jeudi 20 septembre 2018 22:26:57

Le Premier ministre attendu aujourd’hui dans la wilaya d’Aïn Defla : Impulser la dynamique de développement

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est attendu, aujourd’hui, dans la wilaya d’Aïn Defla pour une visite de travail s’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

PUBLIE LE : 19-02-2014 | 0:00
D.R

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est attendu, aujourd’hui, dans la wilaya d’Aïn Defla pour une visite de travail s’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.   
M. Sellal, qui sera accompagné, dans sa visite, d’une importante délégation ministérielle, procédera à l’examen de l’état d’exécution et d’avancement de nombreux projets socio-économiques, inscrits à l’indicatif de la wilaya dans les secteurs des transports, de l’agriculture, de l’habitat, de l’industrie, du commerce et de la santé, notamment.         
À ce titre, il aura notamment à inspecter le chantier du projet de dédoublement du tronçon El Affroun - Khemis-Miliana, de la voie ferrée Alger-Oran, où un tunnel de 7 km de long est en cours de réalisation.   
M. Sellal devra également prendre le pouls du secteur de l’agriculture, qui constitue la vocation principale de la wilaya, à travers la visite d’une ferme spécialisée dans l’élevage bovin laitier.
Il devra également lancer les travaux de réalisation d’un marché de gros à Bourached et visiter une unité de fabrication de batteries, avant de s’enquérir de la situation du nouveau pôle urbain de Chellal et de l’état d’avancement du projet de réalisation d’un hôpital de 240 lits à Aïn Defla.  
Le Premier ministre présidera enfin une réunion de travail avec les autorités locales, élargie aux élus et aux représentants de la société civile, devant lui permettre d’écouter les citoyens et de s’informer sur leurs préoccupations,  et de prendre les mesures nécessaires pour impulser davantage la dynamique de développement de la wilaya.
APS

--------------------------------

Une wilaya métamorphosée à l’ombre de la Réconciliation nationale
Les fruits du programme de développement du Président de la République
C’est une wilaya en paix, sereine et au travail, résolument tournée vers un avenir des plus prometteurs qui s’apprête à accueillir le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans le cadre d’une visite d’inspection et de travail qui s’inscrit dans le suivi de l’application des différents programmes de développement du Président de la République. Née lors du découpage administratif et territorial de 1984, Aïn Defla a eu à subir de plein fouet, les effets conjugués d’abord de la crise économique et financière qui ne lui a pas permis de décoller et d’assoir une base infrastructurelle, puis de la terrible décennie du drame national. Des agglomérations entières rurales et de montagnes vidées de leurs habitants, des populations ayant abandonné tous leurs biens pour assurer leur survie, érigeant des habitations de fortune ceinturant les chefs-lieux communaux dans les villes de la plaine. Un drame qui aura endeuillé nombre de familles et mis carrément à bas le peu d’infrastructures de base dont disposait la wilaya, ponts dynamités, établissements scolaires incendiés, un village, alors comme Zeddine est carrément détruit au bulldozer en une nuit…
Aïn Defla symbolise, on ne peut mieux, cette renaissance de l’Algérie toute entière, avec le véritable socle sur lequel s’est bâti le développement tous azimuts qu’est la sage politique de réconciliation nationale prônée par le Président de la République. La paix retrouvée, les cœurs apaisés, que de chantiers ont été ouverts permettant à des dizaines de milliers de familles de vivre enfin dans un cadre décent, dans des logements neufs, individuels dans le cadre de l’habitat rural au niveau de leurs douars désenclavés, collectifs au niveau des agglomérations urbaines, des logements reliés au réseau AEP, électrique et gazier, avec l’injection d’équipements publics administratifs, éducatifs, culturels, sportifs et de loisirs. La wilaya d’Aïn Defla a bénéficié, au titre du programme 2010-2014 de plus de 22. 000 unités tout type confondu, dont un nouveau pôle urbain au niveau du chef-lieu avec 2.000 logements de type AADL, un quota qui ne dépassait pas les 5.000 logements lors du plan quinquennal 2005-2009. Bourached, pour ne citer que cette commune, n’a pu connaître ce que le mot développement signifie en termes d’impact direct sur ses populations qu’avec les premiers projets réalisés dans le cadre du programme de développement du Président de la République. Un désenclavement direct avec une bretelle sur l’autoroute Est-Ouest, des infrastructures éducatives pour les paliers du primaire, du moyen et du secondaire, une chance que les parents des actuels écoliers n’ont pas eue, que les sœurs aînées, les mères et les tantes, n’ont pas également eue, Bourached ne comptait que trois écoles primaires. Un acquis incontestable dont jouissent aujourd’hui toutes les communes de la wilaya, et en aval, une université à Khemis-Miliana qui est née, il faut le rappeler, comme un institut au niveau de l’ex-École des mines de Miliana et que des mains criminelles avaient alors détruit à l’explosif. Un secteur inscrit à l’agenda de cette visite du Premier ministre, celui des transports. Un projet titanesque qui concerne le dédoublement de la voie ferrée et qui pour son tronçon entre les villes d’El-Affroun et de Khemis-Miliana a nécessité le creusement de tunnel sur un linéaire total de 18.000 mètres. Le tunnel de «Gantas», entre les communes d’El-Hoceïnia et d’Aïn-Soltane dans les entrailles du mont éponyme, consiste, lui, en deux tubes d’un linéaire de 7.342 et de 7. 331 mètres. Un plus évident pour le transport ferroviaire entre la Capitale et Oran dans la mesure où le gain de temps allié au confort seront au rendez-vous. Vocation première de la wilaya d’Aïn Defla, l’agriculture sera évidemment au programme de cette visite. Un secteur pour lequel l’État a considérablement investi tant la sécurité alimentaire demeure un objectif stratégique. Avec deux nouveaux barrages, celui d’Ouled Mellouk dans la commue de Rouina, et celui de Sidi M’Hamed Bentaiba, à Arib, la superficie en irrigué s’est développée. Les chiffres parlant d’eux-mêmes : de 500.000 tonnes en termes de volume de production enregistré en 1999, Aïn Defla atteint aujourd’hui 1,7 million de tonnes, avec évidemment les maraîchages dont la pomme de terre qui en représente 50%. Le chiffre d’affaires global du secteur dépasse les 100 milliards de dinars avec un taux de croissance de l’ordre de 26%. Les capacités de froid se sont également multipliées se situant autour de 400. 000 m3. Un secteur qui a ouvert de nombreux sillons et qui, avec le futur marché de gros en cours de réalisation dans la commune de Bourached et la mise en service d’une nouvelle zone industrielle à Tiberkanine entièrement dédiée à la transformation agro-industrielle, va indubitablement connaître un essor plus grand. Des atouts et des potentialités immenses que les différents projets inscrits dans le cadre du programme de développement du Président de la République ont valorisés et qui augurent d’une émergence sur tous les plans pour cette wilaya.
A. M. A.

--------------------------------

Des potentialités agricoles prometteuses  

Une région exclusivement agricole au regard de ses productions céréalières, mais surtout maraîchères, la wilaya d’Aïn Defla,  qui s’apprête à recevoir, aujourd’hui, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’emploie à consolider cette vocation, tout en exploitant pleinement les potentialités dont elle dispose dans divers autres domaines. Cette wilaya, dont la simple évocation fait immanquablement venir à l’esprit les vastes et riches terres agricoles qui s’étendent sur une superficie de 182.000 hectares, dont 22 pour cent sont irrigués, se place dans le peloton de tête des wilayas productrices des cultures maraîchères, de la pomme de terre, notamment.  
Grâce aux 24.000 hectares qui lui ont été consacrés,  la pomme de terre  arrive, en effet, en tête des productions maraîchères avec 7,3 millions de quintaux,  représentant près de 50 pour cent des 16 millions de quintaux de production agricole enregistrée durant la saison dernière dans la wilaya. Ce résultat a propulsé la wilaya au 2e rang sur le plan national (après  El-Oued) en matière de production de ce tubercule, au 3e rang du point de vue du taux de croissance et au 5e en termes de plus-value monétaire (100 milliards de DA). D’indéniables atouts à même d’attirer les investisseurs. Les résultats enregistrés dans l’agriculture ne signifient pas cependant que les efforts de la wilaya ne sont focalisés que sur ce secteur, Aïn Defla étant aussi une collectivité résolument tournée vers son avenir, s’employant à améliorer les conditions de vie de ses habitants.         

Une région en pleine mutation

La dynamique de développement engagée dans cette wilaya de près de 835.000 habitants à la faveur des enveloppes financières consenties par l’État (plus de 164 milliards DA représentant les PSD et PCD de 2000 à 2014) a véritablement métamorphosé cette région. La densification du réseau routier de la wilaya, sa proximité des grands centres économiques (elle est située à 145 km de la capitale), le passage sur  son territoire de la ligne ferroviaire Alger-Oran, dont les travaux de dédoublement  ont été lancés, constituent autant d’atouts en mesure d’attirer des investisseurs désireux d’étendre leurs activités.
La volonté des pouvoirs publics d’attirer les investisseurs s’est traduite par une opération de réhabilitation de 3 zones d’activités à laquelle une enveloppe  financière de plus de 500 millions de DA a été consacrée, selon la direction de l’industrie, de la PME/PMI et de l’investissement, qui signale que l’opération devrait être achevée au courant du 2e semestre de l’année en cours.
Ces zones d’activités sont implantées dans les communes d’El-Attaf, Khemis Miliana et Boumedfaâ. Deux autres projets du même genre sont en phase d’étude dans la commune de Hoceïnia (ouest de la wilaya). Par ailleurs, et au regard des résultats probants obtenus dans le secteur  de l’agriculture, une zone d’activité totalement dédiée à l’agroalimentaire sera bientôt opérationnelle à Tiberkanine (30 km à l’est du chef-lieu de wilaya), selon les responsables locaux du secteur de l’agriculture.

Pour une vie décente du citoyen

L’accompagnement des pouvoirs publics du développement de la wilaya est perceptible également dans le secteur de l’habitat où le nombre de logements socio-locatifs devrait avoisiner les 39.000 en 2014, selon ses responsables. Recensant quelque 6.500 logements socio-locatifs en 1999, la wilaya en compte aujourd’hui plus de 20.000 réalisés à la faveur de la multitude de programmes étatiques, ce qui, par ricochet, a eu pour effet de faire passer le taux d’occupation du logement (TOL) de 7,73 à 5,23. Par ailleurs, et compte tenu du cachet rural de la wilaya (sur  36 communes, 24 sont rurales), le logement rural a fait l’objet d’un engouement particulier de la part des citoyens qui s’empressent de déposer leurs dossiers  afin de bénéficier de l’aide accordée par l’État en matière de construction. Selon les services de la wilaya, plus de 20.000 aides à la construction de l’habitat rural ont été attribuées, à cet égard, dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014.
Avec ses 5 barrages (Sidi M’hamed Bentaïba, Ouled Mellouk, Derder, Harreza et Ghrib), totalisant une capacité de stockage de 568 millions de m3 et ses 9 retenues collinaires, la wilaya d’Aïn Defla dispose d’un important potentiel  hydraulique. Un volume de plus de 110 millions de m3 est alloué annuellement à partir  de ces barrages pour l’irrigation des terres agricoles de la wilaya. En matière du taux de raccordement d’AEP, des efforts ont incontestablement été déployés dans la mesure où de 44 pour cent environ, en 1999, celui-ci est passé à 90 pour cent en 2013. Les efforts de dotation journalière des habitants en eau potable se sont  illustrés par le volume d’AEP transféré à partir du barrage de Sidi M’hamed  Bentaïba (d’une capacité de 75 millions de m3) au profit de 6 communes qui va  passer de 21. 000 m3, actuellement, à 40.000 m3 au courant de cette année.
Une population de 271.000 habitants des communes d’Aïn Defla, Khemis Miliana, Mekhatria, Arib, Amra et Sidi Lakhdar bénéficie du transfert d’AEP à partir de ce barrage, selon les responsables du secteur des ressources en  eau. Un autre projet de transfert d’AEP à partir du barrage de Ouled Mellouk, sera mis en service au courant du mois de juillet prochain au profit d’une population  de quelque 250.000 habitants des communes de Bourached, Rouina, Zeddine, El-Mayenne, El-Attaf et El- Abadia, selon les mêmes responsables.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions