samedi 16 dcembre 2017 02:31:32

Apport de la biométrie a la sécurité publique : Pour renforcer la sécurité et la stabilité des pays de la Méditerranée

L’Algérie a organisé, les 4 et 5 mars, au Cercle national de l’armée de Beni Messous, un séminaire multinational portant sur « l’apport de la biométrie à la sécurité publique ».

PUBLIE LE : 05-03-2014 | 0:00
D.R

L’Algérie a organisé, les 4 et 5 mars, au Cercle national de l’armée de Beni Messous, un séminaire multinational portant sur « l’apport de la biométrie à la sécurité publique ».
Cette rencontre, regroupant les cinq pays du nord Méditerranée et les cinq du Sud, a pour objectif de s’imprégner des stratégies adoptées par les différentes composantes des gendarmeries ou forces équivalentes dans le domaine de la biométrie, et de s’informer mutuellement sur les méthodes de lutte et les expériences intégrant les différentes technologies liées à l’usage de la biométrie au service de la sécurité publique, a expliqué la gendarmerie nationale.
« L’Initiative 5+5 », défense dans laquelle s’inscrit notre rencontre, vise à renforcer la sécurité et la stabilité de nos pays par la consolidation du partenariat et de la coopération », a souligné le général, Nouba Menad, chef d’état major de la gendarmerie nationale. Sous la présidence du chef d’état major de la gendarmerie nationale, ce séminaire, qui s’inscrit dans le cadre de la concrétisation des activités programmées au titre du plan d’action 2014, adopté par les ministres de la Défense de l’Initiative « 5+5 Défense », entre dans la perspective de « réaffirmer notre volonté mutuelle de développer la coopération multilatérale dans le bassin de la Méditerranée occidentale, dans les domaines liées à la sécurité et à la défense, à travers le renforcement des activités de formation, de recherche et de partage de l’expérience et de l’expertise, comme c’est le cas aujourd’hui (hier : ndlr) », a affirmé le général, Nouba Menad.
Pour le représentant du commandement de la gendarmerie nationale, le choix du thème « important » , « découle de cette même volonté de renforcer notre potentiel d’expertise scientifique et de savoir-faire praticien »  afin de servir au mieux et « de promouvoir la sécurité publique », tout en réduisant d’une manière irrémédiable « les espaces de manœuvre où les faiblesses sont susceptibles d’être exploitées par les réseaux criminels spécialisés dans la criminalité sous toutes ses formes », a-t-il expliqué.
Pour le général Menad, la biométrie devient l’outil incontournable en matière d’identification des victimes dans le cadre de la sécurité civile «  la biométrie joue un rôle primordiale lors de catastrophes majeures, d’origine naturelle ou autre. » Par ailleurs, l’officier supérieur de la gendarmerie nationale a précisé que le séminaire en question « confirme une volonté de coopération au sein de cette initiative afin d’engager une réflexion collective autour de ce thème qui sera enrichi par l’expérience des participants », ajoutant que « c’est l’occasion pour les experts d’échanger leurs expériences particulières dans le domaine dont les champs d’application et le potentiel élevé de fiabilité le rangent au premier rang des outils de lutte et de prévention face, à la mobilité croissante et au degré de plus en plus élevé de nuisance et d’atteinte à la sécurité publique qui tire profit de la globalisation et de l’instabilité, qui caractérisent certaines régions du globe, une criminalité qui ne cesse de prendre des aspects de plus en plus dévastateurs ». Les travaux du séminaire se sont déroulés sous forme de conférences, où seront abordés des thèmes touchant directement aux aspects opérationnels et de recherche scientifique, liés à l’usage de la biométrie et son apport pour les gendarmeries ou forces équivalentes des pays de l’initiative en vue de garantir une meilleure sécurité des biens et des personnes. Enfin, le séminaire sera clôturé aujourd’hui par des recommandations faites de concert par les délégations ayant pris part aux travaux et qui constitueront, sans aucun doute, une feuille de route qui permettra aux spécialistes des pays de l’Initiative de conjuguer leurs efforts pour une meilleure lutte contre les différents fléaux et crimes transnationaux et ce, en s’appuyant sur l’avancée technologique acquise dans le domaine de la biométrie.
Mohamed Mendaci

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions