lundi 19 novembre 2018 07:10:43

Brahim Ghali, ambassadeur de la RASD à Alger, interpelle l’ONU : « Il faut prendre une position ferme au lieu de se murer dans l’observation »

Interrogé par nos soins, quant aux procédures qui peuvent accélérer la résolution du conflit opposant les Sahraouis aux forces d’occupation marocaines, l’ambassadeur sahraoui à Alger cite l’impérieuse nécessité d’élargir la «solidarité internationale».

PUBLIE LE : 11-03-2014 | 0:00
D.R

Interrogé par nos soins, quant aux procédures qui peuvent accélérer la résolution du conflit opposant les Sahraouis aux forces d’occupation marocaines, l’ambassadeur sahraoui à Alger cite l’impérieuse nécessité d’élargir la «solidarité internationale».
Aussi, Brahim Ghali croit dur comme fer que toutes les parties favorables à l’indépendance du peuple sahraoui doivent, désormais, «appeler l’ONU à mener des procédures coercitives, et passer, sans tarder, à la punition de l’auteur des différents crimes commis contre notre peuple». À une question de savoir si le tribunal international de La Haye a été sollicité, l’ambassadeur rappelle que le vif des négociations a été détourné, déjà en 1975, par les forces marocaines.
Aujourd’hui, estime-t-il, les conditions «ne sont plus les mêmes». Et d’ajouter : «Le degré de conscience et de la solidarité sont deux options qui facilitent la tâche afin que certains avis, dont celui des États-Unis, dépassent le stade de l’observation et de la dénonciation, pour se muer en positions fermes.»
F. I.
 
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions