jeudi 19 septembre 2019 07:18:53

Journée technique internationale sur l’examen technique des bâtiments : La nécessaire mise à niveau des référentiels

La problématique liée à la maintenance et à la préservation du bâti constitue une préoccupation de premier ordre. Pourtant, cette étape essentielle du processus de la construction n’a pas bénéficié, pour autant, de l’intérêt qu’il mérite

PUBLIE LE : 25-02-2014 | 23:00
D.R

l Une réflexion est en cours pour la création d’un observatoire de contrôle de la qualité des matériaux de construction.
l Le bâti ancien représente 17% du patrimoine immobilier, 70% du bâti récent et 13% du bâti historique.

La problématique liée à la maintenance et à la préservation du bâti constitue une préoccupation de premier ordre. Pourtant, cette étape essentielle du processus de la construction n’a pas bénéficié, pour autant, de l’intérêt qu’il mérite. Les défaillances relevées à ce niveau, lors des catastrophes naturelles qui ont frappé le pays, ont, à chaque fois, prouvé que la seule conformité aux règles parasismiques ne suffisait pas, à elle seule, à sauvegarder le bâti, particulièrement les ouvrages stratégiques, tels que les infrastructures sanitaires et éducatives, de la Protection civile. En fait, relèvent les experts, toutes les pertes humaines et matérielles étaient causées du fait de ces défaillances justement. Une donne qui a remis en avant, cette exigence qui consiste à favoriser le diagnostic et l’expertise technique du patrimoine immobilier, en général, pour déterminer l’issue à donner au bâti, à savoir conforter ou démolir le bâti ancien et réduire, ainsi, la vulnérabilité des populations et des biens. Une mission jugée complexe en ce sens qu’elle requiert l’engagement et la mobilisation de plusieurs intervenants dans le domaine de contrôle du bâti. C’est le thème d’une journée technique internationale organisée, hier, à l’hôtel El-Aurassi, par la Société de gestion des participations «Études et engineering» (Genest/SPA),  consacrée au «diagnostic-l’expertise du bâti existant et le retour à l’expérience», et à laquelle ont pris part des experts et spécialistes de renommée mondiale venus de France, d’Espagne, d’Italie, du Pérou, du Canada, de la Nouvelle Zélande, de Suisse et de Turquie.
La finalité de cette rencontre destinée à contribuer à l’échange technique et scientifique sur les méthodologies de diagnostic, test et essais, la résistance des matériaux de construction, entre autres, devait contribuer à  la mise à niveau des référentiels et règlements techniques algériens, notamment ceux adoptés par le CTC et le LNHC, à travers les actions de partenariats dans le domaine de la formation. Cette journée inscrite dans le cadre des instructions du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a, en fait, mis en avant la nécessité de restructurer les missions du CTC et du LNHC appelés, impérativement, à s’aligner sur les standards internationaux. Un impératif souligné par le secrétaire général du ministère de l’Habitat, qui relèvera  le caractère  «stratégique» de la rencontre en ce sens qu’elle a permis de regrouper d’éminents experts, ce «qui dénote l’intérêt des professionnels du bâtiment à cette activité», a déclaré Nessreddine Azem. La journée constitue, a-t-il ajouté, «un cadre pour la perception des enjeux auxquels nous sommes confrontés», et «un jalon crucial dans la détermination des politiques et des objectifs du secteur».
Dans sa lancée, il a affirmé que le CTC, qui est «garant de la sécurité de l’habitat», devra connaître une «extension de ses missions» et une mise à niveau de son dispositif qui sera déployé dans un proche avenir. Ainsi, le CTC, organisme de contrôle technique de la construction, «doit développer le potentiel technique» et contribuer à la «coordination des interfaces dans le secteur», dit M. Azem qui fera part d’une réflexion en cours sur la création d’un observatoire de contrôle de la qualité des matériaux de construction qui aura une mission de veille en matière de contrôle et de conception des mécanismes à mettre en place par le CTC pour sécuriser un peu plus le bâti. L’intérêt pour la sauvegarde du bâti relève du fait qu’elle contribuer à «diminuer la pression sur le logement neuf et à la préservation du patrimoine», a-t-il ajouté.
 Dans le même contexte, il insiste sur le fait que «le programme de construction doit cesser de constituer l’objet d’une gestion sommaire». Dans cette optique, M. Azem exhortera les organismes concernés «à interférer  pour vulgariser les techniques et expertises». Des instructions ont d’ailleurs été données au CTC pour moderniser ses instruments de contrôle en référence aux expériences étrangères, a-t-il souligné.
Une première tranche de 2 millions de dinars a été accordée au groupe pour lui permettre d’acquérir de nouvelles techniques, de lancer des formations (opération entamée depuis quelques mois).
Une nécessité imposée du fait, a-t-il affirmé, de la «prolifération de matériaux de construction de qualité douteuse» sur le marché national. À ce propos, il plaidera pour l’importance d’élargir le contrôle aux corps d’état technique et corps d’état secondaires,  ce qui «constitue la voie la plus fiable pour l’introduction de la vigueur» à ce niveau.
Mohammed Cherif, du CTC, a, pour sa part, indiqué que l’extension des missions du CTC sera opérée au niveau de l’ensemble des agences du groupe. Six laboratoires seront transformés en centres de diagnostic et d’expertise, alors qu’un autre laboratoire sera créé à Annaba.
 À moyen terme, dit-il, «le contrôle de l’acier et du ciment importé sera pris en charge par le CTC dans le sillage de son redéploiement». Arab Saïd, président de la SGP Genest/SPA, a affirmé que la journée devait contribuer à une mise à niveau des techniques d’expertise, à travers la formation des ingénieurs aux standards internationaux en matière d’expertise.
 Le bâti ancien représente 17% du patrimoine immobilier, 70% du bâti récent et 13% du bâti historique.
D. Akila

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions