lundi 24 septembre 2018 00:02:27

Processus de Nouakchott : Des mécanismes opératoires contre les crises

La stratégie de l’Union africaine (UA) en matière de sécurité, de gouvernance et de développement pour la région sahélo-saharienne sera présentée, aujourd’hui, à Niamey (Niger), lors des travaux de la 3e réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott, dont l’Algérie.

PUBLIE LE : 19-02-2014 | 0:00

La stratégie de l’Union africaine (UA) en matière de sécurité, de gouvernance et de développement pour la région sahélo-saharienne sera présentée, aujourd’hui, à Niamey (Niger), lors des travaux de la 3e réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott, dont l’Algérie.
Cette stratégie sera présentée par la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel dont l’objectif consiste à articuler l’action africaine dans les domaines de la sécurité, la gouvernance, la décentralisation et le développement accru des pays du Sahel. C’est autour de ces problématiques qu’une stratégie de l’UA pour le Sahel ainsi qu’un plan d’action ont été développés, a-t-on indiqué auprès de la mission africaine, qui précise que la poursuite du Processus de Nouakchott, pour la promotion de la coopération entre les pays du Sahel en matière de sécurité  transfrontalière, devrait aboutir à des mécanismes opérationnels permettant  de faire face aux crises. Le mandat de cette mission a trois principaux volets : un politique, un autre consacré à la sécurité et un troisième axé sur la problématique du développement dans la région. Le volet politique a pour vocation d’accompagner la consolidation des acquis de paix et de sécurité, de promouvoir l’Etat de droit et contribuer au  renforcement des institutions démocratiques dans la région du Sahel, y compris la protection des droits humains, de l’appareil judiciaire et des organisations de la société civile. A travers ce volet, la mission travaille aussi sur des questions humanitaires notamment dans le nord du Mali. Le deuxième volet, qui est consacré à la sécurité dans le Sahel, a pour objectif de coordonner les efforts de l’UA en matière de sécurité, notamment les conflits, de terrorisme et de crime organisé. Le dernier volet, lui, est axé sur la problématique du développement dans la région, s’intéressant aux questions d’environnement, comme la dégradation de l’environnement, et celles du sous-développement de manière générale. Le renforcement de la coopération sécuritaire au Sahel au menu. La 3e réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott a pour objectifs le renforcement de la coopération sécuritaire et l’opérationnalisation de l’architecture africaine de paix et de sécurité dans la région du Sahel. Le processus de Nouakchott, lancé dans la capitale Mauritanienne par l’UA le 17 mars dernier, inclut, outre l’Algérie, la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal et le Tchad. La rencontre permettra aux ministres de faire le point sur les acquis et approfondir le processus de Nouakchott, qui a pour but de renforcer l’échange d’information, la sécurité aux frontières ainsi que le renforcement des capacités des services de sécurité et de renseignement dans la région sahélo-saharienne. Le processus comporte également des interactions avec les organisations régionales et sous-régionales, ainsi qu’avec les Nations unies et des partenaires internationaux.
L’Algérie attachée au processus structurant la sécurité et la paix au Sahel, dont la position concernant le Sahel demeure constante, a toujours réaffirmé, lors des foras internationaux, son attachement au processus structurant la sécurité et la paix dans la région du Sahel. Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a ainsi réitéré, lors des travaux de l’Assemblée générale de l’ONU, tenus en septembre dernier, la contribution effective qu’apporte l’Algérie à la conjugaison des efforts  pour la sécurité collective dans l’espace sahélo-saharien ainsi que dans le reste de l’Afrique. De son côté, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a renouvelé, lors de la deuxième réunion ministérielle sur le Sahel abritée par la Commission de l’Union européenne (UE) à Bruxelles sous la présidence malienne qui a eu lieu le 6 février dernier, l’engagement de l’Algérie à poursuivre ses actions multiformes de coopération et de solidarité en faveur de la stabilité, de la sécurisation et du développement de ses voisins sahéliens.
M. Bouguerra a exhorté les partenariats extrarégionaux à œuvrer, dans  un esprit constructif et coordonné, au renforcement des capacités des pays  concernés de manière à leur permettre de prendre en charge leurs priorités nationales de développement et de relever les défis à leur sécurité collective.  L’Algérie a, par ailleurs, noté lundi dernier avec «satisfaction» la création à Nouakchott du nouveau cadre de coordination et de suivi de la coopération  sous-régionale sahélo-saharienne «G5 du Sahel» regroupant la Mauritanie, le  Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso. La création de ce nouveau sous-ensemble dans l’espace sahélien a fait  l’objet de consultations entre le ministre des Affaires étrangères, Ramtane  Lamamra, et son homologue mauritanien, Ahmed Ould Teguedi, a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani. Il a rappelé que le processus de Nouakchott, mené sous la conduite de l’UA, inclut les 5 pays membres de ce nouveau regroupement ainsi que 6 autres Etats membres de l’Union africaine, et qu’il constitue le «vecteur principal» de l’opérationnalisation de l’architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne.
Envoyé spécial de l’APS

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions