mardi 21 janvier 2020 02:25:12

Recyclage de déchets : Un grand manque à gagner

«En Algérie, la production des déchets ménagers est estimée actuellement à 14 millions de tonnes pas an, dont 60% sont susceptibles d’être recyclables», a indiqué, hier à Alger, le Dr Abdelkader Touzi, directeur d’études à la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique au ministère de l’Enseignement supérieur.

PUBLIE LE : 20-02-2014 | 0:00
D.R

«En Algérie, la production des déchets ménagers est estimée actuellement à 14 millions de tonnes pas an, dont 60% sont susceptibles d’être recyclables», a indiqué, hier à Alger, le Dr Abdelkader Touzi, directeur d’études à la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique au ministère de l’Enseignement supérieur.
S’exprimant en marge des travaux du forum des technologies de recyclage et de la valorisation des déchets, organisée par l’Agence de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (ANVREDET), le Dr Touzi a estimé la valeur des déchets non récupérés, à près de 300 millions d’euros, ce qui représente, pour lui, un grand manque à gagner. «L’État peut économiser des centaines de millions d’euros, grâce au recyclage», a-t-il dit.  À ce sujet, le Dr Touzi a mis en exergue la situation actuelle du secteur de la collecte et du tri des déchets ménagers qui reste dans son état embryonnaire. Pour lui, cette activité rentable, étant donné le prix des matières premières, est génératrice de postes d’emploi et doit bénéficier d’un intérêt particulier de la part des pouvoirs publics en encouragent les jeunes, notamment, à créer des petites entreprises spécialisées en la matière.
Appelant pour le développement de cette filière basée sur le ramassage et le tri sélectif des ordures, l’intervenant a insisté sur le rôle déterminant des citoyens et des collectivités locales en matière de gestion des déchets ménagers. Dans ce contexte, l’intervenant a souligné l’importance de la mise en place d’une politique de tri et de collecte efficace, associant les secteurs public et privé pour assurer la viabilité économique de la filière déchets à travers leur recyclage et leur valorisation.
Déplorant le délaissement de cette importante activité économique, le Dr Touzi a indiqué que les investissements liés à la récupération et au recyclage des déchets en Algérie sont très minimes. Il ajoute, dans ce contexte, que «l’Algérie ne possède pas encore une maîtrise dans les techniques permettant le recyclage des déchets».
Rappelant quelques projets mis en place en matière de recyclage de déchets, le directeur d’études à la DGRSDT a fait savoir que «tous les outils ont été mis en place pour la concrétisation du Programme national de gestion des déchets ménagers, à l'exemple de l'Agence nationale des déchets».Selon l’interlocuteur, ce programme vis le recyclage de 70% des déchets pour l’année 2020, ainsi que la réutilisation des eaux usées épurées.
 Pour revenir à l’objectif de cette rencontre, le Pr Halliche, directrice d’ANVERDET, dit que celle-ci «vise à développer et à promouvoir des innovations technologiques en vue d’optimiser le processus de recyclage en Algérie, ainsi que la valorisation des déchets dans la perspective de création de nouvelles ressources économiques».
Ont pris part à ce rendez-vous, plus d’une soixantaine de sociétés spécialisées dans le domaine du recyclage. Une dizaine de communications ont été programmées au cours de cette manifestation de deux jours.
Kamélia H.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions