mercredi 21 novembre 2018 09:53:03

Election présidentielle du 17 avril : Quatre postulants déposent leur dossier au Conseil constitutionnel

PT : Louisa Hanoune dépose son dossier de candidature

PUBLIE LE : 03-03-2014 | 0:00
Ph : nesrine

La dernière ligne droite est enclenchée par les postulants à la candidature  à l'élection présidentielle d’avril prochain. Le rappel par le Conseil constitutionnel du dernier délai de dépôts des dossiers de candidature à cette course à la magistrature suprême de l’Etat, accroît la cadence et tient en haleine l’opinion publique qui demeure intéressée par le verdict final du Conseil constitutionnel, s’agissant de son quitus donnant droit officiellement aux heureux élus conviés à une participation effective à la joute présidentielle. Les postulants vivent dans l’attente d’une validation de leurs dossiers de candidature dans une espèce de veillée d’armes somme toute bien compréhensible, sans pour autant se dispenser de se mobiliser et de battre le rappel de leurs partisans, de se manifester devant les médias, les citoyens. La scène politique «s’emballe» selon l’expression communément  admise et tous les indices montrent éloquemment qu’elle montera en puissance dans les jours à venir. Au vu du l’intense activité politique qui va crescendo, tout indique que nous sommes à l’orée d’une campagne électorale qui sera âprement disputée, où les «chevaliers de la démocratie», ne manqueront pas d’user de leur poids, de toutes leurs facultés de séduction pour s’attirer les faveurs d’un corps électoral appelé à se déterminer en son âme et conscience le jour J.

Nouara Djafar, porte-parole du RND a propos de l’election presidentielle :
« Elire le Président en toute liberté »
Le RND tiendra demain en son siège, une rencontre qui regroupera les parlementaires et les P/APW pour débattre de la prochaine échéance électorale. Le parti du RND a lancé un message significatif, sous forme d’une mise en garde, appelant les citoyens algériens à ne pas s’aventurer sur ce qui peut nuire à l«unité nationale» Contactée hier, Nouara Djaâfar a appelé, notamment la jeunesse à faire preuve de «vigilance» pour se mettre à l’abri de toute «manipulation», certainement «non sans conséquences.»
Dans sa déclaration, la porte-parole du parti s’est dite convaincue que «le fait de dire non au un 4e mandat, est en soi une opposition à l’unité nationale.» Si pour elle la liberté d’expression ou de rassemblement est un droit, les manifestants «ne devaient en aucun cas se prononcer au nom de tout un peuple».
Et d’ajouter : «il suffit de voir les acquis réalisés dans tous les secteurs, sans exception, et de mesurer le changement impressionnant réussi, en quinze ans, par notre pays pour se rendre compte qu’on doit beaucoup à cette personnalité hors du commun».
Dans le même contexte, Mme  Djaâfar souligne que «la politique prônée par le Président de la République Abdelaziz Bouteflika, a permis à l’Algérie d’éviter l’ingérence étrangère.» Dans son message, la représentante du parti sollicite les «jaloux de leur pays, à se rendre massivement aux urnes et élire leur président en toute liberté.» Les citoyens, poursuit-elle, «doivent être conscients des défis qui se profilent à l’horizon.» Compte tenu de l’enjeu des prochaines élections présidentielles, elle rassure que le RND «demeure présent et actif sur la scène médiatique.» Et relève l’«importance du travail de proximité qui doit s’imposer, en particulier, pendant les trois semaines de la campagne électorale.» A propos des activités du RND, Mme Djafar fera part de la tenue d’une rencontre, demain au siège du parti, qui regroupera les parlementaires et les P/APW pour en débattre lors des élections. La direction de la campagne électorale, qui sera présidée par Abdelkader Bensalah, secrétaire général du parti, «a tout un schéma à respecter à la lettre.»  Le parti, explique sa porte-parole, s’active également sur Internet et exploite les réseaux sociaux pour «rester en contact permanent avec la société».  Par ailleurs, il convient de rappeler que le premier responsable du RND s’est réjouit de la capacité de son parti à surmonter «les conditions difficiles» par lesquelles il est passé, saluant les efforts des militants qui ont conduit à la tenue de ce congrès. S’exprimant au cours de la semaine dernière, M. Bensalah a relevé la «disponibilité» de son parti à s’engager dans la campagne électorale et à mobiliser tous les moyens humains et matériels pour la présidentielle d’avril prochain. Dans ce registre, la direction du RND a souhaité que «cette échéance présidentielle se déroule dans un esprit compétitif démocratique», exprimant sa «conviction que le peuple algérien est conscient qu’une participation massive conférerait à cette élection davantage de crédibilité à même de permettre à l’Algérie de faire face aux défis qui se posent aux plans national et régional». Le parti a exprimé sa satisfaction à la candidature du Président Bouteflika, des militantes et militants du Rassemblement et soulignant «les échos favorables à cette démarche qui répond aux appels des larges franges de la société».
Fouad Irnatene

---------------------------

PT
Louisa Hanoune dépose son dossier de candidature
«Notre parti a déposé un dossier complet de candidature qui remplit toutes les conditions juridiques et constitutionnelles, avec la collecte de 111.078 signatures de citoyens et de 917 signatures d’élus». C’est ce qu’a déclaré hier à Alger, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, lors d’un point de presse organisé en marge du dépôt du dossier de sa candidature auprès du Conseil constitutionnel à l’élection présidentielle. Mme Hanoune a expliqué que «son parti a respecté toutes les conditions juridiques et ses militants ont procédé à une collecte saine et propre de signatures à travers tout le territoire national».  
Et d’ajouter : «La raison pour laquelle on a décidé de se présenter à l’élection présidentielle en dépit des conditions difficiles et les lacunes qui existent, est de pousser le peuple algérien à choisir lui-même son destin.» Elle a estimé que «le peuple a arraché sa liberté après des années de combat et a perdu des centaines de jeunes pendant les années noires du terrorisme.  La participation du parti aujourd’hui, aux présidentielles est une bataille décisive».  Dans ce sens, Mme Hanoune a réitéré son profond respect à chaque parti, vis-à-vis de la position de chacune et de chacun. «Chacun a le droit de décider de participer, de s’abstenir.
Il en est de même pour celui qui a décidé de soutenir un candidat, mais personne n’a le droit de jouer avec le sort de cette nation», a-t-elle indiqué.  
La S. G. du parti dira qu’elle est pour la liberté de s’organiser. «Nous sommes pour la levée de tous les obstacles mis devant les manifestations et nous n’acceptons pas que l’on touche à cela pour n’importe quel prétexte que ce soit.
Dans le fond, je ne partage pas l’avis de ces manifestants, pour autant qu’ils aient le droit de s’opposer. Je défends le droit de chaque candidat à participer à cette élection, Dès lors qu’ils honorent les conditions de la Constitution», a conclu Mme Hanoune.
Wassila Benhamed         

---------------------------

Après avoir  depose son dossier de candidature
Ali Zaghdoud : « Une échéance porteuse d’espoir pour le peuple algérien »  
Après avoir déposé son dossier, le président du Rassemblement algérien (RA), Ali Zaghdoud, a estimé hier à Alger, que la prochaine élection présidentielle est une échéance «porteuse d'espoir» pour le peuple algérien qui a le droit de choisir la personne qui dirigera le pays. «Cette échéance permettra au peuple algérien de choisir en toute liberté la personne apte à diriger le pays pour le prochain mandat», a déclaré M. Zaghdoud à la presse.
Il a souhaité à cette occasion que cette élection se déroule «dans un cadre «transparent et intègre» à la faveur des garanties données récemment par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika». Pour M. Zaghdoud, cette échéance «bénéficiera notamment aux jeunes qui doivent, pour leur part, contribuer à la consécration des principes du pluralisme devant garantir leurs droits à l'avenir». Concerant les parties qui appellent à boycotter le prochain scrutin, le président du RA a estimé que «le boycott n'est pas pour servir l'intérêt de l'Algérie qui a besoin de toutes les parties pour consacrer la
démocratie et opérer un changement positif».
Pour ce qui est de son dossier de candidature, M. Zaghdoud a dit «remplir toutes les conditions juridiques et constitutionnelles» ajoutant avoir collecté «670 signatures d'élus» représentant différents courants politiques.

---------------------------

Parti Tribune de l’Algerie de demain:
« Mener campagne en faveur du candidat Bouteflika »  
Le président du parti Tribune de l'Algérie de demain, Hocine Gouasmia, a affirmé hier, à Alger que les partisans du boycott de la présidentielle du 17 avril prochain «sont libres d'exprimer leurs positions» et ce en application du principe de démocratie, ajoutant que «c'est l'urne qui décide dans tous les cas».  
Lors de sa  conférence de presse, M. Gouasmia a souligné que l'appel  de certaines parties au boycott de ce rendez-vous est «normal», estimant que ces derniers «sont libres d'exprimer leurs positions». Quelles que soient les positions annoncées «c'est l'urne qui décidera dans tous les cas et c'est ça la véritable démocratie», a-t-il ajouté.          
Il a rappelé dans ce contexte que son parti s'était déjà prononcé sur  cette question en annonçant son appui à la candidature du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour un quatrième mandat et c'est une position qu'il a concrétisée en adhérant à l'initiative du «Collectif loyauté et stabilité» qui regroupe plusieurs partis politiques. A cet effet, il a indiqué que son parti a réussi à collecter «40.000 signatures» au profit du candidat Abdelaziz Bouteflika et veillera avec d'autres partis à mener campagne en sa faveur. 

---------------------------

MAJD
Pas de candidat à la présidentielle
Le Mouvement algérien pour la justice et le développement  (MAJD) a annoncé hier, qu'il ne présentera pas de candidat à l'élection présidentielle d'avril prochain mais choisira parmi l'un des candidats en lice pour le soutenir. «Le MAJD ne présentera pas un candidat et va réunir son conseil national, dans la prochaine semaine, après que le Conseil constitutionnel validera la liste des candidatures, pour soutenir un des candidats que le MAJD trouvera  en son programme un rapprochement avec son projet de société», précise un communiqué du parti.  
Pour le MAJD, la mobilisation du peuple et son implication est nécessaire pour la réussite de cet important rendez-vous  estimant que la Constitution doit être révisée en «profondeur». 

---------------------------

Citoyenneté
Le 17 avril prochain, les Algériens sont appelés à élire librement et en toute démocratie leur Président. Celui qu’ils jugeront le plus apte à gouverner le pays durant les cinq prochaines années. Aucun droit à l’erreur n’est permis. Et pour cause, il est attendu de l’homme ou de la femme sur lequel ou laquelle se portera le choix des électeurs la consolidation de tous les acquis et progrès enregistrés. De même qu’il ou elle aura la lourde responsabilité de répondre à toutes les aspirations nées de l’ouverture de l’Algérie à l’universalité. Mais si, comme à chaque consultation électorale du reste, les semaines qui précèderont la tenue du scrutin seront dominées par les débats autour des programmes des candidats en lice et de leurs chances d’accéder ou pas à la magistrature suprême, force est de souligner que d’autres préoccupations émergeront. En effet, l’éventuel taux de participation  qui sera enregistré à l’issue de la fermeture des bureaux de vote ne manquera pas de faire l’objet de spéculations et autres supputations.
Chacun ira de son propre sondage pour annoncer avant le jour J, le taux de participation. Cette façon de faire n’est pas dénuée de calculs dont celui de tenter de discréditer avant l’heure un scrutin décisif pour le pays. Pourtant, il y a une vérité que tous les Algériens ne peuvent ignorer. C’est celle qui consiste à rappeler que toute élection n’est jamais bouclée d’avance et qu’elle est avant tout une occasion pour prouver sa citoyenneté et son civisme. Elle est également une opportunité pour apporter sa pierre à l’édification de l’Etat de droit et de démocratie souhaité par le peuple. Mais pour ce faire, il faut une participation massive des électeurs. Hier, dans un message adressé à l'occasion de la célébration du 50e anniversaire de l'installation de la Cour suprême, le Président de la République  à invité les Algériens « à faire du prochain scrutin présidentiel une véritable fête pour l'Algérie », les exhortant à se rendre massivement aux urnes.
Dans son message, le Président de la République ne manquera pas également de souligner le degré de politisation du peuple algérien qui donnera, indique M. Abdelaziz Bouteflika «comme de coutume, une leçon de citoyenneté à ceux qui veulent nuire à notre chère patrie et fera taire tous ceux qui doutent de sa maturité politique et de sa capacité à préserver ses acquis, sa sécurité et sa stabilité». Gageons que les citoyennes et les citoyens sauront le 17 avril 2014 à la hauteur de cette conviction.       
 Nadia Kerraz   

 

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions