mercredi 21 novembre 2018 09:52:36

Le DG de la ville au ministère de l’habitat : Pour une requalification du tissu urbain

Un observatoire national de la ville va être mis en place « très prochainement » et aura pour mission de suivre et d’évaluer les actions en matière de villes, a déclaré hier, le directeur général de la ville au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Kamel Touati.

PUBLIE LE : 12-03-2014 | 0:00
D.R

Un observatoire national de la ville va être mis en place « très prochainement » et aura pour mission de suivre et d’évaluer les actions en matière de villes, a déclaré hier, le directeur général de la ville au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Kamel Touati.

Lors de son passage sur les ondes de la Radio algérienne l’invité de la rédaction précisera que le travail de cet observatoire s’articulera autour de trois axes : Le premier concerne la mise en place d’une nouvelle politique de la ville basée sur «le recadrage» de la loi 06/06 relative à l’orientation de la ville qui n’était pas pratique et n’a pas été appliquée dans toutes les wilayas. «A travers la mise en place d’une politique générale des plans des villes  les modalités de toute opération urbanistique  et ses voies de financement seront clairement  fixées  selon  un cadre juridique bien défini. Même la couleur du badigeonnage des habitations et autres constructions seront fixées par les collectivités locales pour donner une certaine harmonie à nos villes et villages et mettre fin à la disgrâce qui y règne actuellement», souligne M. Touati, en poursuivant que le  deuxième axe  a trait à la promotion de la ville à travers la réalisation d’une ville nouvelle et l’amélioration du cadre de vie, tandis que le dernier concerne la mise à niveau des villes  en matière  de requalification, rénovation et de renouvellement.
Outre cela, un établissement dédié au renouvellement urbain sera  créé prochainement, juste après la finalisation du texte sur la ville,  dans le but de contribuer à la restructuration du tissu urbain des villes. «Cet organisme aura pour mission essentielle de coordonner les actions de restructuration du tissu urbain prévues dans le cadre d'une nouvelle politique de la ville. C’est une nouvelle démarche des pouvoirs publics en vue d'améliorer le tissu urbain et le cadre de vie des populations » affirme M. Touati en ajoutant qu'un  projet de loi sur la ville est actuellement à l'examen au niveau du gouvernement pour compléter la législation fixant les règles d'urbanisme, qui datent de 1983
Par ailleurs, des efforts considérables seront axés sur la concrétisation de la volonté politique de création des villes nouvelles  à travers un cadre organisationnel, financier et managérial adapté à l’exigence  de la maîtrise  de l’expansion urbaine. Dans ce cadre, il a été procédé à l’installation des conseils d’administration chargés de la gestion des villes nouvelles, dont cinq sont en cours de réalisation, a savoir, celle de Sidi Abdallah, (Alger) la ville nouvelle de Bouinan (Blida), la ville nouvelle de Boughezoul, (dont les périmètres chevauchent les wilaya de Djelfa et Médéa), la ville nouvelle de la wilaya de Ménéa dans le Sud, également celle de Hassi Messaoud (Ouargla) qui est gérée par le ministère de l’Energie. De grands pôles urbains intégrés tel que celui de Draâ Errich d’Annaba dont la réalisation a été lancée, ceux d’Oran et de Médéa aussi.  

Des conseils d’administration pour gérer les villes nouvelles
Par contre les pôles urbains qui étaient mal construits tel que celui d’Ali Mendjeli à Constantine bénéficieront d’une remise à niveau. «Il y  aura tous les équipements nécessaires  pour  cette nouvelle ville prochainement avec un concept différent» précise M. Touati.
Aussi, «l’aspect architectural et esthétique des villes algériennes sera complètement repensé et redessiné à travers une nouvelle politique de la ville», explique le directeur général de la ville en soulignant que les services concernés s’attellent à corriger et à modifier les anciens plans qui n’étaient pas homologués et conformes, en les actualisant afin de les mettre au diapason des pays du pourtour méditerranéen.
Dans ce cadre, il a été procédé à l’installation des conseils d’administration chargés de la gestion des villes nouvelles. « Sous les orientations de M. le Président de la République dans son discours adressé aux architectes lors de la cérémonie du prix d’architecture  et de l’urbanisme, il a été annoncé que  les «cités dortoirs» vont disparaître à jamais. A leur place des villes et des cités intégrées vont être réalisées  avec tous  les équipements nécessaires à la vie du citoyen»,  explique t-il, en ajoutant, que dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire et de la mise en application du nouveau plan de la ville d’Alger, «plusieurs familles seront prochainement relogées et leurs anciennes habitations de fortune seront détruites immédiatement».
Dans le même sillage,  concernant le cachet architectural dans les nouveaux projets urbains, M. Touati a  indiqué que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a instruit récemment les maîtres d'ouvrage de réaliser des pôles urbains disposant de tous  les équipements et commodités nécessaires à un cadre de vie agréable.
«Nous allons disposer des outils, des fonds de financement et des institutions à charge de réaliser  les objectifs définis par la loi.
Le Premier ministre s’est penché  surtout,  sur la question de la centralité dans ses instructions», a précisé le responsable.   
Il a affirmé à ce propos que le Conseil national de l'ordre des architectes algériens (CNOA) était associé aux réflexions engagées par le secteur pour définir un nouveau cachet architectural pour les projets du secteur ainsi qu'à la révision  de la loi sur l'aménagement et l'urbanisme. «Aujourd’hui, c’est un grand chantier de textes qui encadre les réalisations.
Les textes qui datent de 1990 sont inopérants donc il faudra les revoir.  Mais le fait de rattacher la ville au ministère de l’Habitat va apporter cette complémentarité pour régler ces questions d’approche globale» déclare t-il en soulignant qu’il y aura la révision de la loi 90-29 relative à l’aménagement et l’urbanisme qui définit  les instruments. «On doit passer à un autre aspect d’instruments  comme cela se fait ailleurs» a enfin conclu M. Kamel Touati             
 Kafia Ait Allouache

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions