mardi 20 novembre 2018 09:41:30

Transport : Un schéma directeur sectoriel aéroportuaire à l'horizon 2025

«L’enrobé du tronçon Bouira-Lakhdaria se fera dès que le temps le permettra »

PUBLIE LE : 03-03-2014 | 0:00
Ph : Wafa

M. Farouk Chiali, ministre des Travaux publics : « L'Algérie compte investir 30 milliards de dinars dans les 5 prochaines années. »

«L'Algérie a consacré d'importants investissements pour le développement et la modernisation du patrimoine aéroportuaire », a affirmé M. Farouk Chiali, ministre des Travaux publics, ajoutant que « durant ces 10 dernières années,  une enveloppe de 76 milliards de dinars a été allouée pour ces investissements qui ont permis de moderniser et de mettre à niveau 80%  des pistes d'aéroports existantes à l'échelle nationale ».
En effet, selon Chiali, « le ministère des Travaux Publics a arrêté un programme d'action axé sur des objectifs stratégiques ». selon lui, « il s’agit de la sauvegarde, du prolongement de la durée de vie, et du maintien d'un seuil de sécurité aéronautique en adéquation aux exigences en la matière. Il est également question de l’amélioration des caractéristiques géométriques des infrastructures aéroportuaires et de l’augmentation des capacités des aires de stationnement et de manœuvre’, a-t-il expliqué, ajoutant que « l'Algérie compte investir 30 milliards de dinars dans les 5 prochaines années pour poursuivre la modernisation et le développement de ses infrastructures aéroportuaires ».
Ces actions trouvent leur ancrage dans le schéma directeur sectoriel aéroportuaire à l'horizon 2025 (élaboré conjointement par le ministère des Travaux Publics et celui des Transports) qui a été adopté par le Conseil de gouvernement en novembre 2007.
Le ministère des Travaux publics, dont la dernière réorganisation a été fixée par le décret n°2000-328, est à juste titre comme l’un des bâtisseurs de l’Algérie contemporaine. A l'indicatif de ce secteur si stratégique, « les infrastructures aéroportuaires jouent un rôle stratégique dans le développement de l'activité économique et sociale du pays », a estimé, hier, le ministre des Travaux publics, M. Farouk Chiali, rappelant qu’« il représente un vecteur essentiel dans le rapprochement des grands centres économiques et dans le désenclavement des régions, compte tenu de la configuration géographique et économique du territoire national ». Intervenant à l’ouverture des travaux de la journée d’information, sur le thème "Gestion des infrastructures aéroportuaires", le ministre des TP a appelé les directeurs à poursuivre ces efforts et d'achever tous les programmes inscrits pour se mettre aux normes internationales, « pour le prochain plan quinquennal 2015-2019, nous prévoyons d'autres investissements de l'ordre de 30 milliards de dinars », a-t-il fait rappeler.
Il a affirmé qu’« actuellement, le territoire national est suffisamment doté d'aéroports dont 36 ouverts à la Circulation aérienne publique (CAP) et les capacités intrinsèques de ceux-ci répondent parfaitement aux besoins actuels du trafic aérien ». Aussi, « l'évolution du trafic se limitera pour certains aérodromes à des adaptations au niveau des aires de circulation (voies de roulement et bretelles) et de stationnement », a-t-il dit.
Dans ce contexte, il a estimé qu’« il est important de mettre en exergue la spécificité des infrastructures aéroportuaires », ceci d’autant que « le ministère est charge de la conception, développement et maintenance des infrastructures aéroportuaires ainsi que de leur exploitation », a-t-il ajouté.

D’importants moyens pour la maintenance des aérodromes
Regroupant tous les directeurs des travaux publics de wilayas disposant d'aérodromes, des premiers responsables des entreprises de réalisation ainsi que les bureaux d'études et laboratoires activant dans le domaine des travaux publics, cette journée d'information, organisée sous l’égide du ministre de la tutelle, au niveau de l'hôtel Riadh à Sidi Fredj et ce, dans la perspective de vulgariser l'activité spécifique liée aux infrastructures aéroportuaires. « C’est une occasion pour mettre en évidence le bilan du sous-secteur aéroportuaire et procéder à une évaluation sincère et rationnelle de l'état d'avancement des programmes inscrits et la définition des problèmes éventuellement rencontre qui compromettent l'atteinte du niveau requis », a expliqué M. Chiali.
Il y a lieu de noter que pour ce qui est de l'état de ces infrastructures, celles-ci ont fait l'objet d'efforts consistants ces dernières années en matière de mobilisation des ressources budgétaires, perçus sur le terrain par leur modernisation et leur rajeunissement progressif.
« II s'agit aujourd'hui de continuer cet effort par l'achèvement de tous les programmes inscrits pour ramener la moyenne d'âge de ces infrastructures à moins de 8 ans. » Les limites admises, selon M. Chiali, « une durée de vie de 10 ans sur la base de 10 mouvements par jour pour les chaussées souples ».
Cet état est certifié par les Indices de services (IS) calculés, dont la moyenne des infrastructures en bon et en très bon état a atteint une moyenne de 80% la fin 2013.  A cet effet, le premier responsable des TP a rappelé que son département a procédé en 2004 a l'introduction d'un outil moderne d'évaluation par le biais d'un logiciel baptisé "système de gestion des bases aériennes" et ce, « à travers l'exploitation des états de dégradations relevées sur les infrastructures aéroportuaires », a-t-il dit.
Lors de cette journée, une intervention importante a abordé l'entretien courant des aérodromes à travers l'engagement annuel des travaux de première urgence, visant leur sauvegarde, le prolongement de leur durée de vie ainsi que le maintien d'un seuil de sécurité irréprochable.
En effet, la durée de vie espérée d'une chaussée peut être allongée substantiellement en effectuant l'entretien adéquat en temps opportun. Dans cette optique, le ministre a souligné la nécessité d' « assurer la qualité des produits utilisés dans le cadre de l'entretien des aérodromes et de promouvoir les produits fabriques localement », c’est dans cette optique que le ministère des TP a lancé récemment une étude pour la mise en place d'un système d'homologation pour les produits de signalisation horizontale, d'anti-kérosène, de colmatage des fissures et des joints des dalles. A l'avenir et au besoin, cette démarche sera généralisée à d'autres produits. En ce qui concerne la maturation des études, celle-ci a été également mise en évidence comme l'une des phases les plus importantes dans la réalisation des projets ; la réussite de chaque projet (coût, délai et qualité) dépend en grande partie de la maîtrise de cette phase décisive.
Par ailleurs, dans le cadre du développement des infrastructures aéroportuaires, le département de Chiali s'est limité à l'amélioration de leurs caractéristiques, à l'extension des pistes et à l'augmentation des capacités des parkings. L'essor d'autres activités, créatrices d'emploi, a été également visé par la réhabilitation de quelques aérodromes à usage restreint, il s’agit du transport régional, le travail aérien (poste, tourisme, évacuation sanitaire, agriculture, etc.)
Sihem Oubraham

----------------------------------

«L’enrobé du tronçon Bouira-Lakhdaria se fera dès que le temps le permettra »
«C’est seulement les conditions atmosphériques qui ont retardé la mise en place de l’enrobé sur le tronçon du côté de Bouira et Lakhdaria », a indiqué, hier, Farouk Chiali, ministre des Travaux publics qui a assuré à la presse, en marge de la journée d’information, sur la "Gestion des infrastructures aéroportuaires" que « les entreprises sont sur place pour lancer les travaux, dès que les conditions atmosphériques le permettront ». Répondant à une question sur le problème d’expertise de Djebel Ouahch, le ministre des Travaux publics a affirmé : « Nous sommes en train de faire le sondage pour trouver des dispositions à prendre en plus », « jusqu’à maintenant, les bureaux d’études et les laboratoires sont en train de faire des forages à partir de la montagne », a-t-il ajouté. Evoquant le lancement des travaux de l’autoroute des hauts plateaux, M. Chiali a annoncé : « Nous sommes en train de constituer les groupements d’entreprises algériennes pour leur confier les travaux dans les semaines qui viennent ».
S. O.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions