jeudi 19 septembre 2019 21:50:51

Education, Mise en œuvre du plan de rattrapage des cours perdus : "libre choix" pour chaque établissement

Réclamant des informations sur le programme du BAC : Des lycéens de terminale poursuivent leur protestation à Alger

PUBLIE LE : 26-02-2014 | 23:00

Toujours en grève, les lycéens d’Alger issus des communes de Kouba, d’Aïn Naâdja, de Bachdjerrah, de Ruisseau, de Mohamadia, de Garidi II, d’El-Madania… ont décidé d’aller jusqu’au bout de leurs revendications. Rassemblés hier et pour le quatrième jour consécutif, devant l'annexe du ministère de l'Éducation nationale à Kouba, ils tiennent plus que jamais à « la limitation du seuil des cours avant fin avril », tout en rejetant l’idée des cours de rattrapage suite à la grève des enseignants. « Il n’est pas question de nous pénaliser en raison d’un conflit dont nous sommes victimes et non pas les initiateurs », nous lance un groupe de jeunes rencontrés sur les lieux. « Nous exigeons des documents officiels et des réponses claires et définitives », soutiennent-ils.
A la tête des manifestants, Chakib Merzouk a affirmé que sa rencontre mardi dernier avec le ministre n’a pas eu d’écho. « Le ministère n'a pas répondu à la revendication liée à la limitation du seuil des cours », souligne-t-il. Et d’ajouter : « Les élèves de classes de terminale refusent de payer les frais de la grève qui est à l'origine du retard accusé dans les cours », précise le délégué des élèves grévistes.
Il y a lieu de rappeler que le ministère de l'Éducation avait décidé mardi dernier de mettre au point un programme pour le rattrapage des cours perdus en tenant compte de la progression des programmes. Il a été affirmé par ailleurs que les vacances de printemps et les dates des examens de fin de cycle demeurent inchangées telles que fixées officiellement.
Pour ce qui est des sujets des épreuves du baccalauréat, le ministère annonce que ces deniers ne porteront que sur les cours dispensés pendant l’année scolaire. Par contre le bac blanc est prévu durant le mois de mai prochain et sera suivi d’une période de révision avant le déroulement de l’examen officiel qui aura lieu à partir du 1er juin prochain. Des instructions ont été données aux différents établissements scolaires, afin que les lycées restent ouverts au-delà de 17 heures pour les révisions. De leur côté les pédagogues estiment que le rattrapage des cours « est possible ». C’est ce qui a été relevé par M. Ahmed Tessa qui affirme que « la situation est maîtrisable et il est possible de récupérer les heures perdues suite à la grève observée dernièrement par les enseignants. » Pour M. Tessa, les élèves et les enseignants ont « des plages horaires sur lesquelles ils peuvent jouer pour récupérer les cours perdus. » Il faut noter qu’une circulaire a été élaborée tout récemment sur la base des recommandations des pédagogues qui ont siégé dans la commission chargée d’examiner les meilleures formules de rattrapage des cours perdus.
Cette dernière qui a été transmise aux 50 directions de l’éducation, aux inspecteurs du secteur et aux chefs d’établissements secondaires insiste sur la nécessité de rattraper les cours perdus, la préservation de l’avancement pédagogique et des rythmes scolaires, tout en prenant en compte la capacité d’assimilation des élèves. La circulaire plaide pour un plan spécifique à chaque établissement touché par le débrayage des enseignants, et ce, « conformément à une méthodologie pédagogique étudiée au sein des conseils d’enseignement extraordinaires et approuvée par la famille éducative de l’établissement. » Le document de la tutelle met l’accent sur le recensement du nombre de cours non prodigués, l’implication des enseignants et des délégués de classe dans les concertations et la nécessité d’informer les parents du plan adopté et des changements éventuels dans les emplois du temps.           Sarah Sofi

----------------------------------

Mise en œuvre du plan de rattrapage des cours : "Libre choix" pour chaque établissement
Le ministère de l'Education nationale a tenu compte des spécificités de chaque établissement éducatif et de chaque classe dans la mise en oeuvre du plan de rattrapage des cours perdus suite à la grève observée dans le secteur depuis plus de trois semaines, a affirmé mercredi le Directeur de l'enseignement secondaire et technologique au ministère de l'Education nationale, Abdelkader Missoum. Lors de son intervention à la Télévision algérienne, M. Missoum a indiqué que "le ministère de l'Education donne aux établissements éducatifs la latitude de tracer leurs propres plans de rattrapage des heures pédagogiques perdues".  
"Le ministère prévoit une bonne mise en oeuvre du plan de rattrapage au regard des moyens mis en place pour ce faire et de la mobilisation de la famille éducative, enseignants et élèves compris", a fait savoir le même responsable. Par ailleurs, M. Missoum a réaffirmé que les sujets des examens de fin d'année "ne porteront que sur les cours effectivement dispensés" durant l'année scolaire 2013-2014 ajoutant que les dates des vacances de printemps "demeurent inchangées, telles que fixées au préalable". Concernant le rattrapage des cours perdus, le représentant du ministère a précisé que "le plan de rattrapage prévoit de rattraper, dans l'ordre, les cours perdus en tenant compte des capacités d'assimilation des élèves.  
Pour ce faire, le responsable du secteur préconise de consacrer le samedi matin et/ou le mardi après-midi au rattrapage des cours avec possibilité de recourir à la première semaine des vacances de printemps pour organiser les examens du deuxième trimestre. Compte tenu de la fluctuation du mouvement de grève au niveau des établissements éducatifs, M. Missoum a assuré que "les conseils éducatifs ad-hoc auront la latitude de décider de la manière d'organiser les examens du deuxième trimestre pour les élèves de 3ème année secondaire avec possibilité de ne tenir compte, pour ce trimestre, que des notes des devoirs et celle de l'évaluation continue".
 Le directeur de l'enseignement secondaire a exhorté les enseignants à dispenser leurs cours suivant un rythme "pédagogique" de manière à éviter aux élèves une surcharge et un bourrage de cours.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions