mercredi 14 novembre 2018 10:56:48

Droit du peuple sahraoui a l’autodetermination : M’hamed Khadad presse la communauté internationale d'agir

La communauté internationale est appelée à faire "tout le nécessaire" pour que le peuple sahraoui puisse s’exprimer librement sur son devenir, a souligné M’hamed Khadad, membre du Front Polisario et coordinateur avec la Minurso.

PUBLIE LE : 25-02-2014 | 0:00
D.R

La communauté internationale est appelée à faire "tout le nécessaire" pour que le peuple sahraoui puisse s’exprimer librement sur son devenir, a souligné M’hamed Khadad,  membre du Front Polisario et coordinateur avec la Minurso.

"Il est temps que la communauté internationale fasse tout le nécessaire pour que le peuple sahraoui puisse s’exprimer librement sur son devenir", a déclaré M. Khadad, à l’APS. "Je rappelle avec force que le problème sahraoui est un problème de décolonisation et que le peuple sahraoui ne demande qu’une solution juste et conforme à la légalité internationale", a affirmé M. Khadad ajoutant qu’il prend à témoin la communauté internationale sur les violations des droits de l’homme commises par le Maroc dans les territoires sahraouis occupés. Il a interpellé, à cet égard, les Nations unies et l’Union européenne sur la situation que vit le peuple du Sahara occidental, insistant sur la nécessité d’élargir les prérogatives de la Minurso au volet des droits de l’homme. "Après tous les rapports accablants qui ont été présentés par Amnesty international, Human Rights Watch, la Fondation Robert Kennedy et aussi le département d’Etat américain je ne vois aucune raison pour qu’il n’y ait pas un élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’homme", a-t-il soutenu. Il a ajouté que "ce serait honteux et scandaleux que les Nations unies continuent d’ignorer les violations et les crimes commis par le Maroc à l’encontre des populations sahraouies", rappelant également la découverte de fosses communes de disparus sahraouis exécutés par l’armée marocaine en 1976. "Il est temps que les Nations unies assument leur responsabilité", a-t-il dit, exprimant son espoir qu’"il en soit ainsi lors du prochain débat au Conseil de sécurité" sur la question du Sahara occidental. Le responsable sahraoui a, également, souligné que l’Union européenne "au lieu de maintenir une position attentiste et de soutien à l’occupation à travers l’aide généreuse octroyée au Maroc et les accords signés avec ce pays pour l’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental, elle doit se ressaisir et être plutôt un élément de paix, partie de la solution et non partie du conflit". Il a critiqué, à ce propos, la politique de la France pour son "soutien au Maroc" et son rôle dans le "blocage" du projet d’élargissement du mandat de la Minurso et des efforts en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions