mercredi 21 novembre 2018 07:50:00

Le Conseil constitutionnel dispose de 10 jours ouvrables pour se prononcer : Douze dossiers de candidature en examen

Au lendemain de la date limite fixée au 4 mars à minuit, on a appris que sur les 157 postulants ayants procédé au retrait des formulaires de signatures de souscription à l’élection présidentielle du 17 avril, 12 dossiers de candidature ont pu être déposés auprès du Conseil constitutionnel.

PUBLIE LE : 06-03-2014 | 0:00
D.R

Au lendemain de la date limite fixée au 4 mars à minuit, on a appris que sur les 157 postulants ayants procédé au retrait des formulaires de signatures de souscription à l’élection présidentielle du 17 avril, 12 dossiers de candidature ont pu être déposés auprès du Conseil constitutionnel.     

Il s’agit des candidats Moussa Touati,  du Front national algérien, Abdelaziz Belaïd, du Front El-Moustakbal, Ali Zeghdoud, du Rassemblement algérien, Louisa Hanoune, du Parti des travailleurs, Abdelaziz Bouteflika,  actuel Président, Ali Benflis, ancien chef de gouvernement, Mahfoud Adoul, d’Ennasr El-Watani,  Ali Benouari, ancien ministre, Ali Fawzi Rebaïne, de Ahd 54, Mohamed Benhamou, du parti El-Karama, Sadek Temache et Abdelhakim Hamadi, deux indépendants. Le dépôt des dossiers des douze candidatures, accompagnés par leurs déclarations de candidature, a été donc effectué dans les dates limites fixées par le code électoral dans les quarante-cinq jours ayant suivi la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral, le 18 janvier dernier. Le Conseil constitutionnel devra, selon l’article 138, statuer sur la validité des candidatures à la présidence de la République par décision, dans un délai de dix jours francs à compter de la date de dépôt de la déclaration de candidature. Sa décision est immédiatement notifiée aux intéressés.    En attendant l’examen de conformité et d’authenticité des pièces des dossiers des douze candidats ayant reçu les accusés de réception, le CC dispose donc de dix jours, au plus tard dans les quarante-cinq (45) jours qui suivent la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral. Le Conseil constitutionnel devra rendre publique, la liste des candidats qui ont été définitivement  retenus, selon l’ordre alphabétique de leurs noms en langue arabe, et ce après avoir agréé aux conditions fixées par la constitution des dossiers. Plus qu’une semaine à attendre pour connaître officiellement, par proclamation, les résultats, après vérification des dossiers et l’annonce des noms des candidats en lice pour la campagne électorale pour le compte de l’élection présidentielle du 17 avril prochain, et, en conséquence, une nouvelle étape qui s’annonce dans la mise en œuvre de la stratégie de campagne. Plus que quelques jours nous séparent de l’officialisation des candidats auprès du Conseil constitutionnel après l’amorce de l’examen de conformité et d’authenticité des pièces administratives accompagnant la déclaration de candidature et le dépôts des formulaires de signatures de souscription des douze postulants.  Pendant ce temps, les Algériens, ce large et diversifié réservoir de voix,  qui se préparent à vivre la 5e  élection présidentielle plurielle depuis la révision de la Constitution de 1989, observent la scène politique et se préservent des avis et des opinions que leur livrent les débats qui se multiplient d’un plateau à un autre, alors que des forums s’ouvrent aux attitudes et propos des spécialistes, des élites et des politologues.   Et avant le dernier virage de la proclamation officielle des potentiels candidats parmi les douze ayant confirmé le dépôt de leurs dossiers pour la compétition d’avril, la scène nationale retient son souffre et compte les heures. Cette semaine d’attente qui nous sépare des résultats du CC constitue, d’ores et déjà, autant de matières et de commentaires de la chose politique et un témoignage de la vitalité de la scène nationale au plan de la diversité des profils et des acteurs en compétition, tout en rappelant les atouts et les programmes des campagne des candidats. Le 23 mars s’installe dans l’actualité avec les débats sur cet important rendez-vous pour l’élection du futur Président de la République.
Houria A.   

-----------------------------------

Ils ont déposé leur dossier de candidature

Le président du parti Ahd 54…
Le président du parti Ahd 54, Ali Fawzi Rebaïne,  a déposé, mardi soir au Conseil constitutionnel, son dossier de candidature pour l’élection présidentielle du 17 avril prochain.  L’opération de collecte de signatures a été «plus difficile» par rapport aux scrutins présidentiels de 2004 et de 2009, notamment concernant l’accompagnement de la liste des signatures par un CD, a déclaré à la presse, M. Rebaïne, à l’issue du dépôt de son dossier de candidature.  «Nous avons l’habitude de ce genre de batailles, et celle-ci ne nous fait pas peur», a ajouté M. Rebaïne qui a indiqué avoir collecté un nombre suffisant de formulaires de signatures individuelles de citoyens.

… M. Ali Benouari…
L’ancien ministre Ali Benouari a déposé, mardi au Conseil  constitutionnel, son dossier de candidature pour l’élection présidentielle du  17 avril prochain. M. Benouari a appelé, dans une déclaration à la pressen à l’issue du dépôt de son dossier de candidature, le peuple algérien à participer «massivement» au prochain scrutinn car, a-t-il dit, le vote est «un droitn mais aussi un devoir constitutionnel». L’ancien ministre délégué au Trésor (juin à octobre 1991) a qualifié le prochain scrutin d’«occasion pour le peuple de retrouver la confiance en soi et en les institutions de l’État». M. Benouari a estimé que la prochaine présidentielle était une «date décisive» et constituait, «sans nul doute, une excellente occasion pour une transition pacifique vers une deuxième république», qu’il veut «libérale». Interrogé sur la candidature du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour un quatrième mandat, il a indiqué que ceci était «un droit constitutionnel», mais que le peuple restait «maître du choix de celui qui le gouvernera sur la base du meilleur programme».

 … et le président du parti  El-Karama
Le président du parti El-Karama, Mohamed Benhamou, a déposé, mardi soir au Conseil constitutionnel, son dossier de candidature pour l’élection présidentielle du 17 avril prochain.
L’Algérie «traverse une situation difficile et a besoin de tous ses fils», a déclaré à la presse, M. Benhamou, à l’issue du dépôt de son dossier de candidature.
Le président du parti El-Karama a en outre fustigé les déclarations de certains candidats les qualifiant de «graves» et d’«appels à la désobéissance civile dans le but de semer le désordre».
M. Benhamou a par ailleurs indiqué que dans le cas où son dossier n’est pas accepté, il soutiendra la candidature du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui, a-t-il dit, représente «la sécurité et la stabilité».
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions