mardi 20 novembre 2018 13:28:34

Lait en sachet : Un prix attrayant malgré les critiques

Nombreux sont les consommateurs qui se plaignent de la qualité du lait pasteurisé conditionné en sachet, notamment pour son goût, et doutent même de sa valeur nutritionnelle, mais vu son prix subventionné (25 DA), ce produit de base reste très demandé sur le marché.

PUBLIE LE : 17-02-2014 | 0:00
D.R

Nombreux sont les consommateurs qui se plaignent de la qualité du lait pasteurisé conditionné en sachet, notamment pour son goût, et doutent même de sa valeur nutritionnelle, mais vu son prix subventionné (25  DA), ce produit de base reste très demandé sur le marché.      

Pour exprimer la "mauvaise qualité" de ce produit censé contenir 15 à 20% de matière grasse et 103 grammes de poudre de lait par litre, des consommateurs  approchés par l'APS l'assimilent à une "eau blanche" accompagnée souvent d'une odeur et d’un goût anormaux.          
"Le lait en sachet qu'on consomme n'est en réalité qu'un liquide blanchâtre. Cette situation s'est accentuée depuis plusieurs semaines notamment avec la pénurie du lait et la hausse des prix de plusieurs produits laitiers depuis un mois", constate Saïd, fonctionnaire.  
Pour ce père de 5 enfants, les consommateurs, notamment ceux ayant des revenus bas, n'ont pas d'autre choix que de continuer d'acheter ce produit, vu son prix abordable, car subventionné par l'Etat.          
"Le lait pasteurisé en sachet ne correspond pas aux normes voulues et le consommateur n'est pas satisfait de sa qualité", souligne, pour sa part,  Mustapha Zebdi, président de l'Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (APOCE).    
Selon lui, les consommateurs signalent, à chaque fois et depuis longtemps, "une odeur et un goût anormaux".          
"L'association a même gardé des échantillons et sollicité la direction du commerce de la wilaya d'Alger pour qu'elle effectue des analyses. Chose qui n'a pas été faite, car selon la direction, les laiteries disposent d'un outil d'autocontrôle", a-t-il dit.           
Le non-respect des normes en matière de dosage en poudre de lait serait  à l'origine de cet "arrière-goût". En effet le cahier des charges reliant l'Office  national interprofessionnel de lait (Onil) avec les laiteries impose 103 g de poudre subventionnée par litre, alors que ces dernières réduisent les doses pour produire d'autres produits laitiers, estiment des professionnels.          
La production nationale de lait pasteurisé en sachet a atteint 1,5 milliard de litres durant l'année écoulée, selon les données de l'Onil.          
Du côté des producteurs, le lait en sachet pasteurisé subit plusieurs tests et contrôles dès la réception de la matière première (poudre de lait)  en passant par l'étape du dosage et du conditionnement, atteste M. Dahmani directeur commercial à l'unité Colaital de Birkhadem, qui fournit l'essentiel de la demande en lait en sachet de la wilaya d'Alger.          
"Le lait produit par notre unité est déclaré conforme aux spécifications contenues dans le cahier des charges. En plus des contrôles effectués par notre  laboratoire, la direction du commerce d'Alger effectue 3 prélèvements par semaine pour vérifier la conformité du produit", a-t-il dit, affirmant qu'aucune plainte n'a été introduite suite à ces prélèvements.      
            
« Le lait en sachet est conforme », selon le ministère du Commerce
Un litre de lait de 25 DA est un lait pasteurisé, partiellement écrémé, contenant des valeurs nutritionnelles acceptables, selon un responsable du ministère du Commerce.          
"Le lait subventionné conditionné en sachet n'est pas, sur le plan nutritionnel, aussi riche que d'autres types de lait (lait entier ou lait de vache) dont les prix sont libres. C'est un produit conforme, d'une qualité assez normale", estime le directeur général du contrôle économique et de la répression des  fraudes au ministère du Commerce, Abdelhamid Boukahnoun.          
Les pouvoirs publics, ajoute-t-il, ont défini le dosage de matières premières selon des normes internationales et des considérations liées au budget. Afin de préserver ses qualités nutritionnelles, un sachet de lait d'un  litre doit contenir 98% d'extrait sec, ce qui représente 103 g de poudre de lait,  précise-t-il.          
Ainsi, il est soumis à un "suivi particulier" se traduisant par un contrôle  qui s'effectue sur deux phases : la première concerne les pratiques commerciales, la deuxième concerne la qualité.          
Sur le plan des pratiques commerciales, les agents de contrôle veillent à ce que les prix et le dosage soient respectés par les unités de production, alors que sur le plan qualité, le contrôle se fait sur le produit fini afin  de s'assurer qu'il ne contienne pas des germes pouvant représenter un risque pour la santé du consommateur.          
En 2013, les services du contrôle ont mené 337 interventions sur 115 laiteries en activité. Les analyses effectuées sur les 1.087 échantillons ont révélé la présence de 100 échantillons non conformes, une dizaine d'unités  privées "seulement" ayant diminué les doses en dessous des barres de 80% d'extrait sec.          
"La qualité du lait s'est beaucoup améliorée par rapport aux années précédentes. En 2011 et 2012 par exemple, plus d'une cinquantaine d'unités n'ont pas respecté le dosage de la poudre de lait alors qu'en 2013 ce ne sont que 10 unités", a souligné M. Boukahnoun.
 

  • Publié dans :
  • Lait
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions