jeudi 19 octobre 2017 09:58:45

Célébration du 24 février A Gassi Touil : Vibrant hommage aux travailleurs de Sonatrach

Du combat libérateur à la mobilisation pour le développement

PUBLIE LE : 25-02-2014 | 0:00
D.R

De notre envoyée spéciale à Ouargla : Salima Ettouahria

Le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, accompagné du président-directeur général du groupe Sonatrach, a choisi la région de Gassi Touil, dans la wilaya d’Ouargla, pour célébrer le 43e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures où il a été procédé à la mise en service de l’usine de traitement de gaz de Gassi Touil.

«La nationalisation des hydrocarbures a constitué un tournant décisif dans l’histoire de l’Algérie qui lui a permis de recouvrir sa pleine souveraineté sur ces ressources naturelles », a indiqué, hier, le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi lors de sa visite dans la wilaya de Ouargla.
Dans une allocution prononcée lors de la cérémonie de commémoration du 43e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le ministre a retracé les réalisations qu’a connues le pays depuis cette date de l’histoire de l’Algérie moderne, et qui ont permis selon le ministre de « renforcer l’économie du pays et l’amélioration du cadre de vie des citoyens ».
Le ministre a rappelé les grands axes du programme « ambitieux » de son secteur pour les années à venir. Il souligné la nécessité pour le secteur de poursuivre et d’intensifier les opérations d’exploration des hydrocarbures de manière à permettre l’augmentation de la production ainsi que les réserves du pays en ces ressources.
A ce titre, le ministre a rendu un hommage appuyé aux cadre et travailleurs et dirigeants du premier groupe pétro-gazier en Afrique, Sonatrach, pour les efforts consentis au sein du groupe qui ont contribué à la découverte de près de 3 milliards de tonnes équivalent pétrole (TEP), dont 2,5 milliards TEP récupérables. « C’est grâce à ces travailleurs que le groupe a réalisé d’importante découvertes durant l’année dernière. Et c’est grâce a eux qu’il occupe aujourd’hui la 12e place  au niveau mondial », a précisé le ministre.  
Il a également précisé que la révision de la loi sur les hydrocarbures vise en effet, à attirer de nouveaux investissements étrangers, notamment au profit du secteur.
Le ministre a souligné par ailleurs la nécessité de travailler dans le but de développer les énergies renouvelables en indiquant que l’Algérie à commencé à travailler pour atteindre cet objectif.
À ce propos, le ministre a témoigné de l’engouement de son secteur pour l’avenir propice de l’Algérie dans le développement et l’emploi des énergies renouvelables.

Mise en service de l’usine de traitement de gaz de Gassi Touil
Le même intérêt devrait être accordé, selon le ministre, aux énergies non conventionnelles. Pour lui « le développement de ce segment permettra la création d’une dizaine de milliers de postes d’emploi ».
Dans le même cadre le ministre de l’Energie a indiqué qu’ « il est essentiel pour  le groupe Sonatrach d’investir simultanément dans le développement du domaine de la recherche et de la formation pour un avenir encore plus prospère et prometteur ».
Concernant l’énergie électrique, le ministre a fait savoir que le secteur, projette la production de 12 000 mégawatt d’ici la fin de 2017.
Toutefois, le ministre estime que la priorité du pays sera orientée vers la diversification de l’économie nationale. « Il serait très erroné de compter uniquement sur les hydrocarbures comme seule source de revenus du pays. Il est temps d’aller vers la diversification de l’économie nationale », a-t-il  souligné.
Accompagné du président-directeur général du groupe Sonatrach, M. Abdelhamid Zerguine, le ministre de l’Energie et des Mines, a procédé également lors de sa visite à Ouargla à l’inauguration de l’usine de traitement de gaz de Gassi Touil.
Exploitée par Sonatrach depuis 2009, l’usine est d’une capacité de plus de 3,6 milliards de m3 de gaz par an (12 millions de m3/j).
En effet, 44 puits sur les 52 prévus sont déjà entrés en production. « Le projet gazier de Gassi Touil, couplé au projet de Rhourd Ennouss, lancé en EPC avec SNC Lavalin et d’une capacité de 3,2 milliards de m3 de gaz par an, devrait permettre à terme la commercialisation de plus de 6,5 milliards de m3 de gaz de vente, outre la production de GPL et de condensat », selon le premier responsable du groupe Sonatrach.  Il convient de préciser par ailleurs, que la région de Gassi Touil dispose  d’un potentiel de 150 milliard de m3 de réserves de gaz à produire durant les dix prochaines années.

Les retraités à l’honneur
La journée a été marquée également par l'inauguration à Ouargla d'une entreprise de fabrication des installations métalliques et une autre d'éclairage public, ainsi que la mise en service d'une tranche dédoublée  de 20 km de la RN-56, entre Ouargla et Touggourt.
Une réception en l'honneur des retraités et de syndicalistes a été mise sur pied dans la commune de Tebesbest (daïra de Touggourt), en présence de membres de l'UGTA.           La wilaya de Ouargla a aussi abrité, dans le cadre de ces festivités, le premier Salon de l'aménagement et de l'immobilier urbain, avec la participation  d'une trentaine exposants. Un rallye auto-mots "El-Wahet" (Oasis), regroupant  des pilotes de différentes régions du pays, a été organisé à Hassi-Messaoud, dans le cadre des mêmes festivités.          
Des manifestations similaires, dont des cérémonies en  l'honneur des retraités et des personnalités syndicales, ont été organisées  dans les wilayas de Ghardaïa et El-Bayadh.          
Le lancement des travaux de réalisation d'une grande station de services, relevant de l'entreprise Naftal, ont été le fait saillant ayant marqué la célébration du 43e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures dans la wilaya de Béchar.
S. E.

--------------------------------

Mascara
Une dimension historique
La wilaya a célébré le double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures coïncidant avec le 24 février de chaque année, soit 58 ans, jour pour jour  après cet événement de grande dimension historique dans la vie du peuple algérien et du monde des travailleurs et des masses laborieuses.
La ville de Mohammadia a été choisie cette année pour abriter les festivités marquant cette date.
Apres la levée ders couleurs et le dépôt de gerbes de fleurs au carré des martyrs et l’écoute de l’hymne national et de versets coraniques, et le  recueillement en hommage aux disparus du crash de l’avion militaire, le wali, accompagné des autorités civiles et militaires de la wilaya  se sont rendus à l’unité FILAMP qui fait face actuellement à de problèmes eu  égard à un certain nombre de difficultés commerciales comme le déséquilibre financier et la concurrence déloyale de produits de moindre qualité qui se vendent sur le marché.
Le wali, après écouté attentivement les préoccupations des travailleurs et des cadres gestionnaires, a demandé aux responsables de l’usine  de lui faire parvenir un dossier dans ce sens  pour trouver les voies et moyens à mettre en œuvre  pour le redressement de la situation.
Il a été procédé à la baptisation du CMS de la SNTF au nom du chahid du devoir, Abdelhak Benhamouda. Les travailleurs, ont tenu à nous le rappeler,  soutiennent la candidature du moudjahid Abdelaziz Bouteflika à l’élection présidentielle du 17 avril 2014. Dans le village de Mactaâ Menaouer, ce sont plus de 52 foyers qui vont bénéficier de raccordement au gaz de ville pour une enveloppe financière de l’ordre de près de 31 millions de dinars.
Des prix et des récompenses honorifiques ont été distribués au cours de cette commémoration aux enfants  et veuves de chouhada, de moudjahidine et aux retraités  ainsi qu’aux lauréats de diverses concours et compétitions intellectuelles et sportives.
A. Ghomchi

--------------------------------

SETIF
Une Algérie forte, stable et souveraine
A Sétif la célébration du 58e anniversaire de la création de l’UGTA et du 43e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures à été marquée par un programme qui a permis de mesurer le chemin parcouru cette organisation syndicale et souligner les acquis de l’Algérie. C’est ainsi que les responsables de l’union de wilaya de l’UGTA accompagnés par le wali de Sétif, M. Bouderbali Mohamed, du présidents de l’APW ainsi que l’ensemble des autorités locales, de chefs d’entreprises et de nombreux élus et travailleurs, se sont rendus dans la matinée au mémorial de la Révolution où il ont déposé une gerbe de fleurs à la mémoire de nos glorieux martyrs.
La délégation fera ensuite route vers le nouveau siège de l’union de wilaya ou sera déployé en présence des représentants des organisations de masse, un immense emblème national recouvrant pratiquement toute la façade de cet édifice.  A la maison de la culture « Houari Boumediene » où se retrouveront de nombreux travailleurs de différents secteurs, à l’effet d’assister à une opérette dédiée à l’œuvre de Aissat Idir et Boualem Benhamouda, le secrétaire de l’union de wilaya, de l’UGTA, Hocine Maiza interviendra longuement pour souligner le chemin parcouru par cette organisation syndicale depuis sa création en 1956.
L’intervenant, qui transmettra aux responsables et travailleurs les salutations du secrétaire général de l’UGTA, M Abdelmadjid Sidi Said, renouvelant une fois encore ses condoléances aux victimes du dernier crash de l’avion militaire sur les hauteurs de djebel Fortas, ne manquera pas de faire appel à l’esprit de Novembre pour consolider les acquis de l’Algérie.
 Hocine Maiza rappellera les moments difficiles qu’a vécus l’Algérie durant la décennie noire et leurs conséquences qui se mesurèrent alors, dira-t-il, par la perte de 500.000 postes de travail, alors que l’Algérie était alors sous les griffes du FMI. Il appellera les travailleurs à œuvrer sans cesse dans le sens d’une Algérie forte.
F . Zoghbi

----------------------------

Du combat libérateur à la mobilisation pour le développement
L’Algérie indépendante ne pouvait se suffire de voir son emblème flotter dans le ciel, elle se devait d’exercer sa pleine souveraineté sur ses richesses nationales, sa souveraineté nationale sur ses ressources naturelles au Sahara , partie intégrante de cette Algérie que l’occupant français voulait annexer, conditionnant son retrait ainsi lors des premiers pourparlers. Le 24 février 1971, l’Algérie décide de nationaliser les hydrocarbures. Une décision historique, révolutionnaire même, en ce sens qu’elle devait entraîner dans son sillage des mesures similaires dans nombre de pays du Sud et qu’elle eut lieu dans un contexte international que l’Algérie devait marquer de son empreinte en militant pour un nouvel ordre économique international.
Du feu de la Révolution aux batailles contre le sous-développement l’UGTA a toujours été de la partie. Son rôle de partenaire social est incontournable, un partenaire que le Président de la République a qualifié « d’organisation syndicale mature et efficiente ayant à cœur de concrétiser les aspirations sociales et de promouvoir les obligations citoyennes » dans son message à l’occasion de cette double commémoration. Un partenaire qui n’a pas hésité à se mettre aux côtés de l’Etat républicain menacé jusque dans ses fondements mais qui, d’un autre côté, s’est toujours mis du côté du travailleur pour la défense de ses droits, sans gesticulations, prônant toujours une démarche consensuelle basée sur le respect et le dialogue constructif. Une démarche à laquelle l’UGTA n’a point dérogé lors de ses différentes participations aux bipartites et aux dernières tripartites élargies au patronat avec toujours des résultats probants. Si l’intérêt du citoyen et du travailleur est à considérer, celui de l’Algérie, lui, est au-dessus de tout autre considération. La pleine souveraineté que l’Algérie exerce sur ses richesses depuis cette date historique du 24 Février 1971 lui a permis d’en tirer pleinement profit pour le seul bénéfice de son peuple et de son développement. Les revenus de cette manne ont permis d’éduquer, de soigner, de loger des millions d’Algériens, de doter le pays d’une base infrastructurelle à même de lui permettre de favoriser son émergence économique. Une pleine souveraineté qui n’a pas été égratignée d’un iota « Nous avons p,u grâce à la totale maîtrise de nos ressources en hydrocarbures, concevoir et mettre en œuvre les politiques que nous nous sommes fixées pour développer ces ressources », a relevé le Président de la République dans son message. Des ressources qui ont été considérablement développées avec de nouvelles découvertes de gigantesques réserves, parallèlement au développement et à l’exploitation de gisements de gaz et de pétrole. Une valorisation souverainement décidée et dont les substantiels revenus ne pourront dés lors que permettre la poursuite de l’ambitieux programme de développement avec une répartition juste et équitable de ces richesses pour le développement de l’Algérie.
A. M. A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions