vendredi 23 aot 2019 02:07:27

La mise en œuvre de l'agenda post-2015 du système onusien : Babès pour une implication des sociétés civiles

Le président du Conseil national économique et social (CNES), Mohamed-Séghir Babès, a plaidé, à Rome, pour la pleine implication des sociétés civiles dans la mise en œuvre de l'agenda post-2015 devant être adopté par la prochaine Assemblée générale de l'Onu, a indiqué hier le CNES dans un communiqué.

PUBLIE LE : 15-02-2014 | 23:00
D.R

Le président du Conseil national économique et social (CNES), Mohamed-Séghir Babès, a plaidé, à Rome, pour la pleine implication des sociétés civiles dans la mise en œuvre de l'agenda post-2015 devant être adopté par la prochaine Assemblée générale de l'Onu, a indiqué hier le CNES dans un communiqué.

M. Babès a pris part aux travaux du Conseil d'administration de l'Association internationale des conseils économiques et sociaux et institutions similaires (AICESIS) qui vient de se tenir dans la capitale italienne.  Lors des travaux, M. Babès, également président d'honneur de l'AICESIS, "a exposé les éléments-clés d'un plaidoyer visant la pleine implication des sociétés civiles organisées dans la mise en œuvre de l'agenda post-2015 devant être adopté par la prochaine Assemblée générale de l'Onu". Rappelant, à cet égard, la "très grande complexité" de la phase de transition qui va marquer le passage des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) aux Objectifs du développement durable (ODD), notamment pour ce qui est des pays du Sud, il a mis en exergue "le rôle capital de toutes les forces vives de nos diverses formations sociales en vue d'impulser l'ensemble des dynamiques requises par une telle transition". Le président du CNES a fait valoir "le caractère incœrcible des consensus à bâtir, tant à l'interne qu'à l'international, autour des plateformes-base constituées par le triptyque nécessairement solidaire d'une croissance économique auto-entretenue, d'un partage équitable des fruits de cette croissance et, enfin, d'une préservation/valorisation des actifs environnementaux garantissant la durabilité écologique". C'est d'ailleurs, dans cette perspective globale, a-t-il rappelé, que vient d'être créé l'Institut de développement durable d'Alger (dépendant de l'Université des Nations unies UNU-IRRADA), dont le démarrage les activités devront démarrer avant la fin de l'année 2014.  
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions