mardi 11 dcembre 2018 13:13:52

Nationalisation des hydrocarbures : Un tournant décisif

La commémoration du 24 février, date anniversaire de la création, en 1956, de l’Union générale des travailleurs algériens et de la nationalisation, en 1971, des hydrocarbures, sont deux jalons phares qui rappellent deux événements liés à la lutte de Libération nationale et à l’édification du pays.

PUBLIE LE : 24-02-2014 | 0:00
D.R

La   commémoration du 24 février, date anniversaire de la création, en 1956, de l’Union générale des travailleurs algériens et de la nationalisation, en 1971,  des hydrocarbures, sont deux jalons phares qui rappellent deux événements liés  à la  lutte de Libération nationale et à l’édification du pays.

Le 24 février 1971 est une date glorieuse à inscrire en lettres d’or  dans l’histoire de notre pays  puisque notre pays a affirmé sa pleine souveraineté sur ses richesses nationales par la décision de la nationalisation des hydrocarbures, marquant ainsi, de manière forte, la continuité du processus devant mener au bénéfice entier de l’indépendance nationale.
Le chemin parcouru depuis est jalonné de réalisations industrielles palpables qui placent notre pays parmi les acteurs majeurs de l’industrie mondiale des hydrocarbures. Selon l’expert Nicolas Sarkis, la  nationalisation de l’industrie algérienne des hydrocarbures a marqué un tournant capital dans l’histoire de cette industrie aussi bien en Algérie qu’au niveau mondial, brisé le traumatisme créé dans les pays producteurs par le demi-échec de la nationalisation du pétrole iranien par l’ancien Premier ministre iranien, Mohamed Mossadegh dans les années 1950,  ouvert la voie aux mesures de nationalisation ou de prise de contrôle prises à partir de 1972 en Irak, en Libye puis dans les pays du Golfe.
Le succès des nationalisations algériennes a été d’autant plus remarquable que l’Algérie était relativement un nouveau venu sur la scène pétrolière mondiale et que sa Société nationale des hydrocarbures (Sonatrach), "n’avait encore que six ans et des cadres peu nombreux mais très motivés et dévoués. Ce succès est également à attribuer au courage des dirigeants algériens de l’époque, au pragmatisme. Au niveau national, a-t-il ajouté, les nationalisations de 1971 ont permis à la compagnie nationale des hydrocarbures de jouer "un rôle de premier plan" dans le développement de l’économie algérienne et d’acquérir, au niveau mondial, "la stature d’une société pétrolière et gazière qui a âprement disputé la place qui est aujourd’hui la sienne parmi les grandes sociétés internationales".
M. Sarkis considère par ailleurs que dans la foulée des nationalisations, l’Algérie a également joué "un rôle de pionnier" dans le grand mouvement de relèvement des prix et des revenus pétroliers des pays producteurs et ce, "aussi bien dans le cadre de sa politique pétrolière nationale qu’au sein de l’OPEP".

Une richesse naturelle dédiée au développement
Le chemin parcouru depuis est jalonné de réalisations industrielles palpables qui placent notre pays parmi les acteurs majeurs de l’industrie mondiale des hydrocarbures.
Notre pays a indéniablement enregistré de grandes réalisations comme la mise en évidence de grandes réserves d’hydrocarbures, le développement et l’exploitation de gisements géants de gaz et de pétrole, la liquéfaction et le traitement du gaz, le raffinage du pétrole et la transformation Aval, et l’exploitation de vastes systèmes de transport avec des gazoducs transcontinentaux et ce n’est pas le moins important, la formation et le recrutement de dizaines de milliers de jeunes Algériens.
L’approvisionnement du marché national, comme l’introduction massive du gaz naturel dans les foyers, sa fourniture aux secteurs de l’industrie ou de l’agriculture demeurent également des priorités. Etant entendu que l’électrification de toutes les régions du pays a connu de très grandes avancées.
Les  hydrocarbures et les ressources financières qu’ils procurent au pays sont mobilisées au service du bien-être de l’ensemble des Algériens.
On  peut constater, à travers l’ampleur et les volumes appréciables des programmes d’investissement que les pouvoirs publics ont lancés, sur la base des instructions du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, une  volonté irréfragable de donner, malgré un environnement international chaotique du fait d’une grave crise économique et un contexte régional à la recherche de sa stabilisation, une qualité nouvelle aux réponses à donner à toutes ces questions.
Selon M. Sarkis, « Le grand défi » de l’Algérie pour l’avenir consiste dans le développement de sources renouvelables d’énergie et d’autres secteurs de production susceptibles de remplacer progressivement le pétrole et le gaz comme principal source de revenus.
« Pour les prochaines années, la nécessité absolue pour l’Algérie d’utiliser les hydrocarbures et leurs revenus pour diversifier l’économie nationale et pouvoir exporter d’autres produits est tout aussi impérieuse que la nécessité qu’il y avait en 1971 de prendre le contrôle de ses richesses pétrolières et gazières. »  
M. Bouraib
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions