mercredi 13 novembre 2019 17:18:41

Usine Renault Algérie : La Symbol « made in Algeria » en novembre prochain

La première voiture « made in Algeria », une Renault Symbol toutes options, sortira de l’usine de Oued Tlélat (Oran) en novembre prochain, comme planifié au préalable, c’est ce qu’a affirmé le P-DG de l’Usine Renault Algérie, Bernard Sonelec lors d’une conférence de presse à la Safex à l’occasion de la 8e édition du Salon de l’Aftermarket Equipauto.

PUBLIE LE : 04-03-2014 | 0:00
D.R

La première voiture « made in Algeria », une Renault Symbol toutes options, sortira de l’usine de Oued Tlélat (Oran) en novembre prochain, comme planifié au préalable, c’est ce qu’a affirmé le P-DG de l’Usine Renault Algérie, Bernard Sonelec lors d’une conférence de presse à la Safex à l’occasion de la 8e édition du Salon de l’Aftermarket Equipauto. « Renault Symbol est le premier produit qui sortira de l’usine, c’est le début d’une longue aventure, néanmoins d’autres modèles seront fabriqués avec le temps en fonction des évolutions du marché automobile et du marketing », a expliqué le représentant de la marque au Losange.

Selon Bernard Sonelec, le projet de l’usine se déroulera en deux étapes en SKD avec une capacité de 25.000 unités et une seconde étape la production s’effectuera en CKD et atteindra les 75.000 unités/an. En parallèle, « les acteurs partenaires dans la réalisation du projet mettront la main à la pâte pour développer le tissu fournisseur et de sous-traitance, un point important dans le développement de l’industrie automobile en Algérie », a souligné le P-DG de l’Usine Renault Algérie.
Toujours dans le domaine de la sous-traitance, le patron de la future usine précisera que son entreprise se concentrera dans un premier temps sur le développement des filières de batterie, vitrage, plastique, le caoutchouc des sièges, très important dans la fabrication d’un véhicule. « Des partenariats entre entreprises et fournisseurs sont ouverts et il est possible de voir naître de nombreuses coopération pour le bien de cet important projet », a-t-il ajouté.
« Des fournisseurs de la sous-traitance, nous attendons de nous livrer des produits de qualité, c’est une exigence qui figure dans notre charte, une exigence pour être parmi les meilleurs, on ne peut pas sacrifier la qualité » a-t-il souligné.
Le P-DG de la SNVI, Hamoud Tazrouti, avant d’aborder le plan de développement de la société publique a énuméré les projets auquel prendra part la SNVI avec des partenaires industriels mondialement reconnues à l’image de Mercedes-Benz et Renault. Le patron de la SNVI a expliqué que le plan de développement de l’entreprise est axé sur un programme d’investissement, de formation et de modernisation qui permettra de voir la production à la hausse  « la production atteindra les 6.500 unités en 2017, avant de tourner autour de 16 500 véhicules à terme, au lieu de 2 500.000 tonnes en 2017 », actuellement. La production de la fonderie passera à 12, a-t-il déclaré. Sur un autre registre, le P-DG de SNVI a indiqué qu’actuellement l’entreprise est 4 filiales et la réorganisation de la société se fera en 7 filiales.
Le P-DG de la SNVI a rappelé à l’occasion que son entreprise a déjà conclu quatre partenariats stratégiques : la société de production de camions et de bus à Rouïba de marque Mercedes-Benz, la société de production de véhicules utilitaires et tout terrain à Tiaret de la même marque allemande, la société de production de véhicule particulier à Oran avec Renault et la société de production de boîte de vitesses de marque allemande ZF à Rouïba. Selon le responsable d’autres partenariats seront très prochainement conclus.
Le patron de la SGP EQUIPAG, Bachir Dehimi, dit qu’il a été recensé 113 partenaires (fabriquant de pièces de rechange) potentiels et qui pourront faire partie des fournisseurs et des sous-traitants avec l’Usine Renault Algérie.
Il est utile de souligner que la sous-traitance industrielle en Algérie est en pleine croissance, illustrée par l’installation de l’usine de montage de Renault en Algérie dans la zone d’activités d’Oued Tlélat (Oran) pour la production de la Symbol avec un volume de production initial de 25.000 véhicules/an, l’usine Daimler-Benz à Rouiba pour la production de
16.500 véhicules/an, l’usine de Tiaret pour la fabrication d’environ 10.000 véhicules tout terrain et véhicules légers utilitaires, et une autre usine à Constantine devant produire 26.000 moteurs à refroidissement à eau destinés à motoriser notamment les véhicules industriels, les engins agricoles et engins de travaux publics.
Autour de ces complexes industriels, les autorités algériennes ont prévu d’encourager de nombreuses PME spécialisées dans la fabrication de pièces de rechange et autres composants entrant dans la fabrication de ces différents véhicules par l’instauration politique de redressement industriel.
 Mohamed Mendaci
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions