vendredi 06 dcembre 2019 18:10:55

Nouria Hafsi, vice-presidente de l’organisation des femmes africaines : « La femme algérienne participera en force à l’élection présidentielle »

La militante des droits de femmes a rendu un hommage particulier au Président Abdelaziz Bouteflika et aux réformes «porteuses d’espoir» qu’il a engagées.

PUBLIE LE : 09-03-2014 | 0:00
D.R

La militante des droits de femmes a rendu un hommage particulier au Président Abdelaziz Bouteflika et aux réformes «porteuses d’espoir» qu’il a engagées.

Des acquis ? La femme algérienne en a obtenus plusieurs. Beaucoup même ! et cette dernière ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle a investi tous les secteurs, ou presque. Y compris la politique. Intervenant hier sur les ondes de la radio internationale, à l’occasion du 8 Mars, Nouria Hafsi, vice-présidente de l’Organisation des femmes africaines (OFA), assure que la gent féminine se mobilisera et « participera avec force » aux élections présidentielles du 17 avril. Une échéance qu’elle qualifie de ‘‘décisive’’. Consciente des enjeux dudit évènement, la femme, ayant payé, elle aussi, un lourd tribut pour voir l’Algérie retrouver sa stabilité et sa sécurité, « sera à l’avant-garde pour relever le défi d’une participation massive.» L’invitée de la radio rappellera dans ce contexte, certains hauts faits d’armes, en effet, selon elle, « doucement, mais sûrement », depuis la guerre de Libération où « elle jouait un rôle pionnier », cette femme a magistralement gravi les échelons. Ces efforts considérables l’ont propulsée au statut de la première femme arabe, en termes de représentativité au niveau des Assemblées élus. A l’échelle mondiale, se félicite Mme Hafsi, elle est passée du 146e au 25e rang. Des statistiques tout bonnement ‘‘inédites’’.  Dans ce contexte, la présidente de l’Union nationale des femmes algériennes rend un hommage particulier au Président Abdelaziz Bouteflika et aux réformes ‘‘porteuses d’espoir’’ qu’il a engagées. Et cite la promulgation d’une loi organique relative à la représentation des femmes au sein des assemblées élues, qu’elle qualifie de « saut qualitatif d’une grande importance.» Outre cet acquis consacré par la révision de la Constitution de 2008, « le Chef de l’Etat avait annoncé un train de réformes pour consolider la démocratie représentative », d’où le sentiment de satisfaction exprimé par Mme Hafsi.
Parmi les autres acquis, aussi importants qu’irréversibles, que la femme algérienne a arraché suite à moult sacrifices, Noura Hafsi relève : « La justice rendue aux femmes dans le monde du travail par leur obtention d’une rémunération égale à celle des hommes, tout en occupant, pour bon nombre d’entre elles, les postes de responsabilités. Un seuil que « la femme française ou américaine, n’a pas encore franchi », a-t-elle constaté. C’est cet ensemble de succès qui font la particularité de la femme algérienne. « L’homme seul ne peut garantir le développement », diagnostique le numéro 2 de l’OFA.  Le seul critère qui peut peser en faveur de l’homme ou de la femme, consiste, selon elle, en la ‘‘compétence’’.  A l’avenir, Mme Hafsi estime qu’il est grand temps d’encourager les femmes qui se sont investies dans l’entrepreneuriat, un secteur jadis exclusivement masculin. Dans une autre optique, l’invitée de la radio a relevé le rôle de la femme sahraouie qui a joué un rôle prépondérant pour la création du front Polisario, représentant légitime de la cause sahraouie. Et relève sa « résistance héroïque » qui a anéanti nombre de plans ‘‘diaboliques’’ des forces marocaines. A cet effet, elle demande l’application « à la lettre » des décisions onusiennes, partant du constat que cet état de fait a trop duré, « les sacrifices de la femme sahraouie sont innombrables et incommensurables ».
Fouad Irnatene

---------------------------------

Action syndicale
Une présence marquée
Elles sont de plus en plus présentes dans tous les domaines et  les secteurs d’activité. Elles ont même réussi à  se distinguer dans  des segments masculins par excellence. Si certaines se sont lancées dans des métiers, physiques parlant, d’autres ont carrément brillé, dans le combat pour la dignité et les droits de la population active, dans le milieu du travail. En effet, le syndicalisme est pour bien de femmes, une destinée. Si, il y a quelques années, la mission de plaider pour les droits élémentaires des travailleurs était confiée aux « collègues » hommes, ce n’est plus le cas désormais où l’on voit  de plus en plus de femmes, versées dans le syndicalisme et le combat pour  la préservation des droits des  travailleurs. De Baya Maroc, première femme syndicaliste, employée au port d’Alger qui a  épousé la cause de  défendre les dockers  qui refusaient,  de décharger un navire français  transportant  des armes, destinées à  la guerre de libération nationale, à Soumia Salhi, militante féministe et  syndicaliste, connue pour ses positions dénonçant le harcèlement sexuel  des femmes dans le milieu professionnel — pour ne citer que celles-là  — elles ont porté très haut les revendications de la classe ouvrière. Pétries de convictions de loyauté et d’équité quand il est question  de  doléances des travailleurs, elles ont été syndicalistes jusqu’au bout de leurs convictions. L’action syndicale est loin désormais d’être une affaire d’hommes, à l’ère où l’on parle d’égalité entre les deux sexes. Aujourd’hui, le nombre  des femmes syndicalistes augmente et la poignée de femmes dans le domaine  augmente,    de jour en jour. Les statistiques sont claires : parmi les 50.000 employés, formés dans le cadre syndical, 45% sont des femmes. Il faut  dire aussi qu’il existe également  au sein de l’UGTA une commission nationale des femmes travailleuses, décidée lors des assises d’octobre 2000 et qui a pour objectif de prendre en charge les questions spécifiques à la condition de la femme. Dans les syndicats autonomes, elle a marqué sa présence et le comité des femmes du Snapap, confirme le redéploiement des femmes sur le milieu du travail.
La voix  des travailleurs ne sont plus portées par des hommes seulement  à la faveur du code du travail et autres textes de lois qui  veillent à garantir l’égalité entre les hommes et les femmes dans le milieu professionnel, mais aussi par des femmes qui ont prouvé leur efficacité dans le domaine syndical. Qui a dit que le syndicalisme est une affaire d’homme ?
Samia D.

---------------------------------

Gendarmerie nationale
Engagement et dévouement
Comme chaque année, à l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la Femme, la gendarmerie nationale a rendu un vibrant hommage à la femme algérienne. Dans un message adressé aux femmes gendarmes et assimilées civiles, par le général major Ahmed Bousteila, commandant de la gendarmerie nationale, lu par le responsable de la cellule de communication, le lieutenant-colonel Keroud Abdelhamid, lors d’une cérémonie organisée hier au siège du commandement, le patron de la gendarmerie nationale a tenu à exprimer toute sa confiance et sa reconnaissance pour les efforts consentis durant l’année écoulée, par les femmes algériennes, notamment gendarmes, chacune dans son secteur d’activité.
Il ajoutera : « Par votre professionnalisme et votre abnégation, vous avez largement contribué à la modernisation et au développement de la gendarmerie nationale. »Le général major a mis en avant l’apport de la femme au sein de ce corps constitué, un apport important à travers lequel l’institution de la gendarmerie a pu relever maints défis auxquels elle été confrontée. « Votre présence à tous les échelons de l’institution a été d’un apport considérable pour relever les multiples défis notamment d’ordre sécuritaire imposés à l’institution », dira-t-il. « Les résultats probants obtenus dans le cadre de votre exercice dans les différentes structures et unités témoignent de votre engagement, de votre dévouement et de votre participation active pour la consolidation de l’Etat de droit dans le respect des lois de la République », a-t-il souligné. Et d’ajouter : « Je suis convaincu que vous poursuivrez sur la même voie pour démontrer que ces résultats ne sont pas le fruit du hasard mais qu’ils sont le résultat des efforts considérables que vous avez consentis tout au long de l’année. » Enfin, Ahmed Bousteila a exhorté toutes les femmes exerçant au sein de la gendarmerie nationale d’être fières d’appartenir à cette noble institution tout en saisissant l’occasion pour leur souhaiter une bonne fête ajoutant « qu’ensemble nous parvenions à relever tous les défis auxquels sera confrontée la gendarmerie nationale », a-t-il conclu. Au cours de la cérémonie à l’honneur des femmes, la gendarmerie nationale a offert des cadeaux symboliques à plusieurs femmes journalistes dont Thouraya Zerfaoui, de la télévision algérienne, Radia Zerrouki de la revue El djazair.com, à deux animatrices de la radio El Bahdja et à une femme commandant de la gendarmerie nationale.
Mohamed Mendaci

---------------------------------

MSP
M. Mokri appelle la femme algérienne à participer davantage à la vie politique
Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Mokri, a appelé, vendredi à Alger, la femme algérienne à participer  davantage à la vie politique et à exercer son droit d'exprimer librement ses positions, un droit "consacré par la religion musulmane et la législation". Intervenant à l'ouverture d'un meeting féminin organisé par le mouvement à l'occasion de la célébration de la journée internationale de la Femme, M. Mokri a qualifié la femme algérienne de "rempart du pays contre ses ennemis", appelant celle-ci à "participer davantage à la vie politique, un droit consacré par la  religion musulmane et la législation". Les sociétés musulmanes "n'ont pas de leçons à recevoir en matière de  liberté politique de la femme de pays qui n'ont accordé les droits politiques  à la femme que durant le siècle dernier", a-t-il dit. Il a exhorté la femme algérienne à poursuivre le parcours amorcé par d'autres femmes qui ont "contribué, par leurs combats, à la libération de l'Algérie et qui ont fait son histoire". A cet effet, il a appelé à instituer une journée nationale de la femme algérienne "à la mémoire de celles qui ont gravé leurs noms en lettres d'or,  en reconnaissance de leur rôle dans l'édification du pays".
APS

---------------------------------

Organisation Mondiale de la Santé
Un rôle éminent au sein de la famille
À l’occasion de la journée internationale de la Femme célébrée le 8 mars de chaque année, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est jointe à tous ceux qui rendent hommage aux femmes et à ce qu’elles ont accompli.  Selon l’OMS, ces réalisations sont une source d’inspiration et peuvent encourager le changement.
En matière de développement sanitaire comme dans bien d’autres domaines, les femmes sont des agents du changement. Elles sont une force motrice qui améliore la vie dans les familles, les communautés et, de plus en plus souvent, dans les pays qu’elles gouvernent.
Dans la déclaration publiée dans le site de l’organisation, le directeur général de l'OMS, Dr Margaret Chan, a fait savoir que de plus en plus de femmes occupent des postes à haute responsabilité, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, ce qui contribue à modeler des sociétés entières d’une manière globalement positive.
Chaque fois qu’une femme excelle à un poste éminent, cela rehausse le statut social des femmes partout dans le monde.
Pour ce faire, elles ne doivent souffrir aucune forme de discrimination, pouvoir profiter de toutes les possibilités (y compris dans le domaine éducatif), pouvoir gagner leur vie et dépenser leur propre argent, et pouvoir mener les carrières qu’elles ont choisies.
Selon lui, le secteur de la santé peut contribuer à la liberté des femmes en leur facilitant l’accès à tous les services de santé dont elles ont besoin, y compris en matière de santé sexuelle et génésique. Tout au long de l’histoire, les femmes ont été associées aux soins et à la compassion. Dans le monde, jusqu’à 80% des soins prodigués au domicile, sont effectuée par des femmes.
Cela doit susciter notre admiration, souligne le responsable de l’OMS. Pour lui, grâce à l’engagement des femmes et à la contribution de millions d’entre elles à travers le monde, allant des vaccinateurs aux administrateurs en passant par les médecins et les mères, la poliomyélite est sur le point d’être éradiquée.
Saisissant l’occasion, le Dr. Chan a remercie toutes les femmes pour leur dévouement et leur engagement à bien améliorer le monde de manière permanente.
K. H.

------------------------------

Tizi-Ouzou
Une ambiance particulière
Comme il est de coutume, la journée internationale de la Femme a été célébrée dans une parfaite ambiance à travers toutes les localités de la wilaya de Tizi-Ouzou par le mouvement associatif aussi bien féminin que masculin. En effet, la Kabyle, travailleuse où sans emploi, a été à l'honneur depuis la journée de mardi dernier, jour où l'héroïne de la Bataille d'Alger, la moudjahida et sénatrice, Zohra Drif-Bitat, a donné le coup d'envoi des festivités de célébration de cette fête dédiée à la femme qui a organisé la direction de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou au niveau de la maison de la culture Mouloud-Mammeri, théâtre régional Kateb-Yacine de la ville des Genêts, ainsi que dans d'autres établissements culturels relevant de cette direction.
Ce jour là, la valeureuse moudjahida a été honorée par cette direction de la culture en collaboration avec le mouvement associatif, dont l'association des femmes actives, après avoir inauguré une exposition d'articles de différentes natures produits par la femme de la région, à l'image de la tapisserie, robe, poterie... La maison de la culture a abrité plusieurs autres activités dédiées à la femme, comme des ventes-dédicaces de livres, dont celui de Zohra Drif-Bitat Mémoires d'une combattante de l'ALN, et celui de Mme El Djoher Ait Mohammed écrit en amazigh Ulac Ayen Yechban Tayri, et Malika Larabi avec ses deux opus intitulés Eclats de vie et Marcher sur les pas de mon père, en sus d'une conférence sur le thème « La femme, source de l'éducation et de développement », animée par Mme Kechir, historienne à l'université de Tamda, Nabila Amara juriste, Zoreili Mohand Amokrane économiste et psychologue, un récital poétique déclamé par l'association culturelle « Tirza » de la wilaya de Tizi-Ouzou et  l'atelier de poésie de la maison de la culture de Tizi-Ouzou et une projection d'un  film documentaire sur la femme kabyle durant la guerre de Libération ayant pour thème : « La braise des âmes » réalisé par Kossaila Djaout. Le théâtre régional Kateb-Yacine n'est pas resté lui aussi en marge de ces activités puisqu'il a, lui aussi, abrité plusieurs activités à l'occasion des pièces théâtrales traitant de la condition féminine. Comme à Tizi-Ouzou ville, la journée internationale de la Femme a été célébrée dans la joie dans plusieurs localités de la wilaya, comme dans les communes de Timizart et Tigzirt, où cette célébration a été marquée par l'organisation du concours Miss locales, pour les petites filles, dans la commune d'Ait Yahia où l'association féminine « Thasseda » du village Ait Anter, a rendu un vibrant hommage à la gent féminine toutes générations confondues en se rendant à l'hôpital « Ahmed Ali Ouamer » de Ain El Hammam pour apporter réconfort et joie les femmes qui étaient hospitalisées et l'organisation d'un cross spécialement pour les femmes, parallèlement à une conférence-débat sur les droits de la femme et une animation artistique animée par une pléiade d'artistes.
Bel. Adrar

---------------------------------

Béchar
Des festivités qui reflètent la participation de la femme
La journée internationale de la Femme a été marquée, comme à l’accoutumée, par l’organisation de nombreuses manifestations pour célébrer l’événement. On notera d’abord la cérémonie de recueillement au carré des Martyrs par les autorités civiles et militaires de la wilaya qui se sont ensuite rendues, chargées de présents, à l’hôpital Mère-Enfant Mohamed-Boudiaf pour rendre visite aux tous nouveau-nés de cette journée du  8 Mars même. A l’université de Béchar, invités et autorités ont assisté à une partie d’une conférence-débat, ayant  pour thème la mère-célibataire à l’initiative de l’association Hanane pour l’Enfance assistée. L’événement marquant de ce 8 Mars, pour la gent  féminine  restera, sans doute, ce 1er rallye automobile, organisé le 7 mars 2014, et qui aura vu la participation d’une cinquantaine de pilotes et  co-pilotes femmes qui  pratiquent ce sport mécanique pour la première fois dans  l’histoire de la  Saoura. Femme gendarme, policière, fonctionnaire et de bien  d’autres secteurs ont aussi été honorées par le premier responsable de la wilaya, à l’occasion d’une réception offerte en leur honneur.
Ramdane Bezza   

---------------------------------

Diverses activités dans le Sud
Plusieurs activités socioculturelles et sportives ont marqué la célébration, hier, de la journée mondiale de la Femme dans les  wilayas du sud du pays. Une cérémonie a été organisée au siège de la wilaya d’Ouargla, en l’honneur de représentes d’associations et figures féminines exerçant dans différents domaines, en présence des autorités de la wilaya, en plus de l’organisation par la sûreté de wilaya d’une cérémonie en l’honneur de femmes journalistes, policières et autres activant dans le secteur de la justice.  Dans la wilaya de Béchar, l’université abrité une rencontre sur l’apport de la femme au développement local, animée par plusieurs responsables d’associations féminines locales et des enseignants universitaires. Des expositions sur les différentes activités et créations, dans de nombreux domaines, d’associations et coopératives féminines, ont été également mises sur pied dans les locaux du  complexe sportif de proximité 18-Février.  Auparavant, 25 femmes-pilotes ont pris part au rallye automobile organisé,  vendredi passé, sur une distance de 18 km entre Béchar et la commune de Kenadza. Un tournoi national de football féminin a été organisé au complexe sportif 12-Février à Adrar, à l’initiative de la Radio algérienne, en collaboration avec la direction locale de la jeunesse et des sports.

---------------------------------

La femme au centre de toutes les attentions à l’Est
Dans la wilaya de Constantine, une centaine de citoyennes, travailleuses, femmes au foyer, représentantes d’associations, élues, responsables d’entreprises et fonctionnaires ont été conviées à une cérémonie, un vibrant hommage leur a été rendu, ponctué par la remise de cadeaux en présence d’autorités locales, civiles et militaires. Les femmes en butte à des problèmes de santé n’ont pas été oubliées, puisqu’elles ont été ciblées par une action de solidarité. Une association caritative locale, "El-Amir pour la culture et la bienfaisance", a organisé pour la circonstance, une visite aux femmes hospitalisées au centre hospitalo-universitaire   Ibn-Badis. 80 patientes, en traitement dans différents services, ont accueilli ce geste avec beaucoup de joie, et, souvent, avec émotion lorsque des cadeaux symboliques leur ont été remis par les membres de l'association.  
A Souk Ahras, les femmes détenues au centre de rééducation de la wilaya ont reçu la visite de bénévoles du comité local du Croissant-Rouge algérien  qui leur ont remis des cadeaux et autres confiseries. Dans la wilaya d’Annaba, la célébration a été marquée par la présentation de la pièce El Djamilate du théâtre régional Azzedine-Medjoubi, clôturant le festival culturel de la production théâtrale féminine. Les autorités de la wilaya ont présidé, à cette occasion, une cérémonie organisée dans un hôtel de la ville en présence de la moudjahida Zohra Drif-Bitat, durant laquelle des cadeaux ont été remis aux cadres et aux éléments féminins de la protection civile en signe de reconnaissance à la noble mission qu’elles assument aux côtés des hommes.  
A Oum El Bouaghi, de nombreuses fonctionnaires de la wilaya ont été honorées. Des cadeaux ont été remis à de nombreuses femmes activant dans les secteurs de la sûreté  nationale et de la protection civile.  
A Jijel, plusieurs institutions et établissements publics ont programmé  des cérémonies d’hommage aux femmes travailleuses, en parallèle à des activités culturelles et artistiques organisées à la maison de la culture de la ville.
Dans la wilaya de Batna, la célébration a donné lieu à l’organisation d’une réception à l’université Hadj-Lakhdar, en l’honneur d’étudiantes de 12 nationalités. De son côté, l’association des journalistes et des correspondants de presse a organisé au siège de l’assemblée populaire communale une cérémonie en l’honneur des femmes du secteur de la communication.

---------------------------------

Un riche programme à l'Ouest
A Oran, la création artistique féminine est à l’honneur au musée national Ahmed-Zabana où des travaux manuels et autres collections y sont exposés du  8 au 20 mars. Cette exposition est dédiée à toutes les femmes algériennes, a déclaré à l’occasion Mme Adila Talbi, directrice du musée, rappelant le rôle de la femme algérienne dans la préservation des métiers traditionnels tels que  la tapisserie et la vannerie. Neuf toiles de femmes peintres algériennes de renom dont Baya, Leïla  Ferhat, Malika Seghier, Fatiha Benabou, Fatiha Bisker et Leïla Baghli sont exposées. En outre, des femmes policières et des journalistes ont été honorées lors d'une grande cérémonie au siège de la wilaya.          
A Aïn Témouchent, la journée a été célébrée par plusieurs activités, notamment un concours de la meilleure coiffeuse dénommé  "ciseau d’or".  Organisé par la chambre de l’artisanat et des métiers, cette manifestation a enregistré, en parallèle, la tenue d’une exposition d’habits locaux.          
Le 7e Salon de la créativité féminine a enregistré, pour sa part,  une intense activité. A Tissemsilt, un programme portant sur la promotion de la femme rurale a été concocté par la l'association "Hawa El Ouarsenis". Selon sa présidente,  Mme Alia Bekri, le programme comprend plusieurs rencontres de sensibilisation à travers les communes enclavées dont Melaab, Sidi  Abed, Youssoufia, afin d'encourager notamment la femme à investir par le biais du dispositif Ansej et à créer sa propre entreprise.          
A Tlemcen, diverses activités ont été organisées pour la circonstance.  L’association "El wissal" a organisé, au centre culturel Rachid-Baba-Ahmed, une exposition d’habits traditionnels et autres produits artisanaux.          
L’association "El irchad wal islah" a initié une exposition de produits artisanaux fabriqués par des femmes formées dans ses différents ateliers.          
La gent féminine a eu droit à Nedroma à une soirée musicale organisée par l’association "El assala". Le palais de la culture Adelkrim-Dali et la maison de la culture Abdelkader-Alloula ont abrité également des soirées musicales.          
A Mostaganem, une vingtaine de femmes de onze wilayas prennent part au 5e Salon de la créativité féminine de deux jours. La bibliothèque publique Moulay-Belhamissi abrite, pour sa part, une exposition de l'habit traditionnel mostaganémois, auquel prennent part dix exposantes.          
A Mascara, le bureau communal de Hachem de l'association "Kafil el yatim" a honoré 25 veuves qui élèvent des orphelins. Des cadeaux et des sommes d'argent leur ont été offerts, selon le président d'association, M. Mezoudj Abdelkader

---------------------------------

Mascara
La police célèbre le 8 Mars
Les éléments  de la sûreté nationale ont célébré, hier, la journée mondiale de la Femme en présence du wali, du chef de sûreté de la wilaya de Mascara et de nombreux invités certains venus en famille.
Après la minute de silence observée à la mémoire des disparus et des victimes du devoir national parmi le corps de police, il a été fait lecture de la lettre du DGSN dans laquelle il était question de mettre en avant les missions et prérogatives de ce corps de sécûrité et le credo de sa professionnalisation et sa spécialisation dans le cadre de la préservation de la paix et de la protection des biens et des personnes.
A titre indicatif, le personnel féminin servant dans la  police dans la wilaya de Mascara avoisine les 500 agents exerçant dans différentes fonctions et grades, a rappelé en substance le chef de sûreté de wilaya.
A. Ghomchi

---------------------------------

Soutien à Bouteflika, artisan de la promotion de la femme
La célébration de la journée mondiale de la Femme a donné lieu, à travers les différentes localités de la wilaya de Mascara, à différentes activités culturelles, artistiques et sportives.
 La salle Abi Ras Ennaciri de Mascara a abrité une importante  exposition des différentes activités et métiers, et présentation de  produits de la femme mascaréenne  qui a excellé dans divers créneaux de la vie active.
Le wali s’est longuement entretenu avec des femmes en se rendant à leurs stands. Les femmes, en commémorant leur journée, ont  tenu à se montrer mobilisées pour la promotion de la condition féminine et le développement du pays. Au cours de cette cérémonie, les femmes affiliées à l’UNFA ont clairement exprimé leur position  vis-à-vis du choix de leur candidat pour l’élection présidentielle du 17 avril 2014 en la personne de M. Abdelaziz Bouteflika, moudjahid et artisan du décollage économique de l’Algérie et de la promotion de la femme.
Elles ont tenu à le rappeler dans leur intervention au cours de cette journée qui leur est dédiée. Le chef de l’exécutif a rendu un vibrant hommage à la femme   qui accédé à de hauts postes de responsabilité au sein de  l’Etat.
A. G.

---------------------------------

Bejaia
Un grand hommage à la femme algérienne
La célébration de la journée internationale de la Femme qui coïncide avec le 8 Mars a été marquée à travers les communes de la wilaya de Bejaia par un riche programme d’activités élaboré par la maison de la culture, l’union de wilaya des femmes algériennes et les associations féminines. Ces programmes d’activités se sont étalés sur toute la semaine pour permettre à la gente féminine d’être omniprésente à ce rendezvous.  A la maison de la culture de Bejaia, des galas artistiques, expositions d’objets et arts traditionnels et des conférences ont drainé depuis deux jours des centaines de femmes venues des quatre coins de la wilaya. Au siège de l’UNFA, une réception a été organisée, hier matin, en présence des autorités de la wilaya alors que l’après-midi d’hier a été consacrée à un gala artistique au profit des femmes avec une exposition d’ouvrages réalisés par les stagiaires du centre d’apprentissage de l’union.  L’association RAJ a organisé à la mémoire de Nabila Djahnine, plusieurs activités qui ont débuté à l’université Abderrahmane-Mira. A cet effet, Mme Gaoua Salima, directrice de la maison de la culture de Bejaia, a souligné que «  La maison de la culture a toujours réservé un cachet particulier à cette date historique, qui, à travers elle, a consacré à la femme tous ses droits dans sa vie quotidienne.  
  M. Laouer
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions