vendredi 15 dcembre 2017 18:43:58

Session de printemps 2014 du parlement : C’est parti !

Presidentielle 2014 : Respecter le cadre légal de la prochaine campagne électorale

PUBLIE LE : 04-03-2014 | 0:00
D.R

Deux cérémonies ont marqué, hier, l’ouverture solennelle et officielle de la session de printemps 2014 du Parlement dans ses deux chambres — le Conseil de la nation et l’Assemblée populaire nationale — dont les travaux des séances se sont déroulés en présence de Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, de Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l’Assemblée populaire nationale (APN), du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ainsi que les membres du gouvernement. La session de printemps, inaugurée d’abord à l’APN avant de se poursuivre au Conseil de la nation, intervient dans le contexte des préparatifs de l’élection présidentielle du 17 avril alors le pays procède aux évaluations et bilans des réalisations dans les différents secteurs du programme quinquennal (2010-2014) de développement économique et social du Président de la République.

Conseil de la nation  
Abdelkader Bensalah  : « Nous regrettons les tentatives de certains courants de dissuader le citoyen d’accomplir son devoir électoral »
Le président du Conseil de la nation, Abdelkader  Bensalah, a insisté sur la conjoncture exceptionnelle du déroulement des préparatifs de l’élection présidentielle pour soutenir que les efforts des parlementaires durant cette session vont se concentrer sur la réussite de l’opération électorale en contribuant par leurs actions à donner plus de dynamisme aux acteurs politiques en animant la scène nationale  dans le cadre de la campagne électorale.
Le président du Conseil de la nation a appelé à la mobilisation et au déploiement des parlementaires pour une meilleure organisation de ce rendez-vous capital pour le pays, tout en expliquant la vérité sur les progrès et les réalisations que connaît le pays dans les différents domaines. En effet, à quelques semaines du  lancement de la campagne électorale, Abdelkader Bensalah a invité les parlementaires, en tant que facteurs de convergence, des acteurs influents et efficaces pour favoriser les débats vers l’objectif attendu du rendez-vous d’avril prochain.  La campagne électorale constitue une occasion d’expliquer les acquis gagnés par le pays, pour faire progresser les opinions et aider à créer le climat nécessaire à des joutes électorales en évitant les dépassements des convenances, les doutes et les rumeurs inutiles en pareilles situations, a encore indiqué Bensalah, insistant sur le respect du cadre légal établi par la loi en vigueur concernant les atteintes aux institutions, les symboles et les constantes constitutionnelles. « Peut-on ignorer les acquis réalisés et où est l’objectivité ? » a encore affirmé Bensalah, rappelant les sacrifices consentis pour arriver à la paix, la stabilité et la consolidation du développement national. « Le devoir nous impose de préserver les acquis et de renforcer la sauvegarde du pays ». C’est à juste titre que le président du Conseil de la nation a exprimé son regret face aux tentatives de certaines personnes et de certains courants visant à propager des discours défaitistes et des position négatives en tentant de dissuader les citoyens d’accomplir leur devoir électoral. Abdelkader Bensalah affirme que le vote est un droit et un devoir que chaque Algérienne et Algérien doivent accomplir. L’abstention constitue un manquement au principe de citoyenneté et un mépris à l’égard de la conscience politique qui doit prévaloir dans  la pratique démocratique. Le président de la Chambre haute parle d’une dizaine de textes de lois inscrits dans le calendrier de la session.
Houria A.

-------------------------

Presidentielle 2014
Respecter le cadre légal de la prochaine campagne électorale
Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a fait le souhait, hier à Alger, que la campagne électorale pour l'élection présidentielle 2014 ne sorte pas de son "cadre légal".         
 "Des débordements sont enregistrés lors de toute campagne électorale  mais il est souhaitable que le débat électoral ne sorte pas de son cadre légal",  a soutenu M. Bensalah dans une allocution lors de la séance inaugurale de la  session de printemps de la chambre haute du Parlement.          
"Le débat ne doit pas être l'occasion pour certains de s'attaquer aux  Institutions de l'Etat, ses instances constitutionnelles ou à ses constantes  nationales", a insisté M. Bensalah formant le vœu que la campagne électorale  soit mise à profit pour mettre en valeur les réalisations accomplies.          
Il conviendrait d'en rappeler quelques unes, a-t-il estimé car, "de  nos jours, a-t-il dit, l'on évoque rarement les acquis réalisés à tel point  que d'aucuns pourraient s'imaginer que le pays n'a pas avancé ces dernières  années, ce qui n'est pas raisonnable ni objectif".          
"Des déclarations et des rumeurs circulent ces jours ci et véhiculent  un discours défaitiste déniant la réalité des faits" a-t-il dit, regrettant  que "de tels propos émanent de personnalités de renom et de plumes censées faire  preuve d'objectivité". "Nul ne saurait renier les avancées réalisées sur les plans économiques  et socioculturels", a poursuivi le président du Conseil de la Nation qui a  rappelé les "réalisations grandioses accomplies en matière d'infrastructures,  d'habitat, d'enseignement et au plan de l'amélioration du cadre de vie des citoyens. Le premier responsable du Conseil de la Nation a indiqué dans ce contexte  qu'"il peut arriver dans certains cas que l'on commette des erreurs, que l'on  enregistre des insuffisances dans tel ou tel secteur mais celles-ci sont rattrapables".           
Evoquant la période où les fondements de l'Etat étaient menacés et  le pays instable, M. Bensalah a souligné que "ces douloureux événements que  nous avons vécus sont des souvenirs amers que nous ne voulons ni ne souhaitons  revivre". "Alors que nous parlons aujourd'hui des sacrifices et des efforts consentis,  il convient de rendre hommage à la sagesse et à la clairvoyance de l'homme qui a su à chaque fois éviter au pays de sombrer dans la violence", saluant "la  prise de conscience du peuple algérien durant cette étape ainsi que les sacrifices  de l'armée et des services de sécurité grâce auxquels l'Algérie a pu triompher du terrorisme et surmonter sa tragédie".            
Abordant les travaux de la session, M. Bensalah a précisé que le Parlement débattra de plusieurs projets de lois à caractère socioprofessionnel et culturel.            
D'autres projets de lois concernant les secteurs de la jeunesse, l'économie, l'état civil et les douanes devraient également être inscrits à l'ordre du jour.            
Concernant le bilan du Conseil, il a indiqué que ce dernier a adopté 240 textes de loi en 15 ans. Le Parlement a également adopté deux amendements constitutionnels initiés par le Président de la République et relatifs à l'institutionnalisation de l’amazigh en tant que langue nationale et à la promotion des droits politiques  de femme.           
M. Bensalah a également évoqué les différentes lois adoptées par les  deux chambres du Parlement et relatives aux réformes qui ont sanctionné le  processus de concertations initié par le président de la République avec les  différents partis et personnalités nationales et les organisations de la société  civile en mai 2011.

-------------------------

APN
Mohamed Larbi Ould Khelifa :  « Une vraie pluralité politique »
Le Président de l’Assemblée populaire nationale,  Larbi Ould Khelifa, a affirmé dans son discours l’existence d’une pluralité politique à  l’Assemblée citant la présence de plusieurs formations politiques qui expriment librement leurs orientations et positions politiques.  Le président de l’Assemblée a rappelé la nouvelle composition de l’Assemblée qui compte plusieurs formations politiques dont les orientations  et les positions peuvent converger tout comme elles peuvent diverger, ce qui  en soi constitue selon Ould Khelifa, une concrétisation de la vraie pluralité politique dont les règles ont été établies avec l’approfondissement des réformes politiques décidées par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en 2011. Et, à ce titre, l’assemblée respecte toutes les opinions et toutes les  positions, bien plus, elle encourage l’opposition à exprimer ses préoccupations dans le cadre du respect de la loi fondamentale et de son règlement intérieur, a encore précisé le président de l’APN expliquant que la critique et l’opposition qui ont marqué l’activité de l’actuelle législature dès le début de son investiture, dénotent du dynamisme des députés à exprimer les préoccupations des franges de la société.           
Evoquant le rendez vous de l’élection présidentielle, Ould Khelifa a appelé les Algériens et Algériennes à la participation massive du scrutin du 17 avril pour élire le Premier magistrat de notre jeune république, à pratiquer ainsi leur droit de citoyenneté en toute liberté et en toute transparence.
Revenant à l’activité législative, le président de l’Assemblée a cité les textes de lois inscrits à l’agenda de la session de printemps, comme ceux relatifs à la lutte contre la contrebande, aux mutuelles sociales, des règles générales relatives à l’aviation civile ou encore le projet de loi relatif aux ressources biologiques.
Houria A.

-----------------------

APN
Journée parlementaire sur « Les droits sociopolitiques de la femme »
La commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l’Assemblée populaire nationale (APN) organisera, demain, une journée parlementaire sur le «Les droits sociopolitiques de la femme», en collaboration avec le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme. Trois interventions seront présentées sur les thèmes «Développement du système juridique des droits sociopolitiques de la femme depuis l’indépendance jusqu’a aujourd’hui», «Les droits sociaux de la femme» et «Les droits économiques  de la femme», a indiqué, hier, un communiqué de l’APN.  L’allocution d’ouverture qui sera prononcée par le président de la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés, Ahmed Kharchi, sera  suivie par les interventions de la ministre de la Solidarité nationale, Souad Bendjaballah, et du vice-président de l’APN, Salima Othmani, a ajouté la même source.         Apres le débat, la présidente du Conseil national de la famille et de  la femme présentera, à son tour, une intervention avant l’allocution de clôture des travaux qui sera prononcée par le président de la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions