lundi 09 dcembre 2019 18:09:32

Bordj Bou-Arréridj : Baisse sensible du chômage en 10 ans

Le chômage a baissé sensiblement en dix ans dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, grâce à la dynamique de l'investissement que la wilaya a connue durant cette période.

PUBLIE LE : 20-02-2014 | 0:00
D.R

Le chômage  est passé en effet de 23,34% en 2004 à 7,24% en 2013. Le nombre des chômeurs qui était de l'ordre de 62.197, lors de la première année citée, est descendu à 29.132 durant la seconde.
La population active a pratiquement doublé. Elle a sauté de 266.483 à 402.020. Notons que la population a augmenté de 599.243 à 669.704, selon le dernier recensement.
L'analyse de la composition des chômeurs montre que la plupart des chômeurs sont jeunes : 56 pour cent d'entre eux sont âgés entre 16 et 35 ans. Plus de 80 pour cent sont des hommes et surtout 67 pour cent du nombre sont sans qualification.
Cette situation qui explique pourquoi les services de l'emploi ont trouvé des difficultés pour les placer rappelle la nécessité de les former. Quand on sait que 78 pour cent des offres d'emploi exigent des diplômes universitaires ou provenant du secteur de la formation professionnelle, il est important de trouver l'adéquation entre les besoins du marché de l'emploi et l'offre représentée par les secteurs de l'éducation, la formation  professionnelle et l'enseignement supérieure. La wilaya de Bordj Bou-Arréridj, qui compte une université, deux instituts de formation professionnelle et une vingtaine de CFPA et une dizaine d'écoles privées, doit adapter le contenu et le nombre de places pédagogiques aux postes ouverts par les entreprises locales.
Certains secteurs connaissent même un déficit d'employés qualifiés, à l'instar de l'agriculture, des arts graphiques, de la construction et des travaux publiques, et l'artisanat, nous dit Nacer Metnani, directeur de l'emploi au niveau de la wilaya.
Autant dire que les chiffres sur le chômage pourraient changer si la tendance était inversée. Encore faut-il que les jeunes soient convaincus de l'obligation d'apprendre un métier. Au lieu d'espérer un poste de chauffeur ou d'agent de sécurité, il est possible d'être sérigraphiste, topographe, carreleur, conducteur de travaux bâtiment ou même spécialiste en installation et entretien des gazons sportifs qui sont demandés sur le marché. Pourtant, les structures de la formation sont proposées soit en résidentiel ou en apprentissage, avec de l'hébergement en prime. Même l'industrie offre un large éventail de postes, que ce soit dans la chimie, l'électricité, l'électronique, l'agro-alimentaire ou les matériaux de construction. Justement, les 450 dossiers agréés par le CALPIREF de la wilaya doivent créer 44.747 emplois, selon les chiffres de la direction de l'emploi .M. Metnani évoque également les projets de développement dont a bénéficié la wilaya dans les domaines de l'habitat, de l'hydraulique, de l'aménagement urbain, de l'agriculture et du transport, pour rappeler l'importance de l'offre d'emploi. Dans ce dernier secteur, précise-t-il, 4.000 postes sont attendus de la réalisation de la double voie électrifiée liant Bordj Bou-Arréridj à Thénia.
Rappelons que sur les 43.468 personnes inscrites sur les listes des demandeurs d'emploi en 2013, 14.293 ont été placées.
F. Daoud

67% des demandeurs d'emploi sont sans qualification. Ce qui explique la difficulté de les placer, puisque 78% de l'offre d'emploi concerne les diplômés.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions