mercredi 23 octobre 2019 11:23:20

Le Ministre de la formation et de l’enseignement professionnels à Sétif : « 270.000 nouveaux stagiaires en formation qualifiante »

« Plus de 270.000 nouveaux stagiaires rejoindront les 1.200 établissements du secteur »

PUBLIE LE : 02-03-2014 | 23:00
D.R

« Plus de 270.000 nouveaux stagiaires rejoindront les 1.200 établissements du secteur », c’est ce qu’a annoncé, hier, M. Bedoui Noureddine, ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels qui procédait à partir de Sétif à l’ouverture officielle de la rentrée de février 2014. Un chiffre record qui impulse ce secteur au rang de l’excellence et traduit aujourd’hui dans leurs véritables dimensions les réformes initiées par le Président Abdelaziz Bouteflika.

En se rendant à l’INSFP DebbihCherif spécialisé dans la formation de techniciens supérieurs dans le domaine de l’agro-alimentaire, où il a présidé cette  imposante cérémonie, le ministre, s’il n’a pas manqué de mesurer les avancées remarquables enregistrées par ce secteur durant ces 10 dernières années au titre des programmes de développement, n’a pas été sans faire dans le sens d’une proximité qui lui a permis de rencontrer et de s’entretenir longuement avec les cadres, chefs d’entreprises, jeunes stagiaires et apprentis œuvrant sur le terrain opérationnel. Une rentrée symboliquement forte parce qu’elle est ouverte, dira le ministre connue pour son dynamisme économique, mais est aussi marquée par cette stratégie de partenariat qui constitue, sans nul doute, grâce à une main-d’œuvre qualifiée et bien formée, un puissant levier de la compétitivité et de la performance de l’économie nationale. Le ministre, qui mettra en exergue les autres grands atouts de cette rentrée, notamment les 270.000 nouveaux stagiaires, les 1.200 établissements de formation qui sont dotés de moyens et d’équipements modernes, ne manquera pas aussi d’exprimer ses félicitations et ses encouragements aux 32.000 encadreurs qui veillent à la prise en charge pédagogique de tout ce potentiel.

La formation au cœur du développement national
Dans la dynamique que connaît le secteur et tous les modes de formation qui y sont dispensés, M Bedoui mettra l’accent sur la nécessité de doter le pays d’une main-d’œuvre qualifiée : « l’Algérie qui avance aujourd’hui, n’a pas seulement besoin d’ingénieurs et de médecins, mais aussi de cette grande force qui sait relever les défis imposés par la prise en charge du quotidien  de notre développement. » Il soulignera que « la formation et la qualification se placent au cœur du développement national. »
« Vous avez fait le bon choix ! » dira le ministre aux jeunes stagiaires en ajoutant : « Il vous appartient dès lors de retrousser vos manches et de faire preuve de génie créateur pour construire votre pays et relever tous les défis du présent et de l’avenir », soulignant qu’il n’était plus possible de faire appel à la main-d’œuvre qualifiée étrangère pour construire l’Algérie.
Une cérémonie d’autant plus révélatrice de ces efforts qu’elle se déroulait dans une wilaya ou le bond qualitatif accompli est largement attestée par des réalisations fortes qui lui valent, loin du seul CFP, qui était le sien au lendemain de l’indépendance, de compter aujourd’hui pas moins de 26 centres de formation et d’apprentissage implantés dans les coins même les plus reculés, 3 instituts nationaux spécialisés de la formation professionnelle, 1 IFEP, 2 IEP et 1 centre régional d’enseignement professionnel à distance avec pas moins de 19.128 stagiaires tous modes de formation confondus dont 7.637 nouvellement recrutés.
A tous ces établissements et instituts de pointe opérationnels ou en voie de l’être et qui s’inscrivent en droite ligne avec les exigences du développement national, les spécificités locales et la demande de formation induite par le portefeuille important de l’investissement, s’ajoutent 8 autres instituts et CFPA en voie de réalisation et 22 écoles privées agréées par ce département.  

Promouvoir les métiers de l’agriculture
Il visitera les laboratoires de cet INSFP Debbih-Cherif, s’entretiendra comme partout, là où il passera longuement avec les stagiaires et l’encadrement et établira, compte tenu de la vocation agricole de cette wilaya et de l’impact qu’est appelé à produire le méga projet des grands transferts, la nécessité d’envisager immédiatement la mise en place d’un institut spécialisé dans les métiers de l’agriculture, structure au sujet de laquelle il prendra sur place les décisions qui s’imposent. Comme il reviendra  tout au long de sa visite sur le mode de formation inhérent à l’apprentissage qu’il qualifiera  de locomotive et de grand défi de l’avenir établissant de ce fait la nécessité de rapprocher les établissements du secteur de l’environnement économique. Il prendra connaissance de beaucoup de projets réalisés par les jeunes stagiaires et apprentis et se rendra ensuite à la cité des 1.006 logements ou il inspectera un IEP spécialisé dans la formation des ressources humaines et visiter à Ain Tebinet, un autre institut régional spécialisé dans le domaine de l’ingénierie sur les secteurs des travaux publics, du bâtiment et de l’hydraulique. Sur le site de cet institut qui fait partie des 6 structures du genre existant au niveau national, le ministre procédera à l’inauguration de l’extension du bloc pédagogique et inspectera le chantier d’un internat de 200 places.
 Comme il ira à la rencontre de 2 groupes de jeunes apprentis structurés au niveau du groupe « Algérie-télécom » à Sétif et l’entreprise Energa à Ain Zada dans la commune de Ain Arnat. Il s’entretiendra longuement avec ces jeunes sur les opportunités offertes par ce mode de formation, et les possibilités de leur injection dans le pipe de l’emploi par le canal des différents mécanismes d’insertion professionnelle mis en place par l’état.
Le CFP féminin de Sétif, l’IEP d’El Eulma spécialisé dans le froid et la climatisation, les techniques d’électricité et la maintenance industrielle seront  d’autres étapes du programme du ministre qui sera couronné par la signature avec l’ANEM, la CNAC et la DSA, de 3 conventions portant sur la formation d’apprentis sur chantiers, l’accueil de stagiaires pour les stages pratiques et la recyclage des personnels.
F . Zoghbi

---------------------------------

Bordj Bou-Arreridj
Dans de bonnes conditions
Plus de 10.000 stagiaires ont rejoint, hier, les bancs des établissements de la formation professionnelle de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. Ce nombre record montre l'importance du travail de sensibilisation effectué par les services du secteur qui a pu mobiliser la demande pour une rentrée habituellement peu attractive puisqu'elle vient après celle d'octobre, et, surtout, après les résultats des conseils de classe pour les doublants de la classe terminale des lycées qui sont les plus concernés par le secteur. Le travail de sensibilisation, qui reste pourtant à développer, a été axé sur les portes ouvertes sur les structures du secteur de la formation professionnelle, la dynamisation des commissions mixtes avec le secteur de l'éducation, la distribution des dépliants aux jeunes, la participation aux différents Salons professionnels et l'utilisation des médias que ce soit pour donner des informations ou expliquer les opportunités offertes par le secteur. L'amélioration des conditions d'accueil au niveau des structures a été une autre préoccupation des services de la direction de la formation professionnelle qui a permis aux jeunes de trouver places, mais aussi des enseignants et un équipement qui leur permet d'avoir une formation de qualité et opérationnelle. Autant dire qu'ils sont placés dans les mêmes conditions que dans l'usine ou l'atelier où ils sont appelés à travailler. Reste la formule de l'enseignement qui dépend du type de formation et le penchant du stagiaire. La direction de la formation professionnelle de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj a compté 1.350 places pédagogiques en résidentiel, 1.555 en apprentissage, 540 pour les femmes au foyer. Ces chiffres montrent la prépondérance de l'apprentissage qui permet aux jeunes d'avoir un métier rapidement. La relation étroite entre le stagiaires, qui sont de plus en plus nombreux à choisir cette formule, offre la possibilité aussi d'une intégration rapide au marché de l'emploi. C'est justement le souci de la direction professionnelle, comme nous le rappelle sa première responsable Mme Djazira Litiane qui annonce que l'artisanat, l'agriculture et le BTPH qui sont parmi les secteurs qui emploient le plus dans la wilaya ont été admis dans les programmes de formation, notamment pour la formation qualifiante. L'industrie, qui connaît également un essor fulgurant, n'est pas dédaigné, nous précise-t-elle. Le secteur de la formation professionnelle s'efforce de satisfaire les besoins exprimés par les chefs d'entreprise, nous dit notre interlocutrice. C'est ainsi qu'une formation en apprentissage dans le domaine du PVC a été engagé au niveau des CFPA, annonce-t-elle. Notons qu'une usine fabriquant ce produit a été construite dans la wilaya par l'homme d'affaire Isssad Rebrab. Elle doit employer 3.200 personnes. Un travail de sensibilisation qui reste à développer. Ce n'est qu'un exemple de tous les métiers qui sont enseignés pour répondre au marché du travail et offrir une occasion pour les jeunes de trouver un emploi, déclare Mme Litiane qui rappelle les conventions qui ont été signés avec la DLEP, la DUC et l'OPGI pour adapter les programme de formation, trouver des centres pour l'apprentissage et placer les stagiaires. Reste la réaction des jeunes qui doivent saisir ces opportunités. Quand on sait que 67% des chômeurs de la wilaya sont sans qualification selon les derniers chiffres de la direction de l'emploi, on comprend la nécessité pour eux d'avoir une formation d'autant que 78% de l'offre d'emploi selon les mêmes chiffres est concentré sur la demande diplomée. Il ne faut sortir d'une grande école pour comprendre que l'acquisition d'une formation est grand pas pour l'obtention d'un poste d'emploi. Encore faut-il que les jeunes le sachent et soient au courant de l'offre de formation. Les résultats pour la rentrée d'hier sont positifs, comme l'a noté le wali de Bordj Bou-Arréridj, M. Mechri Azedine, lors de la cérémonie d'ouverture qui a eu lieu au CFPA situé sur la route d'En Anasser à Bordj Bou-Arréridj. M. Mechri, qui a insisté sur les bonnes conditions qui ont caractérisé cet événement, a rappelé les acquis en matière d'investissement réalisés par la wilaya, mais on ne sensibilise jamais assez. La symbiose entre les secteur de la formation professionnelle, celui de l'emploi et la demande juvénile doit être non seulement trouvée, mais entretenue. Il ne suffit pas de placer une banderole ou placarder une affiche pour croire que le message est passé. Notons que la wilaya de Bordj Bou-Arréridj a connu un développement fulgurant du secteur de la formation professionnelle ces dernières années. La wilaya, qui a doublé ses capacités en 15 ans, compte 4.600 places pédagogiques réparties entre 2 instituts de formation professionnelle, 17 CFPA et 6 écoles privées.   
F. D.    

---------------------------------

170.000 apprenants ont rejoint les bancs de leurs établissements
Près de 170.000 apprenants ont effectuée, hier, leur rentrée dans les 1.200 établissements de la formation professionnelle repartis à travers le territoire national, pour le compte de la deuxième session. Selon les chiffres du secteur,  167.823 nouveaux stagiaires et apprentis ont rejoint les  bancs de leurs établissements pour bénéficier d’une  formation dans différentes filières. Avec 40.557 inscrits dans la formation résidentielle et 46.841 dans la formation par apprentissage, le secteur a consacré  au titre de l’année 2013/2014, 271.500 places pédagogiques tous types et modes de formation, soit une évolution de 4,5% par rapport à la rentrée de février 2013 dont l'offre était de 260.000 postes de formation. Parmi ce nombre global de places pédagogiques, 63.000 places sont offertes à la formation résidentielle, 82.250 autres places pour la formation par apprentissage, 30.000 places pour la formation à distance et 18.280 places pour la formation en cours du soir.           
En outre, 32.920 places sont réservées au titre de cette rentrée pour la formation de la femme au foyer, 8.470 places pour la formation en milieu  carcéral et 7.860 places pour la formation en milieu rural. Par ailleurs, le secteur offre 12.000 places pédagogiques dans les établissements privés de la formation professionnelle. Selon un responsable au ministère, les postes de formation disponibles sont programmés en fonction des besoins exprimés par chaque wilaya et les spécificités recherchées en matière  de développement pour assurer l'adéquation formation-emploi. Le secteur a également programmé pour cette rentrée, 285 spécialités dont 12 nouvelles, notamment, les méthodes et organisation de chantiers, métrologie et instrumentation, conduite machines d'impression et opérateur en  peinture industrielle. Ces spécialités couvrent environ 22 branches professionnelles, dont l’agriculture et le développement rural, le bâtiment et travaux publics, l’industrie pétrolière, la construction mécanique et sidérurgique, la construction métallique, les arts et industries graphiques, l’audiovisuel, l’hôtellerie-tourisme et artisanat, les métiers de l’eau et de l’environnement, ainsi que les métiers de services. Il convient de noter que 43 nouvelles spécialités ont été programmées pour la première session dans le cadre de la mise en œuvre progressive de la nomenclature des spécialités de 2012.  Cette nouvelle nomenclature a permis d’adapter les formations au besoin de l’économie nationale et d’assurer une adéquation entre la formation et le mode du travail. A ce sujet, des accords de partenariat ont été conclus avec des entreprises, en l’occurrence Sonatrach, afin de faciliter l’employabilité aux stagiaires diplômés de la formation professionnelle. Rappelons que le ministère a offert, pour la rentrée de la première session, un total de 391.000 nouvelles places pédagogiques, tous modes de formation confondus, soit un taux d’accroissement de l’ordre de 8,61% par rapport à la même rentrée de formation de l’année 2012-2013.
Kamélia H.

Augmentation de la bourse des apprentis prévue à 3.000 DA/mois
La bourse des apprentis du secteur de la formation et de l'enseignement professionnels passera prochainement de 2.700 à 3.000 dinars par mois, a-t-on appris, hier, auprès du ministère. "La bourse des apprentis du secteur passera prochainement de 2.700 à 3.000 dinars par mois, alors que celle des stagiaires de 500 à 1000 dinars par mois, dans le cadre des nouvelles mesures prises pour la rentrée de mars 2014", a-t-on indiqué de même source. Cette augmentation intervient dans le cadre d'un projet de décret modifiant les bourses des stagiaires et apprentis qui "rentrera en application dès la signature et la publication du décret, a-t-on expliqué.
Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Nouredine Bedoui, a souligné auparavant à l'APS, que cette mesure a eu l'accord des différentes instances concernées, notamment le ministère des Finances.  "L'incidence financière de cette augmentation est évaluée à plus de 4 milliard de dinars", a précisé M. Bedoui, ajoutant que les crédits destinés à la prise en charge de cette augmentation sont prévus dans la loi de finance 2014.                  
APS

Vers une dérogation permettant aux plus de 25 ans de bénéficier de l'apprentissage 
Une dérogation, accordant aux jeunes ayant dépassé l'âge de 25 ans de bénéficier de la formation par apprentissage, est prévue par le ministère de la Formation et de l'Enseignement professionnels pour leur ouvrir les chances d'accès à ce mode de formation, a-t-on appris auprès du ministère. "Le ministère prévoit d'envoyer incessamment, une dérogation aux directions de la formation professionnelle des wilayas, permettant l'accès à la formation par apprentissage aux demandeurs de formation ayant dépassé l'âge de 25 ans, en attendant l'adoption du texte de l'amendement de la loi relative à l'apprentissage, qui prévoit l'extension de l'âge maximal à 35 ans" a indiqué à l'APS, la directrice de l'organisation et du suivi de la formation au ministère, Ounissa Aloune. "Afin d'assurer une égalité des chances à l'accès à une formation professionnelle par apprentissage, le secteur a introduit un amendement à la loi 81-07 du 27-06- 1981, modifiée et complétée, relative à l'apprentissage, visant notamment, l'extension de l'âge maximal à 35 ans pour suivre une formation initiale", a-t-elle rappelé.
Cette dérogation, vient "en réponse aux nombreuses demandes de formation émanant de candidats ayant dépassé l'âge de 25 ans pour l'accès à ce mode de formation et, en attendant l'adoption de l'amendement de ce texte prochainement par le Parlement, sachant que ce texte a été adopté par le dernier Conseil des ministres", a noté la directrice. "Contribuer à la réinsertion sociale et professionnelle des jeunes, par la qualification et augmenter les effectifs des jeunes en formation par apprentissage", figurent également parmi les objectif de cette mesure, selon la directrice.

----------------------------------

ORAN
Signature de deux conventions de formation dans les secteurs de la pêche et de l'environnement

Deux conventions ont été signées, hier à Oran, entre la Direction de la formation professionnelle et de l'apprentissage (DFPA), et celles de la pêche et des ressources halieutiques et de l'environnement. 

La signature de ces deux conventions s'est déroulée, en marge de la cérémonie officielle marquant la rentrée de la nouvelle session de formation professionnelle présidée par le wali d'Oran.           
Les deux conventions portent sur la formation de jeunes dans les métiers liés aux secteurs de la pêche et de l'environnement et leur insertion dans le monde du travail, a indiqué M. Touil Abdelkader, responsable de wilaya de la DFPA.           
Pour le secteur de l’environnement, la formation portera sur  quatre spécialités dont le traitement et la gestion des déchets. Deux spécialités ont été retenues pour le secteur de la pêche et des ressources halieutiques à savoir la réparation des filets et la maintenance des équipements de pêche.           
Afin de concrétiser ces programmes, 12 enseignants de la DFPA ont été formés au niveau de la direction de l'environnement, a indiqué le même responsable, ajoutant que ces conventions, élaborées en coordination avec la direction de l'emploi, visent à faire bénéficier les stagiaires des avantages  assurés par les dispositifs d'emploi pour permettre une insertion rapide des jeunes dans le monde du travail.          
La Direction de l'environnement a dégagé 200 postes au niveau des centres d'enfouissement technique (CET) et des différents sites de traitement des déchets, soit 50 postes pour chacune des quatre spécialités retenues par la DFPA.           
Concernant le secteur de la pêche, deux groupes de 20 stagiaires chacun, rejoindront le CFPA de Aïn El Turck pour suivre une formation dans les domaines de la réparation des filets et de la maintenance des équipements.          
Deux autres groupes doivent être affectés au CFPA d'El Mohgoun, dans la daïra d'Arzew.          
Il est à rappeler que depuis septembre dernier, 7 conventions similaires ont été signées avec différents secteurs comme ceux de l'habitat, du tourisme, de l'artisanat et avec la future usine de montage des véhicules  "Renault-Algérie" de Oued Tlelat.          
Il est prévu la signature de deux autres accords, l'un avec  l'entreprise des eaux d'Oran (SEOR) et l'autre avec l'Union des commerçants et artisans (UGCAA), indique-t-on à la DFPA, ajoutant qu'un colloque sur la  filière automobile sera organisé durant la deuxième moitié du mois en cours.          
Pour rappel, 6.300 postes sont proposés lors de cette nouvelle session de la formation professionnelle, à travers les 20 établissements que compte  la wilaya d'Oran.

---------------------------------

SIDI BEL-ABBES
9.245 nouveaux stagiaires
Répondre aux besoins d'une économie en mutation et valoriser au mieux les vocations, le message est d'une grande clarté transmis à la faveur de cette deuxième session de la rentrée de la formation et de l'enseignement professionnels. Par les différentes mesures et dispositions de restructuration et de réhabilitation d'un système de fonctionnement, de viabilisation et de rentabilisation des équipements mis en place, le ton est déjà donné pour se débarrasser d'un cliché et se libérer surtout d'une réputation fortuite au demeurant consistant en l'assimilation d'un secteur comme étant un entonnoir pour absorber l'échec scolaire. Et toute la projection du secteur fut exposée par le wali qui, accompagné par les responsables et cadres de l'enseignement professionnel, s'est rendu au niveau de nombreux établissements pour superviser cette rentrée et s'entretenir avec les acteurs et partenaires, c'est-à-dire les encadreurs et les stagiaires sur les conditions de la formation. De l'engouement et de l'enthousiasme surtout avec la présence parmi l'effectif de 17 stagiaires étrangers venue des pays africains surtout, une ambiance bon enfant régnait à l'intérieur de l'enceinte de ces espaces de formation assurant l'encadrement de 6.222 jeunes au total repartis à travers 19 structures. De la formation qui sera sanctionnée par des diplômes et des cycles de perfectionnement pour les travailleurs d'opérateurs, un effectif de l'ordre de 3.023 stagiaires, dont 377 femmes, est enregistré lors de cette deuxième session, soit un total de 9.245 stagiaires, toutes options confondues. Sur ce registre, il y a lieu de signaler que 177 filières, encadrées par 1.222 enseignants, sont dispensées pour aboutir à 69 spécialités ou encore à 19 sections professionnelles. A noter que cette session a fait l'objet d'une rencontre au niveau de la wilaya pour mettre en application des directives du ministre de ce département et orienter un tant soit peu les tendances des candidatures dans la perspective de répondre aux besoins du marché, notamment dans le domaine du bâtiment, sachant que Sidi Bel-Abbès a été érigée en un pôle de formation dans les secteurs de l'habitat, de l'électronique et du machinisme agricole de par la performance d'un outil local de réalisation et l'existence des deux complexes ENIE et PMA. Dans ce même ordre d'idées, il est à noter qu'on assiste à une redynamisation de la notion de formation au gré de la relance des structures des opérateurs publics et privés et des différents secteurs d'activité. Même dans l'environnement, des créneaux sont développés dans l'espoir de préserver un cadre de vie et d'inculquer une nouvelle culture...
A. B.

---------------------------------

ANNABA
Plus de 1.500 nouveaux inscrits 
Plus de 1.500 nouveaux stagiaires ont rejoint hier les établissements de formation et de l’enseignement professionnels implantés au niveau de la wilaya de Annaba au titre de la seconde rentrée de l’année après celle du mois de septembre dernier. Le coup d’envoi symbolique de cette rentrée a été effectué à partir du centre de formation professionnelle de Bouzaroura, commune d’El Bouni, en présence du wali d’Annaba, Mohamed Mounib Sendid, et les cadres du secteur ainsi que des responsables des directions de l’exécutif  de wilaya. Cette rentrée a été minutieusement préparée à travers l’organisation, en février dernier, de journées d’information et de sensibilisation concernant (l’importance de la formation par le biais de l’apprentissage, des portes ouvertes et des séances d’orientation  des postulants à une formation. L’adéquation formation-emploi demeure le souci majeur des pouvoirs publics et des opérateurs économiques ainsi que des stagiaires eux-mêmes qui pensent avant de subir une formation, à un emploi. Faut-il souligner dans ce cadre que le nouveau pôle urbain intégré de Draa Errich, en cours de réalisation, va nécessiter une main-d’œuvre qualifiée, surtout dans le secteur de l’habitat avec 26.000 logements à construire, sans compter les projets d’équipements collectifs ainsi que les nouvelles zones d’extension urbaine aux chefs-lieux de commune de la wilaya. Le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels compte 11.927 stagiaires inscrits dans diverses spécialités, parmi lesquels 5.268 apprenants sous la formule de l’apprentissage et 233 stagiaires détenus dans des établissements pénitentiaires. La totalité des apprenants sont répartis sur 15 centres de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA) et un institut national spécialisé de formation professionnelle (INSFP).
B. Guetmi

---------------------------------

Béjaia
6.906 postes de formation offerts
Le coup d’envoi de la rentrée de la formation professionnelle, session février/mars, dans la wilaya de Bejaia a été donné hier à partir de l’Institut national supérieur de formation professionnelle (INSFP) d’Ihaddadène en présence des autorités de la wilaya. 6.906 postes, selon les modes et dispositions de formation, sont offerts pour cette rentrée. Ainsi 1.880 postes résidentiels, dont 100 en milieu rural, en plus de  2.066 en apprentissage, 280 en mode passerelle, soit en formation continue,  850 postes pour les cours du soir, 900 postes pour la femme au foyer, 200 postes pour les apprentis sans niveau requis, 127 postes pour la formation conventionnée et 206 postes pour les écoles agréées en formation qualifiante. Le secteur de la formation professionnel dans la wilaya de Bejaia, compte 31 établissements de formation avec une capacité pédagogique de 8.100 stagiaires, 1.340 places d’internat, et 3.240 places en demi-pension. Pour les infrastructures existantes, le secteur est doté de deux INSFP, de 25 centres de formation professionnelle (CFPA) et de 4 annexes. Le nombre de formateurs s’élève à 496 enseignants. Pour ce qui est du côté pédagogique, 73 spécialités sont dispensées réparties sur branche professionnels en mode résidentiel. Le nombre de spécialités enseignées est de 60 spécialités alors que 266 sections concernent la formation résidentielle. Ainsi le nombre total de stagiaires à travers les différents établissements de formation professionnelle est de 17.224 stagiaires, dont 4.578 nouveaux inscrits. Par ailleurs, le secteur a inscrit cinq futurs  projets avec une capacité d’accueil  1.600 places et 660 places d’internat. Ces projets concernent deux INSFP à Souk El Tenine et El Kseur, deux CFPA à Taskriout et Ighil Ali et un institut d’enseignement professionnel à Sidi Aich. Selon M. Louhi, directeur de la Formation professionnelle de la wilaya : « Pour cette session, l’INSFP de Bejaia a bénéficié d’un auditorium de 300 places inscrit dans la programme d’extension de l’établissement, comme nous avons donné le coup d’envoi de la rentrée pour les nouveaux stagiaires ayant le niveau troisième année secondaire. »
M. Laouer  

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions