne les noms définitifs des candidats retenus par cette institution pour l’élection présidentielle du 17 avril. Six candidats, un nombre censé raisonnable en vigueur de par le monde dans les régimes démocratiques. Belaid Abdelaziz, Benflis Ali, Bouteflika Abdelaziz, Touati Moussa, Louisa Hanoune et Rebaine Ali Fawzi. Des candidats qui montrent tout le potentiel large et riche du spectre politique.
Le premier sur la liste du communiqué du Conseil constitutionnel, Belaid Abdelaziz, n’a pas connu la guerre de Libération nationale. Il représente cette génération de l’indépendance qui commence à émerger à ce niveau de l’ambition et de la responsabilité. Le fait même qu’un candidat à l’élection présidentielle soit né après 1962 est la preuve irréfutable qu’une nouvelle classe politique arrive et prouve, de fait, qu’encore une fois, l’Algérie ne va pas rater ce rendez-vous historique. Les élections pluralistes auront bel et bien lieu et en leur temps. Pour la troisième fois consécutive, une femme se présente à l’élection présidentielle. Secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, est la preuve vivante qu’en Algérie, une femme peut être présidente d’un parti, chef de file d’une ligne politique courageuse, jouir du respect de sa base militante, d’une partie de l’électorat algérien et de la classe politique en général. Contrairement à la centaine de personnes qui ont retiré sans pouvoir les retourner, les imprimés instruits et signés, Louisa Hanoune a passé avec succès, cette première épreuve. Une battante et un hommage aux Algériens qui prouvent qu’ils savent dépasser, sur les questions essentielles, les clivages hommes/femmes.
Le second sur la liste est un vieux routier de la politique. Avocat, ancien ministre, ancien chef du gouvernement, membre fondateur de la Ligue algérienne des droits de l’homme. Sa participation à cette élection illustre parfaitement cette vision ouverte, transparente pour une échéance de cette importance. Troisième sur la liste dont la candidature à l’élection a été validée par le Conseil constitutionnel, Abdelaziz Bouteflika jouit d’une stature dont les racines plongent dans la guerre de Libération nationale  avec une aura planétaire. Familier des affaires et des négociations internationales, fin diplomate et visionnaire, il a capitalisé son expérience diplomatique pour mettre fin à la plus horrible des tragédies de l’Algérie post-indépendance, tout en enclenchant un programme de développement unique sur le plan continental. Touati Moussa, président du Front national algérien (FNA), est, avec le rendez-vous du 17 avril prochain, dans une troisième tentative d’accéder à la magistrature suprême, après celles de 2004 et 2009. Moudjahid, économiste, membre actif dans la société civile, membre fondateur du mouvement des enfants de chouhada, de l’Organisation nationale des enfants de chouhada (ONEC) et de la Coordination nationale des enfants de chouhada. Il a acquis, grâce à un parcours professionnel varié, une expérience dans les relations humaines et la gestion.
Rebaine Ali Fawzi, tout comme Moussa Touati, en est à sa troisième participation : membre  fondateur de l’Association des fils et filles de chahid de la wilaya d’Alger en 1985, puis son président jusqu’à 1990. M. Rebaïne est également membre fondateur de la première Ligue des droits de l’homme en juin 1985, puis membre fondateur du comité national contre la torture en octobre 1988. Une vision certaine des droits de l’homme et un volet primordial pour celui qui veut présider à la destinée d’un pays.
M. Koursi


Les six cavaliers de l’Algérie démocratique

Ainsi, six des douze candidats à la candidature pour l’élection présidentielle du 17 avril prochain ont pu passer l’étape de l’examen de  conformité de leur dossier de candidature et ont reçu l’aval du Conseil constitutionnel. Mme Louisa Hanoune, Abdelaziz Belaid, Ali Benflis, Abdelaziz Bouteflika, Moussa Touati et Fewzi Rebaine auront ainsi l’insigne honneur de se présenter devant le peuple, de présenter et de défendre leur programme, de convaincre et d’essayer de  séduire l’électorat durant l’étape à venir, la campagne électorale, et espérer, durant la dernière ligne droite, arriver au finish et ravir les suffrages. Un insigne honneur pour ces six cavaliers, car servir l’Algérie et son peuple l’est considérablement même, et chacun de ces six postulants est conscient de la lourde responsabilité qui l’attend autant en tant que candidat, s’agissant de consolider et d’enraciner dans les mœurs politiques, ce processus démocratique, passage désormais balisé pour arriver au pouvoir suprême, qu’au finish où l’heureux élu aura a gérer l’institution présidentielle et les affaires du pays, et surtout à appliquer le programme, grâce auquel il aura été choisi.
Une lourde responsabilité qu’auront à juger et les hommes et l’histoire, et l’assumer pleinement ne pourra en réalité, au-delà de la victoire de tel ou tel autre candidat, que servir grandement l’Algérie et la fortifier sur tous les plans, social, économique, politique et diplomatique.
L’Algérie entière attend son printemps, un printemps à elle qu’elle sèmera et façonnera elle-même le 17 avril prochain ; une fête démocratique qui se prépare depuis longue date avec minutie et dans les moindres détails. Un mandat qui se termine, un autre qui est en jeu, un timing démocratique, respecté en lui-même à l’honneur de l’Algérie. Un scrutin transparent, ouvert aux yeux des scrutateurs et des observateurs, la grande fête du printemps de l’Algérie s’annonce sous les meilleurs auspices. Les six cavaliers se préparent, l’Algérie les attend.
A. M. A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions