mardi 13 novembre 2018 22:24:37

Transport privé de voyageurs : Le contrôle en roue libre

Mais où sont donc passés les contrôleurs en matière de transport privé des voyageurs ? La réglementation est très souvent bafouée en l’absence, il faut le dire, d’inspections dissuasives et fréquentes.

PUBLIE LE : 16-02-2014 | 0:00
D.R

Précisons que la direction des transports  de la wilaya d’Alger dispose d’inspecteurs chargés de ces missions. L’absence d’inspections répétées est loin d’encourager les contrevenants à améliorer leurs prestations de service. Rares sont les propriétaires de ce moyen de transport qui daignent obéir aux règles énoncées dans le cahier des charges du département concerné. Griller des arrêts facultatifs, remplir un véhicule jusqu'à le transformer en  étouffoir, les usagers, parfois, sommés de descendre... font partie du lot de la folie furieuse déchaînée par les exploitants au quotidien. L'anarchie règne, à dire vrai, en maître absolu au sein de cette corporation qui n'en fait qu'à sa tête. Dans certaines lignes d’Alger, les tickets ne sont pas remis aux usagers. Ce qui est un délit vu que le ticket constitue une sorte de contrat entre le transporteur et l’usager. Il constitue, d’autre part, un gage d’assurance en cas d’accident. D’autres aspects de l’anarchie qui caractérise le secteur des transports tout aussi importants sont à relever, dont le non-respect des haltes. Certains transporteurs demandent aux usagers de descendre à, parfois, près d’un kilomètre de la station afin de faire demi-tour. La raison de ce comportement s’explique par la volonté du transporteur à arriver avant les autres aux prochains arrêts et, ainsi, « embarquer » le maximum de personnes afin d’amasser le maximum d’argent. Il y a lieu de noter l’excès de vitesse qui accompagne, souvent, ces comportements. Il faut aussi signaler le fait que certains transporteurs ne respectent pas leur lignes, il déchargent tous les voyageurs à une station en plein milieux de la desserte arguant de la circulation pour recharger juste après et percevoir deux fois le prix d’une seule course.
Des réalités quotidiennes qui pourraient difficilement échapper aux yeux de la direction des transports. La responsabilité de l'anarchie dans le secteur du transport est à chaque fois rejetée par les différentes autorités entre : APC, service de l'ordre et coordination des transporteurs de la wilaya, sans que des solutions soient trouvées afin de faciliter le quotidien des usagers, seuls otages dans tout ce chaos.
Farida Larbi
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions