dimanche 18 aot 2019 14:05:59

Reprise prochaine du Groupe Fagor-Brandt par cevital : 7.500 emplois seront créés en Algérie

La reprise prochaine de la société multinationale Fagor-Brandt par Cévital permettra de sauver les emplois et d’en créer «pas moins de 7.000 autres en Algérie», a affirmé jeudi à Paris le Président-directeur général du groupe industriel algérien, Issad Rebrab.

PUBLIE LE : 14-03-2014 | 23:00
D.R

La reprise prochaine de la société multinationale Fagor-Brandt par Cévital permettra de sauver les emplois et d’en créer «pas  moins de 7.000 autres en Algérie», a affirmé jeudi à Paris le Président-directeur général  du groupe industriel algérien, Issad Rebrab. «La reprise, en cours de négociation, de ce groupe permettra de maintenir  un peu plus de 1.200 emplois en France, plus de 300 en Espagne et environ 750  autres en Pologne, sans compter les agences de distribution au Royaume-Uni, en Suisse, en Chine, à Singapour, aux Etats-Unis, soit plus de 2.500 emplois sauvés», a-t-il déclaré à la presse, en marge d’un colloque sur les investissements étrangers en Algérie organisé dans la capitale française. Selon l’industriel algérien, une fois le groupe multinational «bien  redressé», non seulement d’autres emplois seront créés dans les pays cités, mais, en parallèle aussi, «7.500 emplois seront créés en Algérie». «Il y aura des produits qui seront usinés en Europe et commercialisés en Algérie, dans le Maghreb, en Afrique et au Moyen-Orient, alors que d’autres produits, jusqu’à maintenant délocalisés en Chine et ailleurs, seront fabriqués en Algérie et exportés à travers tout le réseau de distribution», a-t-il ajouté. Situant son prochain investissement à l’international sous l’angle de la co-localisation, l’industriel algérien a indiqué que l’objectif est de bâtir un groupe «homogène, prospère et lui assurer la pérennité dans tous les pays  où il compte des salariés». Pour lui, il y a une «complémentarité» entre les économies française et algérienne.          «Quand il y a une certaine complémentarité avec des activités en Algérie,  on s’intéresse à des entreprises en difficultés, en essayant de les restructurer, de garder les emplois et les activités rentables en France et développer ces emplois après être redressés, et, enfin, co-localiser (en Algérie) les activités qui ont délocalisées en Chine ou bien dans les pays de l’Est», a-t-il expliqué. Selon le patron de Cévital, l’Algérie présente des «avantages comparatifs beaucoup mieux que la Chine». «Certains pays européens n’ont pas découvert les opportunités existant dans des pays comme l’Algérie où nous sommes à moins d’une heure d’avion, à partir de Marseille», a-t-il signalé, citant l’exemple des frais d’acheminement de réfrigérateurs entre la Turquie et l’Europe qui seraient de plus de 3.000 euros, alors qu’une même opération, à un volume égal, entre l’Algérie et l’Europe coutera moins de 600 euros.
«Cela illustre les avantages comparatifs de la logistique et de la proximité, en plus du coût du transport maritime qui serait beaucoup moins cher que le transport routier», a-t-il précisé. Reconnu comme un des capitaines de l’industrie algérienne, M. Rebrab a été récemment reçu, en compagnie de 34 industriels étrangers, par le président François Hollande à l’Elysée.  Il a eu, à la faveur de la même visite parisienne, des entretiens avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg. Présent dans une dizaine de filières, dont notamment l’agroalimentaire et l’électronique, le groupe Cevital a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires avoisinant les 3,5 milliards de dollars.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions