vendredi 23 aot 2019 21:25:59

Colloque sur les relations Maghreb - Afrique de l’Ouest : Renforcer l’intégration économique

Il est impératif que d’un côté comme de l’autre, les Africains songent à lever tous les obstacles politiques, artificiels ou réels, pour ne focaliser que sur les relations économiques mutuellement avantageuses.

PUBLIE LE : 18-02-2014 | 23:00
D.R

Il est impératif que d’un côté comme de l’autre, les Africains songent à lever tous les obstacles politiques, artificiels ou réels, pour ne focaliser que sur les relations économiques mutuellement avantageuses.

La confédération  des cadres  des finances  a organisé,  hier,  à l’hôtel les Capucines  (Alger), un  colloque en collaboration  avec Maghreb+  « sur les relations  Maghreb  Afrique de l’Ouest », en présence d’ambassadeurs  et d’experts, ainsi que de journalistes. S’exprimant en marge de cette rencontre, Me  Karim Mahmoudi, président de la CCFC/Maghreb+ a souligné que « l’Afrique de l’Ouest devrait être  le prolongement naturel du Maghreb au regard des liens qui rapprochent les peuples de la région ». Le Maghreb gagnerait, selon lui  « à s’ouvrir sur l’Afrique  pour créer une région de 500.000 habitants, parce que, a-t-il précisé, dans le cadre de la mondialisation si nous n’arrivons pas à nous constituer en un  seul  groupe,  nous sommes voués  à  la  disparition ». Karim Mahmoudi indique « nous militons pour faire convaincre les hommes d’affaires et les entreprises de converger vers ce marché. Et l’avenir c’est l’Afrique parce qu’on ne peut pas vendre nos produits    dans les marchés européens ». A une question relative à la situation actuelle des relations entre le Maghreb et les autre pays africains, notamment les pays de l’Ouest il a répondu « qu’elles sont timides, notamment entre les pays du Maghreb ». Et de poursuivre « nous, en tant que société civile, on veut justement contourner ce blocage politique, pour construire un grand marché économique ». Notre interlocuteur regrette le fait que les relations entre le Maroc et l’Algérie soient timides et ce malgré, a-t-il souligné, qu’il y  ait des liens historiques qui rapprochent les deux nations ». En plus de cela a-t-il dit « la puissance coloniale ne veut pas que ces pays soient unis ». De son côté, l’ambassadeur  de la République fédérale du Nigeria. M. Haruna Ginsau, Mni, a  mis l’accent sur les relations économiques  entre les deux régions en indiquant que ces dernières remontent  à plusieurs siècles. D’après les historiens a-t-il dit  « le commerce transsaharien a existé  depuis  les temps préhistoriques et atteint  son apogée à partir  du 8e siècle ». Aussi, « l’Afrique devrait  être la destination naturelle et privilégiée pour les entrepreneurs du Maghreb et vice versa ». Selon lui l’avenir économique du Maghreb se tourne vers le Sud. Les deux sous régions  a-t-il ensuite fait savoir « sont  géographiquement contiguës et partagent une affinité culturelle, sociale, religieuse et linguistique ».
L’Afrique de l’Ouest compte actuellement une population de 340 millions d’habitants et constitue l’un  des marchés les plus importants en Afrique. Pour appuyer ses dires, l’ambassadeur donnera à titre d’exemple la CEDEAO, indiquant que « celle-ci a parcouru un long  chemin  dans la mise en œuvre de ses objectifs  définis  de promouvoir l’intégration économique dans tous les domaines de l’activité économique en particulier  l’industrie, les transport. Selon lui, « même s’il existe des dispositions dans les statuts de l’UMA et de la CEDEAO pour la coopération  avec les institutions régionales similaires, une telle coopération entre ces deux dernières  pourrait sembler inexistante ».
Mettant l’accent sur les relations bilatérales entre l’Algérie et le Nigeria il a estimé que « les deux pays on établi une commission bilatérale BNC, le 14 janvier 2002, dans le but d’approfondir leur relation bilatérale dans tous les domaines possible de développement ». D’autre part, l’ambassadeur du Sénégal à Alger M. Papa Omar Ndiaye, a évoqué la coopération entre l’Algérie et son pays, en indiquant que « les échanges commerciaux entre les deux nations est très faible. Bien que plusieurs conventions de partenariats ont été signées, mais qui sont restées lettre morte ». Tout en souhaitant que la coopération entre l’Algérie et le Nigeria  va s’améliorer de plus en plus. S’agissant des relations  Maghreb - Afrique de l’Ouest,  elles sont également a-t-il dit  « très faibles du fait qu’il existe toujours des entraves politiques ».
Makhlouf Ait Ziane

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions